Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L’olivier contre le syndrome carpien

Article paru dans le journal nº 53 Acheter ce numéro
  • Aux premières douleurs, il faut apaiser l'inflammation tendineuse.Aux premières douleurs, il faut apaiser l'inflammation tendineuse.

Le syndrome du canal carpien se traduit par des picotements sur certains doigts, des douleurs nocturnes à la main, une perte de force, ou encore une perte de dextérité. Cette maladie, symptomatique des personnes ayant un travail manuel, donne lieu à 80 000 interventions annuelles. Comment ne pas en arriver là ?

Le syndrome du canal carpien. Voilà une belle tannée qui affecte la main et le poignet d’un grand nombre de personnes, plus volontiers tous ceux qui travaillent quotidiennement avec un ordinateur (en particulier avec une souris), mais aussi des maraîchers, des musiciens, des agriculteurs, en clair, ceux qui peuvent avoir des gestes répétitifs.

80 000 interventions anuelles

Selon la Sécurité sociale, en l’an 2000, sur 32 000 cas de maladies professionnelles reconnues, 22 000 concernaient des troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs. Et dans ces cas, 50 % concernaient le poignet. Et ce ne sont pas moins de 80 000 interventions chirurgicales qui ont été liées au syndrome du canal carpien. C’est dire.

Le syndrome du canal carpien est dû à un défaut de lubrification des tendons dans leur gaine, créant ainsi un frottement et, à terme, une inflammation du tendon. Devenu par l’inflammation plus volumineux, le tendon comprime le nerf médian dans le canal carpien. Et à se répéter, les inflammations du tendon vont former un tissu fibreux qui entraîne un épaississement de la gaine, gênant ainsi le mouvement et le glissement du tendon. Naissent des picotements sur certains doigts, des douleurs nocturnes à la main, une perte de force et/ou de dextérité, etc.

Une synergie pour apaiser l'inflammation

Dans les stratégies thérapeutiques à adopter, il faut donc agir rapidement sur l’inflammation qui est un signal, et qui doit alerter. Aux premières douleurs, il faut se reposer quelque deux ou trois jours et apaiser l’inflammation tendineuse. C’est l’enjeu de cette synergie de plantes telles que le laurier noble ( Laurus nobilis), l’olivier ( Olea europaea), la pyrèthre d’Afrique ( Anacyclus pyrethrum), la boswellia ( Boswellia serrata), le curcuma ( Curcuma longa), la tubéreuse ( Polianthes tuberosa).

Cette synergie déploie plusieurs actions : anti-inflammatoire (pour résorber l’inflammation des tendons) ; cicatrisante, pour le tissu des nerfs et surtout de la gaine du tendon ; antalgique, soulageant la douleur associée à l’inflammation des tendons (elle convient par extension à tous les cas de tendinites). En clair, une excellente alternative aux traitements par corticoïdes.

Carnet d'adresse :

Baume Mouse-O-Soft, Laboratoire Botavie www.botavie.com

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous