Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Psychophanie : un pont vers l’inconscient

Article paru dans le journal nº 45 Acheter ce numéro
  • Accompagner le geste par la psychophanieAccompagner le geste par la psychophanie

Fondée sur un mécanisme de communication télépathique encore inexpliqué, la psychophanie permet de mettre au jour les pensées et émotions tapies dans les tréfonds de notre psyché. Une thérapie courte, encore peu connue en France, au service de la connaissance de soi.

Encore peu connue en France, la psychophanie est considérée par certains comme une pratique thérapeutique majeure. Ainsi, pour Didier Dumas, figure de la psychanalyse transgénérationnelle, c’est « une découverte aussi importante dans la connaissance de l’esprit humain que celle que fut, au siècle dernier, la psychanalyse ».

La discipline est née dans les années 1970 en Australie. Rosemary Crossley, psychologue et éducatrice, met alors au point une technique de « communication facilitée » destinée aux personnes handicapées de la parole, souffrant d’infirmité motrice cérébrale ou d’autisme. On procède ainsi : un partenaire appelé « facilitant » soutient la main du « facilité », ce qui lui permet de désigner des images ou des mots sur un clavier. La personne handicapée peut, à la longue, acquérir de l’autonomie en frappant volontairement sur le clavier. Forte de son succès, la méthode s’exporte aux États-Unis dans les années 1980, puis en France, où elle est introduite par Anne-Marguerite Vexiau, une orthophoniste.

Celle-ci bouleverse la pratique de la communication facilitée en accueillant un registre émotionnel profond, ouvrant l’outil à un public plus large, dans une visée thérapeutique. L’orthophoniste nomme son approche psychophanie, ce qui signifie étymologiquement « mise au jour de l’âme ».

La psychophanie explore des zones profondes

Durant une séance, le praticien aide le patient à entrer en contact avec des zones profondes non conscientes de sa psyché. L’une des manières de pratiquer consiste pour le « facilité » à poser simplement sa main sur le bras du « facilitant », installé devant un clavier d’ordinateur. « Ce geste, qui vaut pour accord d’une communication d’inconscient à inconscient entre les deux personnes, n’est pas anodin. En effet,  au creux de la main se trouve un point important du méridien du Maître Cœur », remarque Denise Seneca, praticienne et formatrice en psychophanie depuis une quinzaine d’années à Paris.

Le patient n’a alors rien d’autre à faire, et le praticien, qui se met en état de résonance et de disponibilité intérieure, tape les termes qui le traversent et s’imposent à lui. « Les mots arrivent par paquets de deux ou trois, guère plus. Avant que j’ai fini d’écrire une phrase complète, je n’ai aucune idée de son contenu », précise Denise Seneca, elle-même ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 45, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Autisme autisme psychophanie
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous