Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Vaccins et mort subite du nourisson

Article paru dans le journal nº 1 Acheter ce numéro

Les autorités de santé prétendent toujours qu'il n'y a pas de lien entre la vaccination infantile et la mort subite du nourrisson. En réalité, même si la vaccination n'est pas la seule cause possible, il est très probable qu'elle participe au déclenchement de ces évènements graves.

Dans un volumineux document confidentiel de GSK de plus de 1200 pages  (que vous pouvez consulter ici ) sur L'INFANRIX HEXA, plusieurs rapports de décès sont consultables à la fin (36 sur 2 ans, mais encore 37 autres cas de mort subite depuis le lancement de L'INFANRIX HEXA en 2000). Mais lorsqu'on tient compte du fait que statistiquement seuls 1 à 10% des effets secondaires graves de vaccins sont effectivement comptabilisés et pris en compte, on en arrive à une fourchette estimée comprise entre 730 et 7300 décès !

Voici les indices probants permettant d'incriminer la vaccination dans la survenue de la mort subite du nourrisson :

1- Comment se fait-il que la mort subite qui suit des vaccinations ne présente pas de variations saisonnières, alors que la mort subite des enfants non vaccinés présente un pic de fréquence régulier à la fin de l'hiver ?

2- Le phénomène de mort subite chez les nourrissons non vaccinés présente un seul pic à l'âge de 2 mois, alors que la mort subite chez les enfants après vaccination en présente deux (à 2 mois et à 4 mois, fourchette d'âge au cours de laquelle on vaccine plusieurs fois).

3- Si la vaccination n'avait strictement rien à voir avec les morts subites, il devrait y avoir le même nombre de décès dans la première semaine que dans la deuxième et les suivantes après vaccination, et le même nombre approximatif de décès le lendemain de la vaccination que le surlendemain ou les jours suivants.

Or, la réalité  c'est qu'il y a au contraire une très nette augmentation des décès dans les tout premiers jours qui suivent la vaccination, et une concentration maximale des cas dans les 24 premières heures !

A noter qu'au Japon, entre 1975 et 1980, le simple décalage des premières vaccinations de 3 mois d'âge à 2 ans d'âge a permis de réduire de 90% les décès et de 80% les accidents neurologiques. Il est donc clair que tous ces éléments plaident en faveur d'une immaturité immunologique des nourrissons (surtout ceux qui n'étant pas allaités ne profitent pas des défenses immunitaires de la mère), ce qui fait que beaucoup ne sont pas vraiment aptes à faire face à des terribles chocs multi-vaccinations aussi précoces, standardisés par des protocoles médicaux de mauvaise foi où personne n'est responsable.

Mais il ne faut pas que cela se sache. Le chiffre d'affaires pharmaceutique passe avant ! Alors, nouveaux parents, méfiez-vous des gens qui soi-disant vous veulent du bien, surtout lorsqu'on essaye de vous faire confondre les vaccins obligatoires et simplement ceux recommandés.

 

Références

Pour en savoir plus sur les études scientifiques rigoureuses concernant ce sujet : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/2012-2013/Mort-subite-du-Nourrisson-et-vaccins.pdf

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique vaccins mort subite

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous