Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Acrylamide : une présence embarrassante

Article paru dans le journal nº 1 Acheter ce numéro
  • acrylamideacrylamide
  • Avatar de Catherine Becquart Mme Catherine B. Référent thématique
  • Avatar de Christine BLANC RULLIER Mme Christine B. Référent thématique
  • Avatar de Marie MESMER Mme Marie M. Référent thématique
  • Avatar de Claude GAUTHIER M. Claude G. Référent thématique
  • Avatar de Lilia Moglia Mme Lilia M. Référent thématique
  • Avatar de Maryline DUCOROY Mme Maryline D. Référent thématique
  • Avatar de Pascale Chaintron Mme Pascale C. Référent thématique
  • Avatar de Ghyslaine Ferré Morel Mme Ghyslaine F. Référent thématique
  • Avatar de Josiane MANINT Mme Josiane M. Référent thématique
  • Avatar de Blandine Adenis Lamarre Mme Blandine A. Référent thématique
  • Avatar de Jocelyne Richard Mme Jocelyne R. Référent thématique
  • Avatar de Catherine Caillier Mme Catherine C. Référent thématique
  • Avatar de Dominique Noel Mme Dominique N. Référent thématique
  • Avatar de Danielle GUYOT Mme Danielle G. Référent thématique
  • Avatar de Nadine Pellizzeri Fily Mme Nadine P. Référent thématique
Connectez-vous pour devenir référent « Manger sain »

et répondez aux membres du site

L'acrylamide est une molécule qui est couramment employée dans l'industrie des matières plastiques mais aussi pour le traitement des eaux usées (elle permet la floculation de la matière organique en suspension) et comme additif dans les herbicides pour en limiter la dispersion. c'est aussi une substance qui apparaît lors de la cuisson des aliments riches en sucre comme le pain ou les chips. Elle est présente un peu partout, pourtant, personne ne s'en inquiète.

La molécule d'acrylamide est soupçonnée depuis longtemps d'avoir des effets neurotoxiques mais aussi de provoquer ou d'accélerer la survenue de cancers hormono-dépendants (le cancer du sein en particulier). Elle est donc classée par l'OMS comme substance présentant des risques pour la santé humaine. Cette molécule est très simple à produire de manière synthétique, mais aussi par des moyens naturels. On s'est ainsi aperçu y a une vingtaine d'années qu'elle se forme spontanément lors de la cuisson à haute température (plus de 120 degrés) d'aliments riches en sucre (comme les féculents)  et en protéines. 

Il n'a pas fallu longtemps pour en déduire que des produits alimentaires aussi courants que les chips, les frites, le pain, les biscuits, les céréales du petit déjeuner mais aussi le café (instantané en particulier) ou les amandes grillées en contenaient des quantités importantes.

Elle est aussi présente dans la quasi-totalité des plats préparés cuits à haute température (pour éviter les contaminations), mais elle apparaît aussi sur toutes les viandes que nous faisons griller brutalement (au barbecue par exemple).

La molécule, répétons-le est dangereuse et pourtant, aucune information officielle n'a été faite auprès du grand public. Pourquoi ?

Vous l'imaginez aisément, cela reviendrait à montrer du doigt tout un pan de l'industrie agro-alimentaire et à détourner les consommateurs d'une quantité innombrable de produits.

En Europe, les autorités de santé sont parfaitement au courant du problème et elles ont demandé discrètement aux industriels de mettre en oeuvre des procédés capables de réduire la présence de cette molécule dans leurs produits. Cet appel aux bonnes volontés a été fait en 2007, mais depuis, on n'a rien constaté de bien convaincant. Dans son dernier rapport sur le sujet, paru en 2011, l'EFSA (l'autorité européenne de sécurité alimentaire) avoue : «  En comparant les données de 2007 avec celles de 2009, on a pu observer une tendance à la diminution des niveaux d'acrylamide pour seulement 3 groupes d'aliments sur 22 (diminution de l'acrylamide dans les biscuits salés, les biscuits pour enfants et les pains d'épice). Sur la période de surveillance de trois ans, il a été montré que les taux d'acrylamide ont augmenté dans le pain grillé suédois (Knäckebrot) et le café instantané et sont restés inchangés dans plusieurs autres groupes d'aliments ».

Bravo les bonnes volontés !

Une étude récente réalisée par le Danish Cancer Society Research Center, montre désormais l'urgence de la situation. Cette étude a concerné 25 000 femmes ménopausées. Elles ont été suivies pendant la période 1993/1997. Quelque 420 d'entre elles avaient contracté un cancer du sein en 2001 (110 en sont mortes depuis). 

Or les chercheurs ont constaté que les femmes qui avaient le plus d'acrylamide dans le sang avaient plus de risque d'avoir un cancer (+63%) que les autres. Pour le moment, les autorités européennes en sont toujours à l'étude des données, considérées comme insuffisantes, mais pendant ce temps, des millions de consommateurs continuent de consommer tranquillement ces produits de consommation courante et à faire griller leur viande au barbecue durant tout l'été sans s'inquiéter. Ce scandale de l'acrylamide ne tardera pas à éclater.

D'ici là, il nous enseigne au moins une chose : il faut pratiquer les cuissons douces, manger des produits frais et si possible, privilégier l'alimentation vivante. Tant pis pour le barbecue, les viennoiseries, les biscuits apéritifs et le café lyophilisé.

Sources : Pre-diagnostic acrylamide exposure and survival after breast cancer among postmenopausal Danish women. Rapport de l'EFSA sur la surveillance et l'évaluation de l'exposition à l'acrylamide

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Manger sain acrylamide chips
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes