Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Cherchez l’erreur !

Article paru dans le journal nº 36 Acheter ce numéro

Quasiment simultanément, les résultats de deux études portant sur l’impact du triclosan et du triclocarban, deux antiseptiques présents dans de nombreux produits cosmétiques, ont été publiés.

La première conclut que l’usage régulier de dentifrices contenant l’un ou l’autre de ces deux antiseptiques n’exerce pas d’influence majeure sur les flores microbiennes buccale et intestinale, de même qu’il n’altère pas les marqueurs des fonctions endocriniennes (hormonales) chez l’humain.

La seconde, effectuée sur le poisson-zèbre, organisme vivant couramment utilisé pour l’expérimentation animale avant l’expérimentation chez l’humain, affirme que l’exposition au triclosan conduit à une modification rapide de l’équilibre entre les différentes souches bactériennes composant le microbiote de l’intestin.

Par rapport à la seconde étude, la première a l’avantage de porter sur une pratique humaine des plus courantes. Elle a été menée grâce à une subvention publique accordée par les National Institutes of Health (Service de recherche biomédicale américain). Tout semble donc garantir l’absence de conflits d’intérêts…

Cependant, ces résultats sont en contradiction flagrante avec ceux d’autres études américaines, qui ont conduit un organisme de santé indépendant à sommer dès avril 2010 la Food and Drug Administration (l’équivalent étasunien de notre Agence nationale de sécurité du médicament) à prôner une régulation sérieuse de l’usage de ces deux antibactériens.

A. C. Poole, L. Pischel, C. Ley, et coll. dans mSphere, mai 2016.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous