Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Anti-acides et chimio : un cocktail détonnant

Article paru dans le journal nº 75 Acheter ce numéro
  • Altération des capacités cognitives due à la prise d'IPP pendant une chimiothérapie.Altération des capacités cognitives due à la prise d'IPP pendant une chimiothérapie.

Chaque année, quelque 16 millions de Français(es) prennent un anti-acide de type IPP (inhibiteurs de la pompe à protons), dont des études soulignent, lorsqu’il est pris trop longtemps, l’augmentation des risques de pneumonie, de cancers gastro-intestinaux, d’atteintes rénales et cardiovasculaires, de démence, et de la mortalité toutes causes confondues

Les IPP sont notamment prescrits aux patients(tes) cancéreux pour soulager les problèmes de l’appareil digestif consécutifs aux chimiothérapies. Or une nouvelle étude américaine révèle des problèmes cognitifs durables plus sévères de 20 à 29 % chez les « survivantes » à un cancer du sein ayant pris un IPP pendant leur maladie par rapport à celles qui n‘en ont pas pris. Alors que la Food and Drug Administration américaine préconise l’utilisation des IPP à court terme contre l’acidité gastrique, 2/3 des patientes en ont consommé pendant 6 mois à 2 ans. Cette altération des capacités cognitives imputable aux IPP se surajoute à celle déjà due à la chimiothérapie elle-même. 

Source :

« Cognitive problems of breast cancer survivors on proton pump inhibitors », Journal of Cancer Survivorship, Janvier 2020.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Chimiothérapie chimiothérapie IPP
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous