Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L’irisine, un nouvel espoir contre la maladie d’Alzheimer

Article paru dans le journal nº 66 Acheter ce numéro
  • L’irisine, un nouvel espoir contre la maladie d’Alzheimer

L’exercice physique stimule la production d’irisine. Or cette hormone qui améliore la mémorisation pourrait jouer un rôle dans la prévention et la guérison de la maladie d’Alzheimer.

L’irisine est parfois surnommée « l’hormone du sport », car sa concentration sanguine augmente en réponse à une activité physique régulière. Elle a été découverte en 2012 par des chercheurs de l’université de Harvard, aux États-Unis. Sa capacité à brûler les graisses et à réguler la glycémie en fait une molécule cible des traitements contre le diabète et l’obésité.

De plus, des recherches ont démontré que l’irisine agit également sur l’hippocampe, partie du cerveau au rôle central dans l’apprentissage et la mémorisation. « Cela expliquerait ce lien entre activité physique et mémoire. Elle semble jouer un rôle dans la protection contre des troubles neurologiques comme la maladie d’Alzheimer », explique Ottavio Arancio, professeur de pathologie, de biologie cellulaire et de médecine à l’université Columbia, coauteur d’une étude sur le sujet.

Le rôle de l’irisine démontré

Dans une autre étude, des chercheurs des universités du Queens (Canada), de Columbia et de Rio de Janeiro (Brésil) ont effectivement constaté que le taux d’irisine dans l’hippocampe était réduit chez les patients atteints d’Alzheimer.

Pour mieux comprendre le rôle de cette hormone, ils ont mené des expériences sur deux groupes de souris. Le premier a suivi un exercice de natation quotidien pendant cinq semaines ; le second, non. Les souris du premier groupe n’ont développé aucun trouble de la mémoire, et ce malgré des injections de bêta-amyloïde, un peptide impliqué dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs ont également remarqué qu’en inhibant l’irisine dans l’hippocampe de certaines souris du premier groupe, ils diminuaient leurs résultats à des tests de mémoire. Ces expériences ont prouvé que l’irisine protège les synapses du cerveau et les capacités mémorielles chez la souris et « suggèrent que l’irisine pourrait être exploitée dans de nouveaux traitements contre la démence », explique le Dr Arancio.

 

Références

“Exercise-linked FNDC5/irisin rescues synaptic plasticity and memory defects in Alzheimer’s models”, dans Nature Medicine, fév. 2019.

“Irisin and the therapeutic benefits of exercise”, dans BMC Proceedings, 2012.

“Exercise Induces Hippocampal BDNF through a PGC-1α/FNDC5 Pathway”, dans Cell Metabolism, 2013.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous