Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Un détergent avec de l’eau, du sel… et un peu d’électricité

Erwann Kersaintgilly  rédigé le 27 février 2017 à 11h38
Article paru dans le journal nº 44 Acheter ce numéro
  • Un détergent avec de l’eau, du sel… et un peu d’électricitéUn détergent avec de l’eau, du sel… et un peu d’électricité
Connectez-vous pour devenir référent « Environnement »

et répondez aux membres du site

Ayant pris conscience des dangers que font peser les produits ménagers chimiques sur la santé et l’environnement, vous avez opté pour le bicarbonate et le vinaigre blanc. Sans retrouver, hélas, le pouvoir désinfectant et détergent de l’eau de Javel. Une société suisse a trouvé la solution.

Vous dire que les produits ménagers des grandes surfaces sont un danger est une lapalissade. Toutefois, soulignons ce point : en 2013, on a produit rien qu’en Europe près de 350 millions de tonnes de produits chimiques, soit 46 fois le poids de la tour Eiffel. Et dans ces 350 millions, 134 millions sont reconnus comme nocifs pour l’environnement et le milieu aquatique, et… 202 millions sont considérés comme toxiques. Ces produits étant issus du pétrole, il est aisé d’en évaluer le poids sur l’environnement. Du forage à la livraison, du traitement à la distribution, rien que la matière première de ces produits est un cauchemar écologique.

100 fois plus puissant que l’eau de Javel

Reste encore à trouver une solution de nettoyage qui soit aussi efficace que les détergents et désinfectants de synthèse, tout en étant écologique, sans effets secondaires pour la santé et biodégradable. Parfaite quadrature du cercle ? Pas si sûr, puisqu’une société suisse vient de lancer un détergent et désinfectant dont la fabrication ne nécessitant pas de pétrole, mais de l’eau, du sel et de l’électricité pour le fabriquer ; aux propriétés 100 fois supérieures à l’eau de Javel à molécule égale ; ne représentant aucun danger (votre serviteur en a ingéré pour le bien de l’article sans en souffrir outre mesure – un petit vertige) ; et biodégradable.

Simple comme bonjour

Le principe est simple. Vous achetez un pack contenant un module (une machine qui fera de l’hydrolyse), un flacon de sel spécial et un flacon servant de spray.

Dans le réservoir du module vous versez de l’eau du robinet, une cuiller rase de sel, vous mélangez le sel à l’eau, branchez le module qui, en cinq minutes d’hydrolyse, préparera une solution ménagère sentant le chlore, mais qui, contrairement à la Javel, ne sera pas du chlore pur, mais une solution chlorée active.

Et là, que la fête commence. Toute surface capable de supporter l’eau peut être nettoyée. Toilettes, fenêtres, plan de travail, cuisine, jantes de voiture, carrelage… Le produit remplace entre 70 et 80 % des produits existants : blanc de Meudon, bicarbonate, vinaigre blanc, et autre citron sont ici réunis en un seul produit. Et lorsque vous aurez passé le délai de sept jours, s’il vous reste du liquide, vous n’aurez qu’à le reverser dans le module pour réactiver, sans ajouter à nouveau du sel, la solution. Un système aussi écologique qu’économique !

Une révolution aux normes

Les normes suisses et européennes en poche, cette solution a un coût aux effluves d’investissement. Le pack coûte près de 300 €, et les sels coûteraient en fonction de leur consommation 59 € par ans pour ne plus polluer et n’utiliser qu’un produit.

 

 

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes