Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Vaccins : l’art de passer entre les mailles

Article paru dans le journal nº 29 Acheter ce numéro

Échapper aux vaccinations est une préoccupation qui touche de plus en plus de parents dans les pays occidentaux, du moins dans les milieux dont le niveau d’études est suffisamment élevé. Le risque que ce phénomène encore marginal ne s’étende à l’ensemble de la population est d’autant plus grand que certaines campagnes ont gravé un souvenir détestable dans la mémoire collective.

Exemples, en France : les campagnes contre l’hépatite B menée par Bernard Kouchner, puis contre la grippe H1N1 sous l’égide de Roselyne Bachelot. Inquiètes de cette situation, les institutions nationales réagissent en légiférant, chacune à sa façon. En France, si l’arsenal juridique mis en place est contraignant, il n’est pas sans faille…

En effet, quand une vaccination n’est pas obligatoire, la responsabilité de l’État ne peut être engagée, en conséquence de quoi, le praticien de santé qui a pratiqué l’acte est mis en cause si un accident survient ! Dans un tel contexte, tout médecin, aussi convaincu soit-il des bienfaits de certaines vaccinations non obligatoires, hésitera à s’exposer à des poursuites judiciaires en cas de complications. Surtout si on lui oppose l’article écrit par Charles Haroche, avocat, pour le compte du Journal international de médecine et publié en septembre dernier.

Charles Haroche : « Complications des vaccinations : qui est responsable ? » publié le 19 septembre sur le site du Journal international de médecine.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique vaccins vaccination

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous