Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Gare aux quinolones

Article paru dans le journal nº 29 Acheter ce numéro

Pas un mois sans que n’éclate au grand jour des problèmes plus ou moins graves d’effets secondaires et indésirables liés à des classes de médicaments. Ce mois-ci, une classe d’antibiotiques largement prescrits.

Les quinolones appartiennent à une classe d’antibiotiques aujourd’hui couramment utilisés dans le traitement d’un grand nombre d’infections : urinaires, génitales, intestinales, ORL et cutanées. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient d’adresser au corps médical une lettre d’information rappelant les complications possibles de telles médications.

Surveiller les symptômes

Outre l’obligation de se protéger des rayonnements UV (une faible exposition pouvant induire chez des sujets sensibles de véritables brûlures de la peau), outre le risque de faire une syncope fatale si l’on présente des antécédents cardiaques, il convient de surveiller l’apparition de certains troubles. D’abord, des douleurs ou des inflammations au niveau d’un tendon en dehors de toute notion d’efforts répétitifs récents doivent faire craindre une tendinite, dont la pire évolution est la rupture du tendon. Les symptômes peuvent apparaître dès le début de traitement comme des mois après son terme et réapparaître à la première prise d’une nouvelle cure.

Ensuite, des sensations de picotements, de brûlures, d’engourdissements voire de véritables douleurs au niveau des mains ou des pieds sont les signes révélateurs d’une toxicité nerveuse, avec comme risque évolutif le caractère irréversible de ces symptômes.

La vulgarisation de l’usage de cette classe d’antibiotiques en a fait oublier ces différents risques, certes rares, mais gravissimes. Aussi, s’il vous est prescrit un des médicaments suivants, refusez-le si vous avec un passé cardiaque ou neurologique, ou soyez des plus vigilants et stoppez le traitement dès l’apparition des premiers signes, et retournez chez votre médecin. Les produits en cause : ciprofloxacine (Ciflox, Uniflox), lévofloxacine (Tavanic), moxifloxacine (Izilox), ofloxacine (Oflocet) et péfloxacine (Péflacine).

ANSM : « Profil de sécurité des quinolones – Point d’Information », 15 octobre 2015.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous