Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Trouble du spectre autistique chez l'enfant : la vitamine D bénéfique

Article 100% numérique

La théorie dominante de l'origine strictement génétique des troubles du spectre autistique (TSA) est de plus en plus contestée, au profit d'une approche plus large intégrant les facteurs environnementaux (nutrition, pollutions, immunité, inflammation…) Un bon nombre d'études scientifiques émergent sur le lien entre carences nutritives et autisme, notamment celles en vitamine D. En 2016, l’étude de J. J. McGrath (1), docteur au Queensland Brain Institute (Australie), avait déjà démontré l'impact de la vitamine D sur la diminution des risques d’anomalies neurodéveloppementales lors de la grossesse, notamment les TSA.

Dans cette logique, une étude iranienne a récemment testé la supplémentation de vitamine D sur 43 enfants (âge entre 2 et 8 ans) présentant un TSA. Ces enfants présentaient pour la grande majorité un taux sérique de vitamine D plus faible et un taux de sérotonine et d'interleukine (IL)-6 plus élevé que les enfants sans TSA. L'objectif était d'évaluer l'effet de la vitamine D sur les principaux symptômes et les taux de sérotonine et d'IL-6. Dans cette étude randomisée en double aveugle, et contrôlé par placebo, les enfants ont reçu soit une goutte de vitamine D, soit un placebo pendant 15 semaines. La sévérité des symptômes autistiques, ainsi que la  maturité sociale et individuelle des enfants ont été mesurées par l'échelle d'évaluation de l'autisme infantile (CARS), la liste de contrôle pour l'évaluation du traitement de l'autisme (ATEC) et les questionnaires de la communauté ABC-C (aberrant behavior Checklist-community). Il en ressort que dans le groupe ayant pris de la vitamine D, les symptômes cliniques de l'autisme mesurés par les échelles CARS et ATEC ont été atténués de manière significative ; cependant, les taux de sérotonine et d'IL-6 et l'échelle ABC-C n'ont pas évolués. Ces résultats suggèrent qu'une supplémentation en vitamine D pourrait atténuer les symptômes des TSA, sans pour autant en traiter les causes. S’il reste indispensable de mener davantage d'études de plus longue durée afin de confirmer et d'affiner les résultats, la prise de vitamine D semble bénéficier aux enfants présentant un TSA.

(1) “Gestational vitamin D deficiency and autism-related traits: the Generation R Study”, Molecular Psychiatry, 2018

(2) “Effects of vitamin D supplementation on core symptoms, serum serotonin and interleukin 6 in children with autism spectrum disorders: A Randomized Clinical Trial”, Nutrition, 2020.

 

Lire aussi "Déclenchement" par l'ocytocine : quel rôle dans le risque accru d’autisme chez l’enfant ?

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous