Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Covid-19 : le mariage d'AstraZeneca et d'Oxford

Article paru dans le journal nº 85 Acheter ce numéro
  • Un vaccin contre le rhume des chimpanzés pourrait être efficace contre le Covid-19.Un vaccin contre le rhume des chimpanzés pourrait être efficace contre le Covid-19.

Dans son édition du 28 octobre, Le Canard enchaîné rapporte les dessous pas très chics de la course au vaccin contre le Covid-19. Et ce que révèle l’hebdomadaire est assez savoureux. Rien que le pitch : un vaccin contre le rhume des chimpanzés pourrait être efficace contre le Covid-19. Initialement portées par le géant pharmaceutique Merck, rapidement laissées de côté par manque de promesse financière, les études scientifiques ont été reprises par la so British université d’Oxford, qui a fini par breveter un vaccin. À ce moment de l’histoire, on est en 2016. Et donc, aujourd’hui, on se dit que ce vaccin pourrait être efficace contre le Covid-19. Il est vrai que les chimpanzés partagent 99,4 % d’ADN avec l’être humain. Du coup, il s’agit ici de mettre les bouchées doubles. Parce que du stade de brevet à celui des seringues injectables, il y a du boulot. Il faut tester. Si les tests sont validés, il faut fabriquer. Et puis, il faut avoir les reins toujours solides pour empaqueter et distribuer le produit à travers le monde entier. Autant dire que ce n’est pas une université, aussi prestigieuse soit-elle, qui dispose de ce genre de moyens. Merck est naturellement le premier laboratoire contacté. Mais si Merck c’est du lourd, on n’y trouve pas que des tendres non plus. Déjà, le laboratoire est un poil gourmand. Il ne propose que 1 % de royalties à Oxford. Ensuite, rien n’assurerait que le vaccin soit réservé en tout premier lieu aux États-Unis et autres pays du même acabit, et à des tarifs rédhibitoires. Ça Oxford n’en veut pas. L’université souhaite une solution mondiale et abordable. Voeu pieux, quelque peu contrebalancé par des réalités plus matérielles. En clair, Oxford n’a pas du tout envie de voir le chiffre d’affaires d’une société privée exploser grâce à elle et sans gagner sa part du gâteau (pardon, sans obtenir les moyens permettant de financer de nouvelles recherches médicales). Exit les Américains de Merck et bienvenus les Britanniques d’AstraZeneca. D’une on est mieux entre Britons, et de deux le labo propose 6 % de royalties et s’engage à fournir le vaccin à prix coûtant pour les pays à revenus faibles ou intermédiaires. Les autres, ça reste à voir… Enfin pour l’heure, comme le rappelle Le Canard enchaîné, il faut encore que le vaccin soit efficace et ce n’est pas gagné. Aux États-Unis, les tests ont été suspendus parce qu’un cobaye (un patient pardon) est tombé malade. Oui, oui, le chimpanzé partage bien avec l’homme 99,4 % d’ADN, peut-être que le 0,6 % manquant fait vraiment la différence.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous