Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Implant Files : quand la passion participe au trouble

Article paru dans le journal nº 64 Acheter ce numéro
  • Les pompes à insuline font partis des trois dispositifs médicaux mis en cause par les Implant files.Les pompes à insuline font partis des trois dispositifs médicaux mis en cause par les Implant files.

On dit souvent que les journalistes ne font plus leur métier. Impliquant plus d’un millier d’entre eux et près d’une soixantaine de rédactions à travers le monde, une enquête révèle un énorme scandale autour des dispositifs médicaux. Focus.

La médiatisation des travaux du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) sur les malfaçons concernant les dispositifs médicaux de toutes sortes a répandu la peur sur l’ensemble de la planète. Cependant, aussi justifiées que soient, dans un tel climat, les craintes suscitées par l’annonce de la nécessité d’implanter un dispositif médical, les tempêtes émotionnelles qu’elles génèrent obscurcissent les facultés cognitives et empêchent toute prise de décision claire et saine. Il apparaît donc indispensable d’apporter aux patients concernés quelques ­éléments nécessaires à une réflexion saine.

Dès 2013 et le scandale des prothèses mammaires PIP, des organismes européens indépendants avaient tenté d’alerter l’opinion publique sur le fait que ce type de malfaçon n’était pas isolé, affirmant que « la législation relative aux dispositifs médicaux doit être entièrement révisée et inclure une procédure d’autorisation de commercialisation pour les dispositifs médicaux à haut risque », et que « l’efficacité, la sécurité et une balance positive risque/bénéfice des dispositifs médicaux à haut risque doivent être prouvées par des investigations cliniques de haute qualité avant que ceux-ci soient autorisés ».

En France, les dispositifs médicaux sont répartis en quatre classes. La classe III correspond au plus haut risque, en particulier des dispositifs médicaux en interaction avec le système cardio-vasculaire ou le système nerveux central. Si, aux États-Unis, la législation en vigueur exige suffisamment d’éléments de preuve de l’efficacité et de la sécurité avant d’accorder l’autorisation à l’utilisation des dispositifs médicaux à haut risque, il n’en est pas de même en Europe. Ainsi, il n’est pas toujours demandé aux fabricants de dispositifs similaires à ceux déjà commercialisés de prouver la bonne qualité de leurs produits !

Une pondération nécessaire

Dans son communiqué du 25 novembre, l’ICIJ signale que « plus de 1,7 million d’incidents et près de 83 000 décès suspectés d’être en lien avec des dispositifs médicaux ont été enregistrés rien qu’aux ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 64, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous