Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Un antioxydant pour le clubbing, le BTP et la chasse à courre

Article paru dans le journal nº 66 Acheter ce numéro
  • Des niveaux sonores élevés se traduisent par des pertes auditivesDes niveaux sonores élevés se traduisent par des pertes auditives

Un traumatisme sonore peut induire des pertes auditives et l’apparition d’acouphènes. Cherchant un nouveau traitement contre ces troubles, des scientifiques suédois ont testé l’efficacité d’un antioxydant, la N-Acetyl-L-cysteine (N.A.C), avec des résultats plutôt encourageants.

Un traumatisme sonore est une exposition à un bruit très violent et/ou pendant une durée excessive, qui peut provoquer deux sortes de pertes auditives. Il est qualifié d’aigu (TSA) lorsque ces dernières sont particulièrements importantes.

Les pertes dites temporaires (TTS) s’estompent généralement dans les jours qui suivent le traumatisme ; on parle alors de fatigue auditive. Une perte dite définitive (PTS) est l’autre nom de la surdité. Une succession de pertes temporaires peut mener progressivement à une perte définitive.

Les traumatismes sonores peuvent également provoquer des acouphènes, des maux de tête et une hyperacousie (perception augmentée des sons provoquant une intolérance aux bruits environnants). Le piège ici ? Le seuil d’inconfort (niveau de décibel à partir duquel on ressent une douleur, soit 120 dB) est largement supérieur au seuil de dangerosité (niveau de décibel à partir duquel un traumatisme peut survenir, soit 70/80 dB). En France, une exposition à des niveaux de 80 dB pendant huit heures par jour est considérée comme le seuil d’apparition de la fatigue auditive, tandis que 15 minutes seulement d’exposition à 100 dB présentent les mêmes risques.

Dans l’espoir de trouver un remède à ces troubles auditifs, des chercheurs de l’université de Gothenburg, en Suède, ont voulu savoir si l’antioxydant N-Acetyl-L-cysteine (NAC) pouvait réduire les risques de pertes auditives après un traumatisme sonore.

Pour cela, ils ont suivi pendant cinq ans des membres des forces armées suédoises, fortement exposés à ce type de traumatismes. Il étaient 221 cas atteints de perte auditive temporaire à participer à l’étude : 146 furent traités directement après le traumatisme avec 400 mg de NAC, et les 75 autres ne reçurent pas de traitement.

Les résultats montrent que pour les personnes traitées, la prévalence d’un seuil auditif (plus petit niveau sonore audible) supérieur à 25 dB et la proportion de cas pour lesquels ce seuil a augmenté d’au moins 10 dB suite au traumatisme est moins élevé que chez les non traitées.

Cela signifie que les personnes non traités étaient plus susceptible de ne pas entendre des niveaux sonores faibles, et de subir une hausse significative de leur plus petit niveau sonore audible. Les chercheurs ont également constaté que la différence entre les deux groupes étaient plus marqué du côté de l’oreille droite, mais n’ont pas donné d’explication. Plus généralement, ils remarquent que le risque de contracter une perte auditive temporaire était 39 % plus faible pour les membres du groupe ayant reçu le traitement.

Les chercheurs concluent que l’utilisation de cet antioxydant permet une diminution significative de l’incidence des pertes auditives temporaires. De plus, puisque les pertes définitives et les acouphènes surviennent généralement chez des personnes préalablement atteintes de fatigue auditive, les chercheurs en déduisent que le NAC devrait avoir des effets positifs dans ces cas égalements.

 

Carnet d'adresse

Sources

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique audition acouphènes audition
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous