Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Syndrome des ovaires polykystiques : la piste épigénétique

Article paru dans le journal nº 88 Acheter ce numéro
  • La piste épigénétique privilégier pour expliquer le SOPK.La piste épigénétique privilégier pour expliquer le SOPK.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la pathologie la plus fréquente chez les femmes qui sont en âge de procréer. Il est caractérisé par une production excessive d’hormones masculines (androgènes), des troubles de l’ovulation responsables d’infertilité et des ovaires d’aspect anormal. Maladie considérée par beaucoup comme héréditaire, des scientfiques ont cherché à comprendre les mécanismes de transmission. Des chercheurs de l’Inserm ont suivi la piste de l’épigénétique, comprenez des modifications biochimiques apposées sur l’ADN. Il ne s’agit donc pas de séquences ADN modifiées ou altérées, mais de modifications de l’activité des gènes. En induisant un excès d’hormone anti-müllerienne (AMH) sur des souris pour étudier leur descendance, les chercheurs ont en effet identifié 102 gènes dont l’expression diffère.

Si l'expression des gènes est influencée par l’hygiène de vie, l’environnement ou l’âge, c'est donc bien qu'on peut agir sur cette pathologie.

Lire aussi Syndrome des ovaires polykystiques : les solutions naturelles

Source

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous