Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Tennis-Elbow : ne le laissez pas vous gâcher le printemps

Article paru dans le journal nº 34 Acheter ce numéro
  • tennis-elbow ou epicondylite, le mal du printempstennis-elbow ou epicondylite, le mal du printemps

L’arrivée du beau temps incite à se remettre au sport et au jardinage. Cependant, certains travaux, certaines activités, réalisées de manière répétitive, peuvent entrainer des inflammations, voire des lésions de tendons exagérément sollicités. C’est le cas pour le Tennis Elbow encore appelée épicondylite qui est une inflammation des muscles épicondyliens, situés sur l’humérus c’est-à-dire dans la partie supérieure du coude sur sa face externe.

Le tennis-elbow (epicondylite) se traduit essentiellement par une douleur aux mouvements de la main (lors du serrement des doigts), du poignet (flexion) et aussi du coude.

Ces douleurs surviennent quelquefois lors des mouvements entraînant une impotence, mais le plus souvent, elles apparaissent au repos, surtout la nuit à la suite des travaux et des gestes effectués durant la journée précédente… Un dérouillage matinal est alors nécessaire pour échauffer les muscles et soulager la douleur.

Mis à part les signes présentés, ce sera l’échographie qui sera la plus évocatrice d’une épicondylite en montrant l’aspect pathologique des tendons ou de son lieu d’insertion sur l’os.
Quelque soit le type de douleur rencontrée, le repos du bras est indispensable (principalement suppression des mouvements impliquant les tendons épicondyliens). Sans lui, rien ne sera possible. Si le repos favorise la survenue de douleur (ce qui arrive parfois), il convient de prendre des anti-douleurs (paracétamol) et de demeurer au repos.

Les traitements naturels du tennis-elbow

Les anti-inflammatoires n’ont qu’une efficacité limitée, surtout en cas de douleurs nocturnes. Préférez toujours les applications locales aux prises orales pouvant induire des effets secondaires (notamment gastriques).

  • La mise au repos pendant au moins 15 jours est absolument indispensable. Prenez pendant cette période et pendant une semaine : Symphytum 5 CH et Ruta 5 CH : 5 granules 4 fois par jour en alternant les remèdes. Puis pendant une autre semaine : Bryonica 5 CH et Stricta 5 CH : 5 granules 2 à 3 fois par jour.
  • Sur l’épicondylite, des cataplasmes d’argile verte, des compresses alcoolisées ou des applications de Silicium organique en gel donnent souvent de bons résultats.
  • La prise de décontracturants homéopathiques (Cuprum metallicum 9 CH - 20 gouttes par jour) ou de potassium sous forme de chlorure de potassium (Diffu-K à libération prolongée vendu en pharmacie à prendre en fin de repas). va faciliter la guérison.
  • En application locale, vous pouvez faire préparer par votre pharmacien la formule suivante

    H.E. Achillea ligustica (0,5 ml)
    H.E. Eucalyptus citriodora (5 ml)
    H.E. Gaultheria procumbens (1 ml)
    H.E. Helichrysum italicum (3,5 ml)
    H.E. Laurus nobilis (2 ml)
    H.E. Ocimum basilicum ssp basilicum (3 ml)
    H.V. Arnica    (qsp 20 ml)
    Massez la zone concernée avec 6 à 8 gouttes 3 fois par jour pendant un mois
  • En phytothérapie prenez des gélules de Tilia ...
Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 34, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous