Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Radiothérapie : comment mieux la tolérer

Article paru dans le journal nº 27 Acheter ce numéro

La radiothérapie consiste à envoyer des rayons de façon à ce qu’ils se croisent au niveau de la tumeur à détruire. Dans cette zone, rien ne survit ! En soi, c’est déjà une véritable agression avec des tissus brûlés, des réactions inflammatoires autour de la zone et des déchets cellulaires à éliminer. Cette technique, aussi violente soit-elle, est parfois nécessaire et ses progrès ces dix dernières années lui permettent d’offrir un rapport bénéfice/effets secondaires souvent favorable.
Malheureusement, elle peut laisser des séquelles parfois handicapantes, selon la dose de rayons et surtout la zone irradiée. Ainsi, une radiothérapie de la prostate traverse les tissus de la vessie et de l’intestin qu’on ne voudrait pourtant pas brûler. Les irradiations ORL abîment les glandes salivaires. Et pour un cancer du sein, ce sera souvent la peau, mais aussi le derme, qui souffrent de ce traitement.

Protection de la peau

C’est évidemment la peau qui est le premier organe traversé par les rayons et qui peut donc en souffrir inutilement. La première chose à faire est d’aller à la séance de radiothérapie avec une peau parfaitement propre et sans y avoir appliqué la moindre crème. En effet, si la peau est grasse, il peut se produire une légère diffraction des rayons qui vont brûler un peu plus le tissu cutané.

C’est uniquement après les séances qu’on pourra envisager certaines applications :

  • Les huiles essentielles (HE) de lavande et de niaouli ont ma préférence. On peut les utiliser pures, mais je préfère les diluer dans une huile végétale d’amande douce ou, mieux, de millepertuis à raison d’un tiers d’HE pour deux tiers d’huile végétale. À appliquer dès la fin de la séance et à renouveler dans la soirée.
  • Une fois les séances de rayons terminées, je conseille l’HE d’immortelle (Helichrysum italicum) mais qui est chère. On peut l’appliquer pure ou mélangée (5 ml d’HE de niaouli avec 1 ml d’HE d’immortelle dans 15 ml d’HV de millepertuis). J’utilise aussi l’aloé vera seul ou en spécialité (Quantaderm).

Un magnétiseur peut également vous aider à « passer le feu ».
À la fin des séances, on pourra continuer les mêmes produits ou utiliser des spécialités à base de silicium organique.

En accompagnement de la radiothérapie je préconise également l’homéopathie : efficace, d’un coût modéré, elle doit occuper une place majeure [voir le protocole complet ci-dessous].

Quels acides gras ?

Dès que la peau ou le derme sont impliqués, il peut être nécessaire d’utiliser des acides gras essentiels à visée cutanée comme les oméga 3 et l’huile de bourrache. Les avis sont partagés, mais je pense sincèrement qu’il ne faut pas utiliser ces produits pendant la radiothérapie. Je conseille même de réduire la consommation des poissons gras, des huiles riches en oméga 3 un mois avant les séances de rayons.

On remplacera ces acides gras par les alkylglycérols – activateurs du système immunitaire – qui sont apportés par les huiles de foie de requins des mers froides. Des études montrent leur rôle protecteur des tissus traversés par les rayons sans réduire leur efficacité sur la tumeur. En revanche, dès la fin du protocole de radiothérapie, huiles de poissons (oméga 3) et d’huile de bourrache en association  ont toute leur place.

Le ginkgo aussi

Plusieurs autres produits naturels peuvent être également utilisés. Le Ginkgo biloba est intéressant par son rôle « anti-fibrose ». En revanche, mieux vaut éviter les complexes d’antioxydants pendant la radiothérapie et les prendre uniquement à la fin de celle-ci.

Si les rayons traversent l’intestin (cancer de la prostate ou des ovaires, par exemple), il faudra penser à prendre des symbiotiques (probiotiques et prébiotiques) et de la chlorophylle qui vont protéger la flore et la muqueuse intestinale.

Un dernier conseil : attention à tous les produits que vous pourriez mettre sur la peau pendant cette période. La radiothérapie augmente le risque d’allergie. Évitez les produits de cosmétologie, les savons avec des colorants ou arômes artificiels ainsi que le savon de Marseille. Préférez des savons hypoallergéniques pendant cette période délicate.

Le protocole naturel d'accompagnement

  • Quatre semaines avant les séances et pendant les séances :

Alkylglycérols :
prendre 4 à 6 capsules par jour en commençant quatre semaines avant le début de la radiothérapie.

  • Pendant la radiothérapie

Ginkgo biloba :
6 gélules trois fois par jour pendant la radiothérapie, puis 4 gélules à partir du troisième mois.

Homéopathie :
prendre Rayons X 7 CH, 3 granules le matin et le soir la première semaine, puis Rayons X 9 CH les deuxième, troisième et quatrième semaines et enfin Rayons X 15 CH la cinquième et sixième.
Si la peau se met rapidement à rougir, on pourra associer Fluoric acid 7 CH, 3 granules deux fois par jour.

  • Pendant et après les séances

Traitement local de protection et cicatrisation : huiles essentielles (voir ci-dessus) et aloé vera.

Probiotiques : 2 gélules le matin les jours pairs, selon amélioration.
Chlorophylle : 2 gélules le matin les jours impairs, selon amélioration.

  • Après les séances

Bourrache : 2 capsules matin et soir.
Oméga 3 : 3 capsules au dîner.
Antioxydant (il y a le choix).

 

Carnet d'adresse:

La Vie Naturelle: Probioplex, Huile de bourrache, Oméga 3

Les portes d'Antigone - Bat. B
71 place Vauban
34000 Montpellier
Tél. : 0 800 404 600
Site : www.la-vie-naturelle.com

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous