Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Apnée du sommeil :
les Coréens ont trouvé un remède

Article paru dans le journal nº 12 Acheter ce numéro

Lorsque le sommeil est déstructuré, du ronflement à l’apnée, des risques lourds d’infarctus, d’AVC, de dépression et de fatigue diurne apparaissent. Une bonne qualité respiratoire durant le repos est synonyme d’une meilleure santé et d’une meilleure qualité de vie.

En France 60 % des hommes et 40 % des femmes de plus de quarante ans sont atteints de gênes respiratoires nocturnes, allant du ronflement à l’apnée du sommeil. Ces deux troubles sont souvent négligés par ceux qui en souffrent tant que les nuisances sont limitées, pourtant, ils sont associés à des troubles de santé sérieux qui vont empirer au fil du temps. Maux de tête au réveil, stress, hypertension, dépression, somnolence diurne, les personnes atteintes ont un risque augmenté de 34 % d’être victime d’une crise cardiaque et de 67 % d’être confronté à un accident vasculaire cérébral.

Les tissus mous de la gorge obstruent le passage

L’origine du ronflement, mais aussi de l’apnée du sommeil, est toujours un barrage du flux de la respiration au niveau de la gorge. Les tissus mous à l’arrière se relâchent et obstruent le passage aérien laryngé. Pour alimenter suffisamment les poumons en oxygène, le flux d’air est alors accéléré, le voile du palais et les parois du pharynx se mettent à vibrer et produisent le ronflement. En cas d’apnée, l’obstruction étant totale, le corps met alors une procédure d’urgence en place, le réveil en sursaut. Une personne atteinte peut alors se réveiller jusqu’à 200 fois par nuit sans toujours s’en rendre compte, mais avec des conséquences de plus en plus sérieuses.

La lutte passe par les hormones

Une des meilleures solutions pour rétablir un bon fonctionnement de la respiration nocturne est donc de stimuler la fermeté tissulaire de la sphère laryngée. Mais personne n’avait trouvé comment le faire jusqu’à ce qu’une étude menée par les chercheurs de l’université de Chicago et publiée dans la revue médicale The Lancet mette en évidence des liens entre le relâchement de l’élasticité tissulaire et le déséquilibre hormonal qui apparaît avec l’âge.

En restaurant le niveau hormonal perturbé, on obtiendrait donc une nette amélioration des symptômes.

Cette hypothèse a été vérifiée lors d’un test clinique mené aux États-Unis, il a été proposé à ce type de patients un complexe à base de fibres alimentaires visant à rétablir l’équilibre hormonal. L’effet extrêmement positif constaté par les ronfleurs a donné l’idée à des chercheurs de l’université de Gwang-Ju, en Corée du Sud, de développer un produit spécifique contre ces troubles. Ils l’ont baptisé le S-Norm.

Des fibres équilibrantes

Le S-Norm est un complexe breveté de fibres à base d’oligosaccharides de chitine et de chitosan. Ces principes actifs, en agissant comme des précurseurs de la testostérone et des œstrogènes, permettent de rééquilibrer la physiologie hormonale aussi bien chez la femme que chez l’homme.

Par ailleurs, un puissant composé végétal à base d’oligosaccharides extraits de l’algue agar-agar et d’un extrait aqueux de thé vert complète la formulation et participe à un repos de qualité.

Les résultats d’un test clinique portant sur 30 personnes ont établi que 2 personnes sur 3 voyaient leurs ronflements diminuer fortement après une cure de quelques semaines seulement. En présence d’apnée du sommeil, une importante atténuation jusqu’à la complète disparition des troubles a pu être observée. Même lorsque les symptômes sont réduits nettement, il est toutefois souhaitable de consolider la tonicité musculaire du larynx pendant une période initiale de 3 à 5 mois.

Que faire pour accompagner ce traitement ?

  • Faciliter le retour à un microbiote intestinal sain en faisant une cure d’au moins quatre mois de symbiotiques (probiotiques associés à des prébiotiques). Par exemple Probioplex.
  • Prenez de la vitamine D3 car plus la teneur sanguine en vitamine D est basse, plus la sévérité de l'apnée du sommeil est marquée.
  • Chez une personne atteinte de forme modérée à sévère de SAOS, la sécrétion de deux neurotransmetteurs cérébraux (GABA et serotonine) est particulièrement perturbée au cours du sommeil.
    - Prendre de l'ashwagandha qui a une action similaire au GABA (acide gamma amino butyrique).
    - Prendre également un extrait de Griffonia simplicifolia, riche en précurseur de la sérotonine, neurotrans-metteur essentiel à une bonne ventilation.

 

Carnet d'adresse:

S-Norm

Probioplex

Vitamine D3

Ashwagandha

Griffonia simplicifolia

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique apnée du sommeil

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous