Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

« Je comprends ce que tu ressens » : valider les émotions d’autrui pour mieux l’aider

Article 100% numérique
  • L'empathie et l'écoute, préalables utiles à la résilienceL'empathie et l'écoute, préalables utiles à la résilience

Nous avons (presque) tous, dans un recoin de notre for intérieur, un bon samaritain qui sommeille et ne demande qu’à se manifester. Ainsi, quand un(e) proche nous confie une souffrance ou des émotions négatives, ce sauveur en nous s’empresse, souvent, à vouloir les atténuer. Pas toujours très adroitement d’ailleurs : « c’est pas si grave », « ça ira mieux demain » ou « tu ne devrais pas prendre les choses à cœur comme ça » sont des formules banales volontiers utilisées dans l’intention de venir en aide. Mais dommage, dans l’oreille de la personne en souffrance, elles sonnent plutôt comme un déni de ses émotions, conduisant à davantage de rumination au lieu de l’aider vraiment.

Une étude récente a montré qu’un préalable efficace ‒ indispensable ? ‒ pour réconforter une personne en difficulté consiste à d’abord valider comment elle se sent ; « je partage tes inquiétudes » ou « je comprends que tu te sentes mal avec cette situation » ou encore un simple acquiescement de la tête lui signifieront qu’elle est entendue, que son désarroi est pris en compte. À partir de là, elle sera plus encline à s’ouvrir à des idées positives. « C’est important d’aider les gens en prise avec la dépression, l’anxiété ou la peur, mais c’est aussi important d’aider ces gens à se reconnecter avec la curiosité, l’amour, la flexibilité et l’optimisme, car ils peuvent se sentir tristes et submergés, mais conserver simultanément l’espoir et l’envie de s’ouvrir aux autres », explique Jennifer Cheavens, auteur principal de l’étude et professeure de psychologie à l’Université de l’Ohio. « Intégrer la validation à une thérapie aide les patients à se sentir compris. Lorsqu’ils se sentent compris, ils sont prêts à recevoir un retour sur ce qui pourrait les amener à changer. Ça ne se limite d’ailleurs pas à la pratique clinique ; souvent, ce qui améliore une thérapie améliore aussi les relations parentales, amicales ou amoureuses ». Un moyen simple et qui ne coûte rien d’être sinon thérapeute, au moins initiateur(trice) de positivité autour de nous…

 

Lire aussi Détresse psychique : les clefs de la résilience

 

Source :

« The effect of validation and invalidation on positive and negative affective experiences », dans The Journal of Positive Psychology, octobre 2020.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique émotions cerveau dépression

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous