Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les antioxydants comme traitement des TDAH enfants et adultes

Article 100% numérique
  • Les antioxydants comme traitement des TDAH enfants et adultes

Les troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) toucheraient 6 à 7 % de la population mondiale et sont généralement pris en charge par un dérivé de l'amphétamine aux nombreux effets secondaires, la ritaline. Tour d'horizon de traitements naturels alternatifs prometteurs mais trop peu exploités à ce jour.

À l'origine de ce trouble handicapant de l'apprentissage et du comportement, on trouve de nombreux cofacteurs mêlés, se surajoutant à une prédisposition génétique : déséquilibre de l'immunité et du microbiote, tendance inflammatoire, sensibilité accrue aux métaux lourds comme le plomb, et retard de développement du cortex frontal, notamment. Mais deux autres facteurs retiendront particulièrement ici notre attention : on trouve généralement chez les personnes souffrant de TDAH un niveau trop bas du neurotransmetteur dopamine et un niveau de stress oxydatif trop haut, deux choses sur lesquels les micronutriments ou les plantes peuvent agir avec efficacité.

Quels micronutriments pour les TDAH ?

De plus en plus de preuves scientifiques démontrent les effets bénéfiques des apports alimentaires des antioxydants pour les enfants atteints de ces troubles. En produisant de l'énergie, notre corps génère naturellement des radicaux libres (espèces réactives de l'oxygène ou ERO), dont il canalise généralement les effets délétères par la production d'antioxydants endogènes comme le glutathion. Mais parfois le système est débordé, générant des problèmes en cascade, y compris au niveau du cerveau (neurones, neurotransmetteurs), ce qui semble particulièrement le cas pour les TDAH. Quels sont les leviers d'action possible pour y remédier ?

  • Le magnésium : les enfants atteints de TDAH ont souvent une carence en ce minéral essentiel (33 % mesurés dans le sang et 77,6 % mesurés par des tests de cheveux). Or c'est un minéral clef dans le métabolisme de l'énergie cérébrale, la transduction du signal, la vascularisation générale du cerveau et le fonctionnement enzymatique antioxydatif de l’ADN.

  • Le zinc : essentiel pour le bon fonctionnement du cerveau, il joue un rôle dans le transport de la dopamine, la structure des membranes, la formation et la modulation de l’hormone mélatonine qui régule le métabolisme de la dopamine (et l’immunité), trop rapide chez les enfants atteints de TDAH. Son antagoniste, le cuivre, est trouvé à des niveaux trop élevés en cas de TDAH, affectant la production de dopamine et rendant le cerveau plus vulnérable au stress oxydatif. Il faut donc veiller à un bon ratio zinc / cuivre (idéalement supérieur à 8).

  • La vitamine D, très importante dans la régulation du système immunitaire et de l'inflammation, est aussi considérablement plus faible chez les enfants souffrant de TDAH.

  • Oméga 3 sous forme d’EPA et DHA : ces acides gras essentiels sont probablement les nutriments qui ont le plus prouvé leur effet bénéfique chez les TDAH, les personnes atteintes ayant fréquemment un ratio Oméga-6 / Oméga-3 déséquilibré favorisant ainsi l’inflammation. Le DHA est, entre autres, nécessaire pour la structure membranaire des cellules et la transmission des signaux nerveux ; il joue aussi un rôle dans le fonctionnement de la dopamine. Quant à l’EPA, elle régule l’absorption des neurotransmetteurs. Les deux acides gras ont également des effets anti-inflammatoires très bénéfiques.

  • Les acides aminés sont impliqués dans le développement de TDAH et notamment la méthionine. Cet acide aminé est requis pour la production de glutathion réduit, notre antioxydant majeur : une carence de cet acide aminé a des impacts négatifs sur les capacités d’apprentissage et le comportement.

Les polyphénols issus des plantes pour le TDAH

Les polyphénols constituent un groupe de molécules antioxydantes et immuno-modulatrices trouvées notamment dans les fruits, les légumes et de nombreuses plantes médicinales qui pourraient s'avérer intéressantes pour les enfants atteints de TDAH. À ce stade, plus d'études mériteraient d'être menées, mais un extrait végétal semble d'ores et déjà prometteur.

Le pycnogenol : d'après une étude, cet extrait de l’écorce du pin maritime pris pendant un mois chaque jour (à la dose d'un mg/kilos de poids), réduirait significativement les symptômes des TDAH (moindre hyperactivité, meilleure concentration et coordination visuelle-motrice), probablement en influençant les niveaux de dopamine et catécholamines.

On pourrait également citer le safran, dont une étude de petite ampleur a montré l'utilité.

Au terme de ce tour d'horizon, notons qu'une alimentation saine, peu transformée et riche en nutriments, est bien sûr à privilégier car les additifs alimentaires semblent jouer un rôle. Il a été démontré que certains conservateurs comme le benzoate de sodium (E211) pouvaient favoriser l'hyperactivité chez les enfants.

Lire aussi Valériane et mélisse calment l’hyperactivité infantile

Sources

« Rationale for Dietary Antioxidant Treatment of ADHD », Nutrients, 2018.

« Antioxidants as a Potential Target against Inflammation and Oxidative Stress in Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder », Antioxidants 2020.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique hyperactivité TDAH DHA Ritaline magnésium pycnogénol

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous