Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les antidépresseurs, mais quelle déprime !

Article paru dans le journal nº 28 Acheter ce numéro

On en parle peu chez nous, mais aux États-Unis, les fabricants de somnifères et d’antidépresseurs sont en pleine effervescence : la FDA (Food and drug administration) vient de leur imposer de diviser par deux la puissance de leurs médicaments. Il faut tout changer : la production, les étiquettes, les emballages, la politique commerciale, l’information aux médecins…

Pourquoi la FDA vient-elle troubler un marché qui pèse une cinquantaine de millions d’ordonnances chaque année chez nos amis Américains ? Les fonctionnaires du gendarme américain du médicament ont en fait entre les mains des résultats d’études inquiétants.

Il y a celle pratiquée sur des rats, qui développent plus de tumeurs lorsqu’ils prennent des sédatifs, des antidépresseurs ou même des antihistaminiques ; il y en a une autre sur les accidents de la route provoqués par la somnolence ; une troisième, à grande échelle, sur la mortalité précoce des personnes qui prennent ces médicaments par rapport à la population générale. Quatre fois plus, ce n’est pas rien… En cause : les antidépresseurs, les barbituriques et les antihistaminiques sédatifs.

Je vous parle des États-Unis, mais ce n’est pas différent autour de nous. Ici aussi, on prescrit des produits à action prolongée ou pas. Tout cela se sait dans la communauté scientifique, et déjà, on se tourne vers les médecins pour les incriminer de prescrire sans discernement. Et pourtant, pendant que les malades à qui ont prescrit ces médocs en sont accros, on se désole d’autant plus qu’il y a tant de méthodes pour évacuer le stress et la déprime sans passer par les médicaments.

Prenez par exemple la méthode du Dr Schultz. Imaginez un vieux médecin bavarois qui découvre que sa méthode d’auto-hypnose permet aux vétérans de la Grande Guerre de mieux supporter leurs douleurs psychiques. Il crée une véritable méthode qui peut être mise en œuvre très rapidement. Cela paraît un peu neuneu au premier abord, mais toujours est-il que ça fonctionne plutôt bien.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous