Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Démocratie dans la santé, « une vaste mascarade »

Article paru dans le journal nº 33 Acheter ce numéro

Un haut cadre du ministère de la Santé vient de claquer la porte sans ménagement, pointant du doigt l’hypocrisie de sa hiérarchie. Séparer le bon grain de l’ivraie pour comprendre ses motivations n’est pas aisé, mais les raisons invoquées nous séduisent.

Nous apprenons en bouclant nos pages qu’un haut cadre du ministère de la Santé vient de claquer la porte avec fracas, gratifiant son supérieur hiérarchique, le patron de la Direction générale de la santé (DGS), Benoît Vallet, d’un élégant : « Permettez-moi […] l’ultime honneur de ne pas vous saluer. » La pique est signée Thomas Dietrich, le désormais ex-secrétaire général de la Conférence nationale de la santé (CNS). Cet organisme représentant l’ensemble du paysage de la santé a été créé en 2004. Sa mission : émettre des avis indépendants pour éclairer les députés et les caciques du ministère. Mais pour avoir osé affirmer que la loi Claeys Leonetti sur la fin de vie n’allait pas assez loin, Thomas Dietrich a exposé son organisme aux foudres de sa hiérarchie.

Évidemment, le ministère a tout d’abord réduit comme peau de chagrin les budgets. Pour Dietrich, invoquer des raisons économiques ne tient pas puisque Marisol Touraine a trouvé 400 000 euros pour créer une nouvelle structure, l’Institut pour la démocratie en santé, dont la secrétaire générale est une de ses proches conseillères.

Et c’est là que le bât blesse : la fameuse démocratie, usée comme un épouvantail. Ce que reproche Dietrich, c’est d’être à la tête d’un organisme qui tient le rôle de faire-valoir : « La démocratie dans le domaine de la santé n’est qu’une vaste mascarade montée par les politiques. » Une démocratie que Dietrich déplore de voir aliénée et à la botte de la ministre. Il l’a d’autant plus mauvaise, Dietrich, que son patron, le directeur de la DGS, l’a contraint à faire relire les avis de son organisme sur la vaccination par le cabinet du ministère. « Je sais que je risque des sanctions en tant que fonctionnaire, mais je ne pouvais pas continuer comme ça ». Allez savoir les vraies motivations de ce jeune homme fringant… Mais nous ne pouvions passer à côté de ce courageux coup de gueule !

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous