Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L’ail pour protéger vos artères

Article paru dans le journal nº 24 Acheter ce numéro
  • L’ail pour protéger vos artères

L’ail est bien connu pour être un antibiotique naturel des plus redoutables. Quiconque a déjà pris le métro à Moscou le sait, les émanations matinales dans le wagon prouvent son usage intensif en hiver. Mais c’est aussi par son rôle protecteur du système cardiovasculaire qu’il se distingue.

Si l’on est tenté de proscrire l’ail pour un premier rendez-vous galant, il n’en reste pas moins que cette plante potagère est connue depuis la nuit des temps pour des propriétés bénéfiques et pléthoriques, que la science moderne, via ses études, confirme. Des textes anciens aux dernières publications scientifiques, l’ail est reconnu pour ses vertus spasmolytiques, hépatoprotectrices, cholagogue (évacuant la bile vers l’intestin) et cholérétique (favorisant la production de bile).

Une liste à rallonge

On l’utilise encore aujourd’hui en tant qu’antibiotique naturel (antiviral, antibactérien, antiparasitaire, antifongique) agissant comme modificateur du terrain plutôt que de combattre directement les agents pathogènes. Les projecteurs se tournent désormais à nouveau vers lui pour ses vertus protectrices du système cardiovasculaire, incluant également les rétinopathies et l’artérite, l’ail agissant à tous les niveaux de l’artériosclérose
(il régule aussi la tension artérielle, le cholestérol et la triglycéridémie).

De plus, dans cette longue liste de bienfaits, il joue le rôle d’antiplaquettaire, anti-inflammatoire et antispasmodique. Riche en sels minéraux et en vitamines A, B et C, il diminue la fatigue, l’irritabilité et préviendrait même le diabète. Il est aussi important de souligner que, dans le cadre de la protection du système cardiovasculaire, l’association de l’ail et de la coenzyme Q10 (CoQ10) sous la forme d’ubiquinol se potentialise et agit de façon remarquable. L’ubiquinol participe activement à la synthèse de l’adénosine triphosphate (ATP) par les mitochondries, l’ATP étant l’unité d’énergie cellulaire.

Synergie optimale

Sachez malheureusement que la consommation de gousses d'ail ne sera pas suffisantes. Il vous faudra opter pour de l’ail (en gélules) qui apportera les doses suffisantes sans présenter les inconvénients aromatiques de l'ail.

Le tissu cardiaque étant très riche en mitochondries, l’emploi de la CoQ10 (sous la forme ubiquinol) est des plus pertinents car il y a une synergie entre l'ail et cette coenzyme.

Entre autres synergies intéressantes, notons que l’extrait d’aubépine, riche en polyphénols, présente l’intérêt d’être tonicardiaque, régulateur des troubles du rythme cardiaque et antispasmodique. Depuis longtemps, on prescrit cette plante pour lutter contre les palpitations, l’anxiété, la nervosité, l’insomnie, le sevrage progressif d’un traitement par anxiolytiques et en complément de traitements ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 24, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous