Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Vessie et allopathie = dépression ?

Article paru dans le journal nº 46 Acheter ce numéro

Certains médicaments antimuscariniques (oxybutynine, toltérodine, solifénacine, fésotérodine) sont fréquemment prescrits chez les femmes présentant des envies d’uriner si impérieuses que leur qualité de vie en est gravement affectée. Toutefois, elles ne retrouvent un certain confort qu’au prix d’éventuels effets secondaires dont la sévérité les conduit parfois à abandonner le traitement : sécheresse buccale, oculaire et/ou cutanée, constipation ou diarrhée, nausées voire vomissements, maux de tête, somnolence, confusion mentale. Liste à laquelle il faut désormais ajouter le risque de dépression nerveuse : le suivi pendant trois ans de deux populations de femmes présentant un syndrome de vessie hyperactive a révélé que celles qui étaient traitées par cette classe médicamenteuse étaient significativement plus souvent dépressives que celles qui étaient traitées d’autres façons. Avant de se tourner vers l’allopathie, il convient donc d’avoir épuisé toutes les autres possibilités thérapeutiques : rééducation comportementale (hygiène alimentaire, arrêt des excitants, apprentissage de la gestion du stress), rééducation du périnée (biofeedback, électrostimulation), ostéopathie.

S.-D. Chung, S.-S. Weng et coll. dans The Journal of Clinical Pharmacology, avril 2017.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Médicaments inflammation vessie dépression
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous