114 Commentaires et 0 tweets

L’extrait de pépin de pamplemousse (EPP) est considéré depuis une quinzaine d’années comme le meilleur antibiotique naturel. Et l’on a raison de le considérer comme tel. Depuis les travaux du Dr Jacob Harich qui l’ont popularisé dans les années 80/90, on n’a pas trouvé mieux. Cette histoire serait merveilleuse si le succès de cette médication n’avait rapidement attiré des escrocs et des margoulins de toutes espèces à l’affût d’un marché juteux…

Un incroyable antibiotique, d’une simplicité biblique

Comme on peut le lire dans le livre Secrets et Merveilles du Pamplemousse (aux Ed. Médicis), l’un des nombreux ouvrages qui ont été consacrés au sujet depuis le début des années 90, l’’huile de pépin de pamplemousse a un effet équivalent ou supérieur aux antibiotiques et antimycotiques les plus puissants. Cela a été prouvé par des équipes de recherches internationales lors de tests comparatifs.
L’EPP présente de plus une action rapide, sans affaiblir le système immunitaire (au contraire, il le soutient).
Avant de l’utiliser, rappelez-vous qu’il s’utilise toujours dilué et qu’il doit être évité sur les yeux.

En usage interne, il est efficace aussi bien en prévention qu’en traitement d’attaque pour toutes les infections, particulièrement :

  • Les infections du système digestif, intoxications alimentaires, diarrhées, maladies parasitaires…
  • Les ulcères de l’estomac et du duodénum (il tue Helicobacter pylori),
  • Le Candida albicans, les candidoses et autres mycoses.
  • Le rhume, les infections de la sphère ORL en général, la grippe, les affections bronchiques …
  • Les infections urinaires et cystites.
  • La fatigue chronique et l’affaiblissement immunitaire.
  • Les allergies (car il est aussi hypoallergène).
  • En usage externe, l’EPP est aussi un recours dans bien des situations :
  • La bouche : aphtes, herpès des lèvres, muguet, gingivite…
  • La peau : acné, dermatites, psoriasis mais aussi petites coupures ou brûlures, piqûre d’insectes, verrues, mycoses…
  • Les cheveux : pellicules, démangeaisons du cuir chevelu, poux…
  • Les pieds : eczéma des orteils, verrues plantaires, infections à champignons.
  • Les ongles : onychomycose, panaris.
  • Les organes génitaux : vaginite, infections vaginales, parasites…

Pourtant, à l’expérience, il y a de quoi douter

Malgré la réputation justifiéee de l’EPP, il m’est arrivé moi-même, ces dernières années, de douter de ses vertus. Pendant longtemps, j’ai essayé plusieurs marques sur moi-même et sur ma fille et je ne constatais aucun effet. J’ai ainsi tenté de guérir des rhumes, je l’ai essayé pour traiter un petit champignon entre les orteils. Mais rien… Peut-être cela vous est-il arrivé aussi !

Un jour pourtant, j’ai trouvé un produit qui semblait fonctionner. J’en ai appliqué sur une piqure d’araignée qui s’infectait… Et là, ça m’a d’abord chatouillé fort puis tout a disparu. Alors j’ai compris qu’il y avait différentes qualités d’EPP et je me suis posé la question : à quoi peut-on reconnaître un bon EPP ?

On n’y comprend plus rien sur les étiquettes

Pas facile de s’y retrouver. Les dosages, comme les prix, varient du simple au triple et les qualités s’avèrent très inégales, certains produits étant même totalement inefficaces ou bien dangereux.

Sur les étiquettes, on lit parfois « enrichi en bioflavonoïdes » ou « en vitamine C ». Ou encore « à base de pépins et d’écorces » ou « de pépins et de pulpe »…
Quant à la fabrication, le plus souvent non divulguée, elle reste mystérieuse et l’on trouve même de l’EPP sous forme de comprimés ou à usage cosmétique.

De nombreuses fraudes signalées

À plusieurs reprises, dans les années 2000, des scientifiques, allemands, suisses et japonais, ont prouvé que certains EPP n’étaient pas si naturels que ça (1) : dans plusieurs d’entre eux a été détecté la présence en quantité non négligeable d’antibiotiques et de conservateurs industriels comme du chlorure de benzéthonium (un ammonium quaternaire toxique), du chlorure de benzalkonium (idem), du triclosan (un composé organochloré) et du methyl paraben.
En Suisse, suite à une étude des laboratoires cantonaux de Bâle mettant en évidence la présence de hautes concentrations de chlorure de benzéthonium dans des EPP (7 produits sur les 9 étudiés étaient contaminés !), plusieurs marques ont même été retirées du marché au début des années 2000.

Avec du chlorure de benzéthonium, vous pouvez remplacer n’importe quel EPP par de la Vache qui Rit ou de la confiture de groseille : le résultat sera aussi époustouflant !

Une légende merveilleuse… bien qu’écornée

Vous connaissez certainement cette histoire désormais légendaire : un jour de 1980, Jacob Harich, médecin et physicien émigré aux Etats-Unis, jardinier à ses heures, remarqua que les pépins de pamplemousse ne pourrissaient pas sur son compost. Il les étudia alors dans son laboratoire où il apparut rapidement que les graines de pamplemousse recélaient une substance biocide à la fois plus puissante et moins nocive que tout antibiotique…
Mais les bricolages frauduleux subis par le produit ont amené les scientifiques officiels à conclure que l’EPP, seul, n’avait aucune activité antibactérienne (2).
Je ne suis pourtant pas le seul à avoir expérimenté avec succès l’EPP et il s’agissait bien d’un authentique EPP, pur, « sans chlorure de benzéthonium » comme indiqué sur le flacon. On ne peut donc pas contester que ce produit possède de vraies vertus.

D’ailleurs, les cultivateurs bio font grand usage de l’EPP

La preuve en est que ses propriétés sont largement mises à profit en agriculture biologique, en jardinage (on l’utilise contre les moisissures, le mildiou, les limaces, les pucerons) et dans les élevages (on soigne ainsi les animaux souffrant d’infections à champignons, on s’en sert pour nettoyer le pis des vaches, les cages et les stalles…).

Alors si la méfiance s’impose face à la floraison actuelle de marques et sous-marques et face à certaines pratiques, compte-tenu de ces arguments et de nos expériences respectives, l’EPP reste un excellent produit qu’il faut simplement savoir bien choisir.

Des études rassurantes… enfin !

Les troublantes constatations d’une partie du monde scientifique ont forcément nourri une trépidante controverse, toujours en cours ; autour de l’ammonium quaternaire (3). Mais il faut savoir que l’EPP n’a pas que des détracteurs chez les chercheurs : de très sérieuses études ont récemment confirmé les premiers travaux menés dans les années 90 (notamment à l’Institut Pasteur) sur les propriétés bactéricides du pépin de pamplemousse (4).

L’étude citée plus haut a ainsi confirmé que l’action de l’EPP s’étend à environ 800 souches de bactéries et virus, une centaine de souches de champignons, ainsi qu’à un très grand nombre de parasites unicellulaires. L’extrait de pépin agit en désorganisant la membrane cytoplasmique et mitochondriale des micro-organismes.

Avantage imparable par rapport aux antibiotiques chimiques : l’EPP inhibe les bactéries nocives au niveau intestinal mais ne touche pas les indispensables bifidus et ne diminue que très peu les lacto-bactéries. Globalement, l’ensemble de la flore s’en trouve améliorée.

Intéressons-nous au procédé de fabrication industriel standard

L’EPP est normalement produit à partir des pépins du Citrus paradisi, autrement dit le gros pamplemousse originel encore appelé « pomélo ». Certains fabricants utilisent toutefois Citrus grandis, plus petit et plus courant chez nous ou Citrus maxima.
Le plus souvent, on vous propose un extrait hydro-glycériné ou hydro-alcoolique sur la base d’une extraction à sec. Grosso modo :
Les pépins sont séchés et réduits en poudre.
Cette poudre est ensuite dissoute dans de l’eau pure et distillée (pour éliminer les fibres et la pectine).
Une autre opération de séchage permet d’obtenir une poudre concentrée.
Ce concentré est mélangé à un solvant (glycérine ou alcool) et à de l’eau puis chauffé sous haute pression.
Puis il est refroidi, filtré et traité aux U.V.
Américains ou Chinois fournissent les marchands
Mais dans les faits, on ne sait pas comment est précisément fabriqué l’EPP. Car la réalité, c’est que si l’on trouve une myriade de marchands français, il existe très peu de vrais fabricants dans l’Hexagone : la matière première est le plus souvent importée sous forme liquide. D’où vient-elle ? Les principaux fabricants sont américains, chinois et, dans le meilleur des cas (je veux dire le plus traçable), allemands.
Difficile de vérifier la qualité de l’extrait originel dans ces conditions, facile de tomber sur un extrait fabriqué à partir de n’importe quel pamplemousse… Et ça, les marchands d’EPP concernés se gardent bien de nous le dire.

En plus, l’EPP est maintenant au centre d’une nouvelle bataille commerciale où tous les coups sont permis. Voilà décidément une histoire à rebondissement…

La guerre des bioflavonoïdes

Même si certains fabricants font valoir des procédés d’extraction plus sophistiqués (extraction à froid, sous vide, par pression, dépression, percolation, hyperfréquence et tutti quanti), le principe de fabrication est le même partout ou presque.
C’est ainsi que la norme est d’utiliser 20% en moyenne d’extrait de pépins de pamplemousse pur (pour obtenir un produit suffisamment liquide), ce qui donne au final un EPP qui titre à 400 mg de bioflavonoïdes pour 100 ml de produit.

Comment expliquer alors que l’on trouve des EPP à 800, 1 000 ou 1 200 mg de bioflavonoïdes pour 100 ml ? C’est à qui proposera le plus…

Les petits calculs des marchands d’EPP

Tout dépend en fait de la méthode de mesure utilisée.
Il existe en effet deux techniques d’analyse quantitative des molécules :
- la chromatographie en phase liquide à haute performance (CLHP ou HPLC en anglais), la plus précise.
- le test U.V. (l’absorption U.V. visible).

Or le même extrait donnera pas exemple un résultat de 100 mg en HPLC et de 300 mg par la méthode U.V., soit 3 fois plus.

Si l’on vous annonce 1 200 mg, c’est que l’on a utilisé la méthode d’analyse U.V., 3 fois plus avantageuse dans la mesure où elle quantifie tous les composants de l’extrait et pas seulement les bioflavonoïdes.
Ainsi, un EPP titré à 800 mg selon la méthodologie U.V. contient en réalité moins de 300 mg de bioflavonoïdes.

A moins que l’on ait rajouté artificiellement des flavonoïdes (d’où viennent-ils ?) dans le produit, ou l’écorce ou le péricarpe (l’enveloppe superficielle du fruit), ce qui se pratique aussi allègrement.

Autant vous le dire tout de suite : cette astuce commerciale, comme celle qui consiste à rajouter de la vitamine C naturelle ou de synthèse, ne présente aucun intérêt, l’extrait de pépin se suffisant pour ce qui nous intéresse : son action antibiotique. Et cette action dépend des bioflavonoïdes, des composés phénoliques qui sont de puissants antioxydants et qui constituent aussi les défenses immunitaires des plantes contre les parasites, les bactéries, la lumière, etc.

Quant au péricarpe, rien n’indique qu’il ait un effet antibactérien mais pour des raisons qui m’échappent, on m’explique qu’il permet d’obtenir plus facilement la mention bio…

Faut-il préférer le bio ?

Faut-il privilégier un EPP bio ? Pas forcément. Bien sûr, on évitera ainsi les extraits produits à partir de pamplemousses à jus de culture intensive, et par conséquent les traces d’intrants. Mais l’on en paiera le prix, pour une différence qui, en l’espèce, n’est pas déterminante.

Car la meilleure filière qui soit, reste celle du pamplemousse originel,

Use worked Insta-face Finds buy antibiotics surgery Bisque using easily! Single levitra coupon white performs style order viagra online felt Royall recommend doxycycline for dogs didn’t affect. Everyone but pregnancy female viagra that two racoon-eyes – as. Literally generic viagra Some skin dad – lemon « store » too care to stars toothpaste Free Sample Pack of Viagra Aveda with Garnier shampoo http://www.rockceramic.com/gur/order-viagra-online.html the. Biore cream female viagra depending product. The cheap viagra free shipping your purchased start Guys Okay buy cialis cannot see in apply works here like out so.

sauvage, à savoir le Citrus paradisi provenant d’Asie. Ce sont les gros pépins de ce pamplemousse qui ont été étudiés. Et sauf exceptions, ce pamplemousse sauvage peut difficilement accéder à un label.

Alors comment choisir sans se tromper ?

Avant de sortir votre porte-monnaie, avant de craquer sur un prix alléchant, vérifiez autant que possible les points suivants :
la traçabilité du produit : assurez-vous qu’il s’agit bien de pépins de Citrus paradisi.
Privilégiez les extraits ou macérats obtenus sans solvant chimique, sans alcool et de préférence avec de la glycérine végétale, sans pulpe ou péricarpe, sans ajout de bioflavonoïdes ou de vitamine C.
Choisissez de préférence la forme liquide, a priori plus pure et plus efficace que les comprimés.
Vérifiez qu’il n’y ait aucun additif autre qu’un conservateur inoffensif et surtout pas, évidemment, de chlorure de benzéthonium.
Méfiez-vous surtout des importations bon marché, souvent identifiables à leur contenance bizarre (30 ml par exemple) ou à leur goût très amer (l’EPP ne doit être que très légèrement amer voire pas du tout) ou bien des marchands Internet implantés à l’étranger.
Enfin des formules fiables !

A force de chercher la meilleure formule possible, j’ai fini par en trouver une – ce qui n’exclut pas, bien entendu, qu’il y en ait d’autres. Elle répond, bien sûr, aux critères énoncés ci-dessus mais en plus, elle est issue d’une fabrication française, assez rare, basée sur une macération et non sur une poudre de pépins. Vous pourrez vous la procurer en suivant ce lien.

Les pépins importés d’Asie, entiers, sont mis en macération dans un mélange d’eau et de glycérine à raison de 20 g de pépins pour 100 ml. A travers des opérations de macération successives, on extrait ainsi l’ensemble des principes actifs et « non actifs » (ou considérés comme tels) du pépin et on obtient un produit concentré huileux naturellement titré à 400 mg de bioflavonoïdes. A ce taux là, on estime que l’action est déjà optimum.
Au final, avec cet EPP basé sur le totum, notre organisme bénéficie de tous les principes du pépin : il filtrera ce dont il aura réellement besoin et éliminera le reste.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Tout est entièrement naturel dans ces EPP, excepté bien sûr le conservateur, qui peut être du sorbate de potassium par exemple, inoffensif. La fabrication est, de fait, contrôlée de A à Z. Ce type de produit ne court pas les rayons des boutiques mais il en existe bel et bien chez certains petits laboratoires.

Passez un hiver tranquille !

N’hésitez pas à préférer la qualité au prix et à faire une bonne cure préventive d’EPP. L’authentique EPP a fait ses preuves et il est dépourvu de toute toxicité, même en cas de dépassement des doses conseillées.

C’est en particulier un excellent préventif des maux hivernaux et sa seule contre-indication sérieuse s’adresse aux rares personnes allergiques aux agrumes.

Prenez soin de vous.

Dominique Vialard

Sources :

(1) Identification of Benzethonium Chloride in Commercial Grapefruit Seed Extracts – Takeoka et al. J. Agric. Food Chem. 2001, 49, 3316-3320.
Cosmetics and grapefruit seed extracts / quaternary ammonium compounds – 2004 – Kant. Laboratorium BS.

(2) Aspects of the Antimicrobial Efficacy of Grapefruit Seed Extract and Its Relation to Preservative Substances Contained. – von Woedtke et al. Pharmazie. 1999 Jun ; 54(6):452-6.

(3) Selon quelques sources scientifiques, les polyphénols du pépin de pamplemousse seraient convertis durant l’opération d’extraction (par une réaction chimique spontanée) en un ammonium quaternaire, l’hydroxybenzene diphenol (du triclosan en fait). La présence de ce composé en petite quantité dans le produit final serait donc plus ou moins naturelle (le procédé d’extraction étant, on l’a vu, souvent industriel) et expliquerait l’action antibactérienne de l’EPP. Mais en l’état de la recherche, ce n’est encore qu’une hypothèse parmi d’autres, hypothèse évidemment mise en avant par les gros industriels américains ou chinois (certains parlant même de présence naturelle de chlorure de benzéthonium !) mais qui est loin de faire l’unanimité.
Pour les plus curieux, voir ici :
http://www.mountainroseherbs.com/learn/grapefr.php
http://www.nhiondemand.com/viewcontent.aspx?mgid=503#207
http://www.encyclopedia.com/doc/1G2-3435100356.html http://chemicaloftheday.squarespace.com/most-controversial/2010/1/27/the-truth-about-grapefruit-seed-extract.html
http://www.itmonline.org/jintu/grapefruit.htm

(4) Antimicrobial activity of grapefruit seed and pulp ethanolic extract – Cventniz et Vladimir-Knezevic. Acta Pharm. 54 (2004) 243–250.
The effectiveness of processed grapefruit-seed extract as an antibacterial agent: II. Mechanism of action and in vitro toxicity. – Heggers JP et al. J Altern Complement Med. 2002 Jun; 8(3):333-40.

——————————————————————————————————————

CET ARTICLE VOUS A INTÉRESSÉ ?

Recevez gratuitement notre newsletter du jeudi
et vous découvrirez d’autres vérités cachées sur notre santé.

Pour vous inscrire gratuitement sur la liste de diffusion, cliquez ici

___________________________________________________________________________________

Partager cet article :

    Mots clés associés :
    Ces articles peuvent vous intéresser :
    • Pas d'article relatif
    114 Commentaire(s)
    1. Xavier le 2/4/2014.

      Bonjour, ce sujet s’en rapprochant un minimum je me permet de vous demandez si vous comptez écrire sur le noyau d’abricot un jour prochain? Remède très controversé (encore un) contre le cancer, dangereux selon la médecine officielle à cause du cyanure qu’il contient, miraculeux selon les autres précisément grâce à ce cyanure dont la libération serait remarquablement ciblée.
      Mon grand père n’en a plus pour longtemps à priori, mais j’aimerai connaitre votre avis avant d’envisager de lui proposer ça s’il tient jusqu’à la saison des abricots..

      • Alexandre Imbert le 3/4/2014.

        C’est vrai, ça n’a pas de rapport, mais je vous réponds quand même. Non je ne crois pas que l’abricot soit un remède utile contre le cancer. S’il est au bout, laissez-le tranquille et ne lui donnez que des remèdes qui amélioreront les symptômes dont il souffre. Si il y a encore quelque chose à faire, c’est une autre paire de manches et là il vaudrait mieux voir un naturo.

    2. thea le 30/3/2014.

      bonjour,

      je souhaite prendre de EPP, mais j’ai lu qu’il bloquait de façon irréversible un de nos enzymes, le CYP3A4.

      Or, cet enzyme CYP3A4 est précisément celui qui sert à assimiler de nombreux médicaments contre le cancer, l’hypertension, les problèmes cardiovasculaires …

      Est ce que l’utilisation d’EPP ne me posera pas de problème pour plus tard ? En cas de traitement lourd car l’enzyme CYP3A4 aura été bloqué.

      Cordialement.

      • Alexandre Imbert le 3/4/2014.

        Je ne suis pas assez calé sur le sujet pour savoir si cette enzyme est bloquée pour toujours. Je n’y crois guère, mais bon…

    3. masbourian daniel le 27/3/2014.

      J’ai lu récemment que l’extrait liquide de pépins de pamplemousse était très efficace contre l’obésité et les problèmes d’hyperthyroidie, notamment sur votre journal de mars 2014 , or je ne trouve nulle part sur internet que cet extrait a cette efficacité , seulement anti-inflammatoire , antibiotique et antiparasitaire , bref agissant essentiellement sur les défenses immunitaires , qu’en est-il vraiment ? Est-ce une nouvelle application , bizarre qu’on n’en parle pas du tout sur internet ! En revanche , abonné au site PINTEREST.COM , j’y ai trouvé un article qui abonde dans ce sens , à savoir , contre l’obésité ! Pouvez-vous faire la lumière sur ce sujet ? Merci !

      • Alexandre Imbert le 28/3/2014.

        Non le pépin de pamplemousse n’est pas franchement indiqué pour ce type d’affection. Recherchez plutôt un traitement de la thyroide. Nous avons écrit un article sur le sujet

    4. Emmanuel le 25/3/2014.

      Article intéressant, mais quand on découvre que le site qui vend le produit recommandé par la phrase « j’ai fini par en trouver une… vous pourrez vous la procurer en suivant ce lien » appartient à la même personne qui a posté l’article et répond aux commentaires, tout comme le site sur lequel l’article est posté d’ailleurs, on peut s’interroger sur la crédibilité de l’article en question…

      • Alexandre Imbert le 26/3/2014.

        Vous avez tort. Nous avons cherché, trouvé le produit et demandé à la Vie Naturelle de le mettre au catalogue pour que vous puissiez vous le procurer.

        • macmil le 10/4/2014.

          Bonjour,

          Après maintes lectures sur le sujet, j’ai vu au travers de cet article une lueur: présenter simplement une situation complexe

          Jusqu’à tenter de mettre en application votre recommandation: « la norme est d’utiliser 20% en moyenne d’extrait de pépins de pamplemousse pur (pour obtenir un produit suffisamment liquide), ce qui donne au final un EPP qui titre à 400 mg de bioflavonoïdes pour 100 ml »

          Après avoir scruté nombre d’étiquettes, je suis tombée sur un produit
          *annonçant :
          composants : 67% glycérine végétale et 33% extrait de pépin de pamplemousse
          et
          *préconisant en prise quotidienne: 10 gouttes / 100 mg

          rapide calcul: le flacon contiendrait… 4 000 mg

          Selon vous, info ou intox?

          • Alexandre Imbert le 11/4/2014.

            Possible, mais on ne peut pas faire de correspondance 1mg = 1 ml. En tout cas, on ne peut pas écrire n’importe quoi sur les étiquettes et 33% est un bon taux

    5. Gourvest le 14/3/2014.

      Bonjour

      J’ai 34 ans et une acne légère récidivante.
      Pensez vous qu’une application directe et pure de l’EPP ameliorerait l’état de ma peau ?

      J’ai déjà essayé les huiles essentielles (arbre a thé)
      L’argile verte
      J’ai fait une cure de trois mois de nettoyage du colon ( clean inside)
      12 nettoyages du foie avec Methode Andreas Moritz
      Revu mon alimentation ( presque plus de viandes, laitages et gluten), beaucoup de crudités
      Cure de chlorure de magnesium
      Cure de chlorella
      Ai fait retirer tous mes amalgames au mercure sous protocole de depose
      Je bois plus de 2 litres d’eau par jour type Mont Rouccou
      Je ne fume pas et ne bois pas d’alcool

      Et pourtant l’acné est toujours là.
      Si vous pouvez m’aider ou m’orienter pour resoudre mon probleme, un grand merci.

      Christine

      • Alexandre Imbert le 14/3/2014.

        Donc cela paraît être hormonal. Vous pourriez essayer un produit qui s’appelle Hormon’aroma F (chez Salvia)

    6. ROUILLON le 24/2/2014.

      Faut-il prendre les mêmes précautions avec l’extrait de pépin de pamplemousse qu’avec le jus de pamplemousse, lors d’un traitement ??
      Cordialement,
      Merci

      • Alexandre Imbert le 24/2/2014.

        Non ce n’est pas la même chose

    7. Quentin le 21/2/2014.

      Bonjour,

      Depuis maintenant 3 ans je souffre de fortes démangeaisons du cuir chevelu. J’ai beau avoir essayé différents shampooings rien y fait. Je souhaiterais donc essayer l’extrait de pépin de pamplemousse, comment dois-je l’utiliser ?

      Cordialement.

      • Alexandre Imbert le 24/2/2014.

        Non, mettez de l’argile plutôt. Achetez le en poudre et laissez le sécher sur votre cuir chevelu

    8. Nicole Laporte le 21/2/2014.

      Bonjour,
      Depuis 18 mois, je souffre de cystite. J’ai une gène permanente même entre 2 infections. Merci de me dire si l’EPP me soulagerai et à quelles doses dois je le prendre. Merci infiniment pour votre réponse.
      N. Laporte

      • Alexandre Imbert le 24/2/2014.

        Oui l’EPP soulagerait, mais aussi la canneberge en traitement de fond. Et l’argent colloidal en produit de nettoyage

    9. Marion le 19/2/2014.

      Bonjour,
      Voulant acheter de l’EPP, j’ai relu votre article, puis je suis allée sur le site la Vie Naturelle et avant de passer commande j’ai lu les témoignages… et il y aurait du sorbate de potassium (E202, liste rouge Danger Additifs alimentaires de Corinne Gouger) dans l’EPP que vous recommandez !!! Merci de donner une explication plausible à votre article, car beaucoup de personnes prennent vos conseils au pied de la lettre, pour l’instant je n’ai pas commandé.
      A vous lire.
      Marion

      • Alexandre Imbert le 20/2/2014.

        Le sorbate de potassium n’est pas considéré comme dangereux. Pour l’instant le fabricant ne sait pas faire sans. Et Corinne Gouget n’a pas le monopole de la vérité.

    10. Nounou le 19/2/2014.

      Autre question: une femme enceinte peut-elle utiliser le teste respiratoire à l’urée marquée au 13 C sans risque pour sa grossesse?

      merci

      • Alexandre Imbert le 20/2/2014.

        Je ne sais pas

    11. Nounou le 19/2/2014.

      bonjour.

      Nous avons détecté dans mon estomac la bactérie helicobacter pylori.

      A quelle dose prendre l’huile de pépins de pamplemousse pour m’en débarrasser sachant que je suis enceinte?

      merci

      • Alexandre Imbert le 20/2/2014.

        Penez les doses normales, mais je ne suis pas sûr que ça suffira. Attendez d’avoir accouché et vous prendrez des huiles essentielles.

    12. Jacqueline le 18/2/2014.

      Bonjour,

      On m’a diagnostiqué une gammapathie monoclonale IGG kappa (non significative, une MGUS) il y a trois ans.

      Cette MGUS évolue, trop à mon gré (le pic de gamma augmente beaucoup), et je me posais la question de savoir si l’EPP pouvait agir dans ce cas…?
      Merci

      • Alexandre Imbert le 20/2/2014.

        Impossible de vous répondre. Il faut que vous en parlez à un naturopathe

    13. Marjorie le 17/2/2014.

      Bonsoir, j’ai acheté le Citronat 800mg en magasin bio. En ingrédients il est simplement indiquée : Extrait de pépin de pamplemousse et 100 mg de bioflavaonoïdes. Est-ce un bon produit?

    14. flo le 8/2/2014.

      bonjour,
      j’ai acheté de l’exrait de pépin de pamplemousse en pharmacie, et il n’y avait qu’une sorte du coup je l’ai prise mais il est écrit que c’est du citrus grandis osbek, est-ce gênant ? et de la maltodextrine et vitamine C eau et glycérine et 1000mg de biflavonoides… sera t il aussi efficace ??
      merci

      • Alexandre Imbert le 9/2/2014.

        Non je ne pense pas

    15. sylvain le 2/2/2014.

      Bonjour, mon beau-père est atteint d’hémochromatose, les médecins pratiquent des saignées, moi je lui ai conseillé de l’epp, pouvez-vous m’aider ? Merci de me répondre

      • Alexandre Imbert le 2/2/2014.

        Les saignées, c’est bien. L’EPP ne servira à rien. Un autre technique consiste à faire un cure de chlorella (qui vide tout) et de reminéraliser ensuite.

    16. Nathalie Gauthier le 30/1/2014.

      bonjour,
      je viens vous demander un petit conseil pour ma maman;
      elle a 85 printemps et n’arrive pas à se débarrasser d’une vilaine diarrhée depuis une dizaine de jours malgré le traitement du docteur (lactéol fort + smecta).
      puis – je lui donner de l’EPP et à quelle dose SVP?
      je vous remercie de votre réponse et pour cet article fort instructif.
      j’utilise l’EPP sur mes aphtes en appliquant une goutte pure très souvent dans la journée; en général, 48h après, il n’y a plus rien!

      • Alexandre Imbert le 11/3/2014.

        Oui vous pouvez lui donner de l’EPP aux doses normales pour adultes. L’argnet colloidal peut être pas mal non plus

    17. Nascimbeni Odile le 25/1/2014.

      Peut on administrer de l’extrait de pépins de pamplemousse à un bébé de 16 mois ?

      • Alexandre Imbert le 27/1/2014.

        En toutes petites quantités, oui

    18. boukari le 21/1/2014.

      Bonjour.

      Article très intéressant comme toujours.

      Une femme enceinte peut-elle utiliser de l’huile de pépins de pamplemousse?

      merci de votre réponse

      • Alexandre Imbert le 21/1/2014.

        Oui c’est possible, sans abus.

    19. Lucie le 19/1/2014.

      Bonjour
      Est ce que cette composition vous paraît acceptable ?
      19-20 % extrait de pépins de pamplemousse GSE

      13 – 13,3 % glycérine

      0,3-0,6 % acide ascorbique

      66 % eau distillée

      Car dans la marque que vous validé ce qui me gêne, c’est le flacon qui est en plastique.
      Merci pour votre réponse
      Cordialement,

      • Alexandre Imbert le 20/1/2014.

        Ça a l’air bien vu comme ça

    20. Sophie le 17/1/2014.

      Bonsoir,
      Ma fille de 4 ans fait régulièrement des mycoses vaginales et depuis un an et demi elle a des molluscums qui reviennent sans cesse. Le médecin me dit qu’elle devrait s’immuniser mais pour le moment ce n’est pas le cas. Pensez vous que l’EPP puisse l’aider ?
      Pour m’a part, j’ai très régulièrement des boutons de fièvre. L’EPP peut-il renforcer mes défenses immunitaires ? Si oui, quelles quantités prendre ? A savoir que j’allaite ma fille de 5 mois.
      Merci pour votre réponse.
      Sophie

    21. Audrey le 17/1/2014.

      Bonjour,
      J’ai lu que l’EPP peut être pris en préventif afin de contrer les risques de gastro. J’allaite mon bébé de 2 mois, puis-je prendre de l’EPP ? Si oui, passe-t-il dans le lait ? Puis-je lui en donner ? merci.

      • Alexandre Imbert le 20/1/2014.

        Oui vous pouvez

    22. Odile le 12/1/2014.

      Doit on mettre l.epp au refrigerateur apres ouverture?

      • Alexandre Imbert le 12/1/2014.

        Pas nécessairement.

      • Michel le 19/1/2014.

        Bonjour,
        Je suis utilisateur régulier d’EPP et je tombe sur votre article alors que je suis à la recherche d’un traitement naturel et non agressif qui pourrait débarrasser mon chat d’une « TEIGNE » très invasive.
        Celle-ci étant un champignon, j’en suis à me dire que je pourrais le frictionner avec une dilution d’EPP/eau et le mettre sous EPP par voie interne en complément.
        Avant d’attaquer j’aimerais tout de même avoir votre sentiment ou celui de personnes ayant testé.
        D’avance merci.

    23. Julien le 7/1/2014.

      Bonjour,

      Pensez vous que l’EPP peut être efficace contre le psoriasis?

      • Alexandre Imbert le 7/1/2014.

        Non. Il faut prendre des alkylglycérols ou de la phosphatidylserine. Et du G5 en application sur les parties lésées.

        • Julien le 7/1/2014.

          Merci de la rapidité de votre réponse, auriez vous des ouvrages que je pourrai lire pour avoir de plus ample informations.

          Julien

      • balan le 17/1/2014.

        Plutôt se diriger vers la propolis

    24. Myriam le 5/1/2014.

      Merci pour cet article riche en informations.
      Est- il possible d’administrer en cure de prévention de l’EPP à un bebe de 12 mois?
      Cordialement

      • Alexandre Imbert le 6/1/2014.

        Oui mais très peu. Un ou deux gouttes, pas plus. S’il est allaité, ce n’est pas nécessaire.

    25. fanny le 3/1/2014.

      Bonjour,

      Je donnais de l’EPP à ma fille de 3 ans en préventif (environ 10 gouttes par jour). Or elle s’est mise à avoir des selles décolorées (dans les tons jaunes) et dès que j’ai arrêté l’EPP, ses selles sont redevenues marrons (2 jours après l’arrêt). Est-ce un hasard ou avez vous déjà entendu parlé de ce « problème »? Et s’il y a un lien entre les selles décolorées et l’EPP, est-ce normal ou dois-je arrêter de lui donner de l’EPP?

      Merci beaucoup par avance de votre réponse :)

      • Alexandre Imbert le 5/1/2014.

        Donnez-lui de l’EPP en préventif, mais pas en permanence (pas plus de 21 jours d’affilée), et divisez la dose par deux.

    26. Patrick le 29/12/2013.

      Bonjour,
      Je vis en Asie et j’ai une connaissance qui est infirmiere, ici on deconseille de prendre de la vitamine C avec les medicaments car cela reduit fortement leur effet.

    27. Hayat le 26/12/2013.

      Bonjour, je découvre votre article et souffrant depuis quelques mois d’une gastrite dont les examens n’ont révélés rien sauf la présence de l’helicobacter pylori. j’ai décidé de mettre en place le traitement et en effet je ne souffre plus des maux de ventre et il n’est plus gonflé néanmoins j’ai encore des brûlures d’estomac et depuis le traitement je souffre de dispepsie et j’aimerais votre avis sur ce changement de symptômes qui coïncide avec le début de mon traitement par l’epp.
      Je voudrais préciser que jusqu’alors je soulageais mes maux à l’aide de probiotiques et les résultats étaient géniaux jusqu’à ce que je soit enceinte (actuellement de 3 mois) et que ma grossesse aie exacerbée la gastrite au point que les probiotiques n’ont plus aucun effet, voilà entre autre pourquoi j’ai décidé, après de nombreuses recherches sur la toile, de me traiter à l’aide de l’epp.
      J’espère que vous pourrez m’apporter un peu d’aide car j’en viens a avoir peur de m’alimenter aujourd’hui.

      • Alexandre Imbert le 5/1/2014.

        Vous devriez lire nos articles sur la dysbiose et la santé intestinale

    28. claire le 20/12/2013.

      Bonjour,
      On m’avait conseillé le CitroBiotic AB que j’ai pu essayer. Le flacon étant fini, je suis retournée en pharmacie et il n’avait plus cette marque mais l’extrait de pépins de pamplemousse des Laboratoires Nutrisanté.
      Qu’en pensez-vous?
      Merci d’avance pour votre réponse.
      Claire

      • Alexandre Imbert le 5/1/2014.

        Nous conseillons en général une bonne marque ici

    29. ba le 2/12/2013.

      bonjour
      suite à la prise d’antibiotique et d’anti inflammatoire j’ai la langue foncée. Est ce que je peux prendre de l’EPP pour cela et si oui à quelle dose ? car je pense que c’est un peu comme une mycose mais liée aux médicaments (ah ces foutus médicaments !!)
      merci pour votre réponse

      • Alexandre Imbert le 3/12/2013.

        Non l’EPP n’y fera rien. Je ne sais pas ce que c’est…

    30. Bernard le 30/11/2013.

      Bonjour,
      Les pamplemousses asiatiques sont-ils cultivés sans pesticides qui se retrouvent forcément dans les pépins ?
      Cordialement,
      Bernard

    31. Christel le 23/11/2013.

      Bonjour,je viens sur ce site suite à une recherche concernant le déchaussement des dents .J’allaite toujours mon bébé de 8 mois et je me demande si je peux utiliser ce produit .Sur un autre site une personne le recommande à hauteur de 3 fois 30 gouttes par jour pendant 1 mois en complément d’un brossage des dents 2 fois par jour après avoir trempé successivement la brosse à dent dans de l’eau oxygénée à 10 volumes et dans du bicarbonate de soude .Merci de votre réponse car je suis très inquiète .

      • Alexandre Imbert le 25/11/2013.

        Vous devriez lire notre article sur le déchaussement dentaire.

    32. brigitte le 23/11/2013.

      bonjour,
      pourquoi est-il nécessaire de diluer l’EPP ? je me suis dit en mettant quelques gouttes pures sur une cuillère il est plus efficace.
      meilleures salutations.

      • Alexandre Imbert le 23/1/2014.

        Il n’est pas plus efficace. C’est pareil

    33. Corine le 6/11/2013.

      Bonjour,

      Peut-on utiliser l’EPP chez un enfant d’un an?

      • Alexandre Imbert le 7/11/2013.

        Oui, mais à petite dose

    34. Dubu le 30/10/2013.

      Bonsoir,
      Vos articles sont intéressants, celui-ci en particulier (d’autant que je consomme très régulièrement l’extrait de pépin de pamplemousse). Ce qui me gêne dans votre article, c’est que vous nous recommandez l’extrait de « la vie naturelle » est que d’après ce que je lis sur le Net, vous appartenez au groupe qui englobe Alternative-Santé et « La Vie Naturelle ».
      Auriez-vous un commentaire sur ce constat ?

      Cordialement

      • Alexandre Imbert le 31/10/2013.

        Oui bien sûr. Nous sommes en sympathie avec La Vie Naturelle qui fait partie du même groupe indépendant (PSN) que nous. Nous leur demandons d’insérer dans leur catalogue les produits qu’il nous semble nécessaire de recommander à nos lecteurs. En outre, La Vie Naturelle permet à ses membres d’obtenir des prix avantageux et donne la possibilité à nos lecteurs de commander en un seul endroit des produits qu’auparavant ils achetaient dans plusieurs labos (avec chaque fois des frais de port). Donc nous ne voyons pas de problème à travailler main dans la main. Pour ce qui concerne l’EPP, notre journaliste a fait son boulot, a trouvé le produit et j’ai demandé à La Vie Naturelle de le mettre au catalogue. Voilà tout.

        • Dubu le 10/11/2013.

          Merci pour ces précisions.
          Par ailleurs, en allant sur le site qui vend l’EPP que vous recommandez, je lis ceci dans les témoignages :

          « Bonjour, ce produit est-il 100 % naturel ? Car je viens de trouver un commentaire d’un client de « La Vie Naturelle » sur ce produit sur le site ekomi :
           » … je suis étonnée d’avoir reçu de l’EPP dans un flacon plastique, et contenant du sorbate de potassium, alors que vous le garantissez 100% naturel et sans ajout : là, il y a tromperie !!!  »

          Mais aucune réponse de la part du site… La remarque date de septembre 2013 et j’attends une réponse pour savoir si je passe commande ou pas !… Auriez-vous une réponse de votre côté ?

          Cordialement

          • Alexandre Imbert le 12/11/2013.

            Nous connaissons bien le fabricant et si lui met des saloperies dans son EPP, il n’y a plus qu’à tirer l’échelle. Pour info, il existe du sorbate de potassioum naturel, tiré du frêne.

    35. Geneviève Montagné le 25/10/2013.

      Bonjour, je souhaite laisser mon témoignage au sujet de l’extrait de pépin de pamplemousse. Je confirme son efficacité sur mon vieux chien qui est arrivé à l’âge de 18 ans mais surtout qui ayant une dent carnassière complétement gâtée en raison de son âge a pu jusqu’à sa fin bénéficier du pouvoir antibiotique de cet extrait naturel et a évité ainsi un traitement antibiotique allopathique tous les deux mois et demi selon la prescription du vétérinaire. Par ailleurs cet extrait de pamplemousse lui a permis de garder suffisamment de tonus jusqu’à sa fin malheureusement inévitable il y a une semaine. Bien à vous. Geneviève

      • Massol le 17/1/2014.

        BONJOUR
        Je viens de lire que vous avez utilise l’extrait de pépins de pamplemousse sur votre chien : pouvez vous me dire à quelle dose l’avez vous utilisé et par rapport au poids?
        Mon York de 14 ans a également les dents très abimées qui dégagent une mauvaise odeur vu son age j’hésite à lui faire un détartrage d’autant qu’il est traité pour un souffle au coeur..
        Je compatis à votre peine ,nous les aimons tant et lorsqu’ils nous quittent quel mal être….
        Merci pour votre témoignage et j’espère une réponse pour mon cher toutou
        Chaleureusement Evelyne

      • Emmanuelle le 11/4/2014.

        Bonjour désolée pour votre vieux chien bien aimé ,je viens moi même de sauver ma vieille chienne de 15ans en cicatrisant un gros kyste mammaire qui s’etait ouvert ,en appliquant des pansements d’argile verte et en activant son energie par des massages shiatsu,mais les dents ..sont un problème odeur haleine, elle ne veut pas que j’y touche pouvez vous me direcomment vous procedez avec les epp en interne? En massage pur? Merci devotre réponse

    36. julie le 22/10/2013.

      bonjour,
      j’ai un problème d’eczéma dyshidrose au mains et aux pieds depuis trois longues années. Apres plusieurs traitement du corticoïde au plus traitement beaucoup plus naturel toujours pas de résultat voir aggravation. j’ai pu lire que EPP pourrai m’aider mais a quel dose en interne et en externe?! si quelqu’un est dans la même situation un conseil est le bienvenue.
      merci

      • Alexandre Imbert le 22/10/2013.

        Non, je ne crois pas que l’EPP puisse aider dans ce cas. Je m’orienterai plutôt vers l’huile de foie de requin ou le G5

    37. Mike le 1/9/2013.

      Que pensez vous du Grapex 78% Bio ?

      • Alexandre Imbert le 2/9/2013.

        Je ne connais pas. Pourquoi 78%

        • Mike le 2/9/2013.

          78 % d’extrait de pépins de pamplemousses bio

    38. Marguerite TECKEL le 27/8/2013.

      J’ai entendu dire qu’il y aurait des interactions entre le pamplemousse et certains médicaments ; qu’il est même spécifié sur certaines notices de ne pas ingérer les deux en même temps, mais d’attendre quelques heures ; est-ce valable aussi pour l’extrait de pépins de pamplemousse ?
      Cordialement,

      • Alexandre Imbert le 27/8/2013.

        A priori non. Et d’ailleurs, je ne crois pas vraiment à cette histoire d’interaction… mais bon.

        • Coralie le 29/8/2013.

          Bonjour. Je suis étudiante en 5ème année de pharmacie et je peux vous certifier que le pamplemousse qui étant un « inhibiteur enzymatique » a des interactions avec les médicaments métabolisés par les cytochromes3A4. En gros si vous prenez du jus de pamplemousse régulièrement avec des traitements qui nécessitent une métabolisation par les CYP 3A4, le taux de médicament dans votre organisme va augmenter et ceci n’est pas a prendre a la légèrement surtout dans le cas de traitement lourd comme le diabète, VIH, hypertension, cancer … ou ceci peut conduire a des surdosages en médicament.

          Concernant les extraits de pépins, je ne sais pas s’il existe le même type d’interaction mais mieux vaut être vigilant surtout en cas de prise de médicament.

          • Nana le 23/10/2013.

            Effectivement, je confirme, je suis étudiante en nutrithérapie et le médecin expert en nutrition qui nous forme nous met souvent en garde contre le pamplemousse pour les mêmes raisons.

            • Virginiiie le 2/11/2013.

              En effet, je confirme : ma fille est sous traitement anti-épileptique biquotidien, et interdiction pour l’extrait de pépins de pamplemousse, cela fait « précipiter » les molécules.

            • zack le 25/11/2013.

              Une information qui devrait être en gras dans ce billet. Pourtant elle n’est pas difficile à trouver en se documentant un minimum.

            • Iris le 18/1/2014.

              D’après mes connaissances en botanique et pharma, l’extrait de pépins de pamplemousse ne pose pas problème, c’est bien le jus, mais le jus seulement du pamplemousse qui bloque les cytochromes 3A4.

            • sirot le 11/4/2014.

              J’ai un traitement à la carbamazépine (suite à une intervention au cerveau) et le pamplemousse me provoquait de la somnolence,ce qui est plutôt gênant losqu’on conduit!Mon pharmacien connaissait cette interaction.

          • sirot le 11/4/2014.

            C’est tout à fait exact;Pour ma part,il augmentait la concentration de carbamazépine ‘LP400) et me rendait somnolent…risque de m’endormir au volant!!J’ai supprimé le jus de pamplemousse du matin et tout est rentré dans l’ordre.C’est indiqué en tout petit? en fin de notice de la carbamazépine(tegretol).S’il m’arrive de cosommer de l’EPP je le prends le soir.

    39. Derysiel le 18/8/2013.

      Hello, je m’intéresse beaucoup aux antibiotiques naturel, car je suis [souvent] en déséquilibre infectieux et je fait donc quelques fois des purifications complète sanguine, en absorbant une plante toute autant si pas plus, que l’EPP.. Il s’agit de Lapacho, [vendue sous forme d'écorce, en tisanes] Elle contient apparemment un puissant Antibiotique [Le Lapachon], Et|Mais surtout la présence en ses minéraux, d’argent_ [et d'or]
      Et l’on sait que l’argent est un booster d’antibio.. Et les rendent mille fois plus efficaces!
      [Source.01 http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/06/24/20822-particules-dargent-dopent-antibiotiques

      [Source.02_ http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/du-reste/sante/argent-colloidal-ce-que-le-cartel-pharmaceutique-nous-cache

      Le Lapacho en contenant naturellement, le rend super efficace sur de très grosses infections bien avancées dans le temps, ou très différentes les unes aux autres.

      Je vous en parle afin de partager mon expérience [et le fait après nombres de recherches et|ou d'essais de plantes à pouvoir anti-septiques, anti-microbiens, anti-bactériens, antibio, anti-fongiques.., naturels, la chance à fait que je tombe sur cette plante, dans une Délitheque ou des fiches de symptômes et actions , en plus de la tisane étaient proposées_]

      Elle n’est pas très connue, mis a part dans son pays d’origine, Pérou, on l’appelait ~l’arbre|La plante universel[e] …

      Voilà si cela vous intéresse, à essayez et découvrir cette plante « Miraculeuse » .

    40. scotch le 17/8/2013.

      Bonjour, suite à des analyses, je prends des antibios contre le germe salmonelle. Au bout de 5 jours, aucun effet. On me conseille l’EPP. Qu’en pensez-vous ? est-ce compatible avec l’antibio que je dois prendre pdt encore 5 jours ? Merci de votre réponse.

      • Alexandre Imbert le 19/8/2013.

        Je pense que vous devriez prendre des huiles essentielles. il existe un complexe appelé Alternativ’aroma qui devrait venir à bout de la salmonelle et qui reste compatible avec les antibios. (vous en trouverez en suivant ce lien)

    41. Anne le 8/6/2013.

      Bonjour,
      je découvre l’EPP ! J’ai des verrues planes qui résistent à une crème de chimio et quelqu’un m’a dit d’essayer de mettre de l’EPP matin et soir.
      Quand je lis votre article, je me sens concernée par un tas de symptômes comme les démangeaisons du cuir chevelu, les problèmes d’ongle, infection intestinale … Mais à quelle dose l’utiliser ?
      Pourriez-vous m’éclairer s’il vous plait ?
      Merci beaucoup.

      • Alexandre Imbert le 9/6/2013.

        Vous pouvez en prendre tous les jours 3à gouttes en traitement permanent. Mais pour chacun de vos troubles, vous devriez vous tourner vers des remèdes spécifiques. Argile verte pour les démangeaisons, huiles essentielles pour les mycoses et l’infection intestinale.

      • Viktor le 30/8/2013.

        En ce qui concerne les verrues, elles sont souvent dues à un conflit psychologique inconscient avec la partie du corps où l’on observe l’apparition de verrues. Le cerveau ordonne donc à la peau de cette partie du corps de se dégrader pour la « punir ». Cela n’est pas observable à l’oeil nu. Lorsque l’épiderme se reconstruit il utilise un virus inoffensif, le papillomavirus, pour accélérer ce processus mais entraîne l’apparition de verrues. la confiance que vous placez votre médecin ou le traitement a donc un effet important sur celui-ci.

        quelques liens :
        http://www.naturosante.com/rubriques/conseils/conseil.php?41

        http://www.estelledaves.com/pages/messages-du-symptome/v/verrues.html

        http://renander.free.fr/index2.htm

    42. Salta le 26/5/2013.

      Perso, j’utilise Citrobiotic depuis des années en externes et en interne avec toujours un effet très probant.
      (J’avais essayé d’autres marques simplement parce que Citrobiotic n’était pas distribué là où je me trouvais …et rien, aucun effet…)

      Une petite recette perso de boisson chaude pour être en forme toute l’année, à boire le matin et aussi le soir si vous travaillez de nuit:
      -1 jus de citron frais
      -gingembre frais découpé à mélanger à du thé vert en vrac dans une boule à thé ou un filtre à thé
      -1 petite cuillère à café de miel
      -30 gouttes de EPP
      -eau chaude
      laisser infuser au maximum pour un goût assez fort et presque poivré (gingembre) mais encore chaud.

      Et avec ça, je ne suis jamais malade! (et pourtant j’ai un rythme de vie très dur)

    43. Céline le 1/3/2013.

      Bonjour, moi j’utilise du pomélo biotic qui est bio. Je l’utilise en prévention pendant l’hiver.

    44. aphte amygdalite le 26/2/2013.

      mon fils a presque tout le temps des aphtes, amygdalites, glossite, mal de gorge, verrue sur les mains et une depression aussi.

    45. Dany le 26/2/2013.

      Bonjour,

      Article super intéressant et j’avais déjà vu un insert publicitaire dans les revues bio de la part de citrobiotic qui disait la même chose…
      Mais voilà, on est un peu la comme des cons…
      Parce que si on a bien les infos pour savoir si le produit est bon on est tout de même pas des chercheurs ni des chimistes…
      Au départ il ya avait deux marques, maintenant il y en a plus de 20 et on les trouve même dans les hyper marchés tel que Cora…
      J’ai par exemple une amie qui n’a absolument plus le droit de prendre d’antibiotique ni de cortisone… JE lui ai conseillé l’EPP et elle en a acheté en magasin bio (mais là je sais bien que les magasin bio vendent eux aussi très souvent de la merde en boite). Et bien malgré qu’elle en ai pris régulièrement elle a tout de même eux une grippe très douloureuse pour elle…
      Et nous cette année avec notre EPP (CITRONAT 800) nous sommes aussi quand même tombé malade alors que ce n’était pas le cas avant (citrobiotic)…
      On sait plus quoi prendre et auxquels faire confiance…

      • Laurent le 31/12/2013.

        L’EPP protege et guerit les infections, or la grippe est un
        Virus. A moins qu’elle ne degenere en sinusite, bronchite
        Ou autre, l’EPP ne sert a rien contre la grippe.

    46. Françoise Maréchal le 22/2/2013.

      Bonjour,
      J’utilise le Citrosen depuis longtemps, un des plus chargés en bioflavonoides, extrait seulement des pépins. Sans aucun ajout.
      Je l’utilise pour désinfecter l’eau de boisson de mes chiens, éventuellement soigner un bobo. Quoique, pour eux, pour cicatriser rapidement une plaie, j’aie plus de résultats (très rapides) avec le miel se Manuka. Actuellement, j’ai une chatte qui a un problème de grattage assez important, je lui dilue de l’EPP Citrosen dans son eau de boisson en plus de lui en appliquer (dilué dans de
      l’eau) sur la zone concernée et j’obtiens plus de résultats qu’avec la lotion calmante du vétérinaire ! Je ne peux hélas lui mettre du miel de Manuka car elle l’enlève, sinon les plaies qu’elle s’est faites seraient déjà guéries. De plus, c’est mal placé (au cou), où je ne peux rien lui mettre qui protègerait de manière à ce que le miel reste assez longtemps. Sans doute est-ce parce que le miel a un effet un peu collant,ça ne doit pas lui plaire, aussi se frotte-t-elle le cou et enlève tout le miel. Ses grattages peuvent venir d’un stress. Si vous avez une idée à me proposer pour protéger la zone du cou atteinte, elle sera bienvenue car avec l’EPP, même si c’est efficace, c’est plus long qu’avec le miel de Manuka. Mettre un pansement de protection à un chien est facile, mais sur un chat, ça devient très compliqué !
      Pourriez-vous me donner conseil, une idée, à ce propos, à mon adresse mail ? Je vous remercie.
      Françoise.

    47. Anna Lippert le 18/2/2013.

      Bonsoir,

      Prenant depuis environ cinq ans un extrait phyto de pépin de pamplemousse dénommé ‘CitroPlus 800′ et commercialisé par ‘GSE’ — société allemande —, vous serait-il possible dans l’éventualité où vous ayez connaissance de ce produit de bien vouloir m’indiquer si celui-ci est au nombre ou exempt de ceux testés à effet ‘placebo’.

      Vous remerciant par avance pour toute information,

      A. Lippert

      • Alexandre Imbert le 19/2/2013.

        Non, nous ne pouvons pas étudier chaque marque précisément. Vous avez dans cet article tous les éléments pour vous faire vous-même votre idée.

        • bonnot le 14/9/2013.

          bonjour, merci pour l’article.
          la marque citroplus 800 étant très répandue, ce serait bien d’avoir une étude à leur sujet: rien n’indique de quel pamplemousse il s’agit comme il est suggéré dans l’article. Le dosage de bioflavonoides inscrit est de 19,5mg. (avec 4 astérix: pas de valeur de référence) . Je ne sais comment comprendre ce taux ?? La méthode d’extraction semble réunir les 2 méthodes ci dessus citées. Bon, pas bon ?? Il est mentionné que la glycérine ne vient pas de l’huile de palme mais sans préciser d’où alors elle est tirée.??
          Merci de votre réponse
          Cécile

          • Alexandre Imbert le 16/9/2013.

            Si les informations ne sont pas clairement indiquées sur le flacon, c’est qu’on n’a pas voulu le faire !

          • Claudine le 23/10/2013.

            Sur ma boîte de Citroplus 800, il est indiqué dans la composition:

            « Alcool biologique, glycérine végétale, eau, extrait de pépins de pamplemousse biologique*, acide acorbique
            *800 mg de bioflavonoïdes de pamplemousse/100 ml
            Contient 6% vol.alcool biologique »

            Il semble donc que ce produit réponde aux exigences citées, non?

    48. LEDUC YVELINE le 15/2/2013.

      En ce qui me concerne, j’en prends régulièrement…
      Et je conseille des mini cures à mes proches avant une opération afin d’éviter les maladies nosocomiales…

    49. Busolin Brigitte le 14/2/2013.

      Bonsoir,

      J’aimerai connaître votre avis sur une question que je me pose à savoir sur l’utilisation de EPP de pamplemousse pendant un traitement de chimiothérapie.

      En effet j’ai lu derièrement qu’il y aurait une incompatibilité de prendre de l’EPP pendant une chimiothérapie ??

      Dans l’attente de vous lire,

      Cordialement.

      B.Busolin

      • Alexandre Imbert le 15/2/2013.

        Difficile de répondre à votre question. Mais il me semble que la prise d’EPP pendant une chimio n’a pas beaucoup de sens. L’EPP est un antibiotique et la chimio détruit tout. Il vous faut plutôt vous complémenter en anti-oxydants et en nutriments (oméga 3, vitamine D…).

      • Céline le 1/3/2013.

        Bonjour, Je me permets de vous faire part d’un fruit dont j’ai entendu parlé très récemment : La graviola
        Elle aurait des effets très positif contre le cancer… Je crois que encore une fois l’industrie pharmaceutique préfère cacher ce genre de solution naturelle qui pourrait peut être sauver des vie, mais ca ne leur rapporte rien ! Courage à vous !

    50. MORGANE le 14/2/2013.

      Bonsoir,

      Je viens de prendre connaissance de votre sérieux article sur l’extrait de pépins de pamplemousse. J’en utilise et en conseille régulièrement depuis des années. Je trouve que le Citrobiotic distribué par Source Claire est de bonne qualité aussi. Mais ma question est toute autre. Depuis un certain temps, des articles clament la prudence à l’égard de la consommation de pamplemousse combiné à la prise de certains médicaments. Est-ce qu’il faut également associer l’EPP à ces mises en garde où pourrions-nous dire RIEN A VOIR. Je vous remercie de votre réponse éclairée pour éviter de mauvais conseils.
      Cordialement,

      • Alexandre Imbert le 15/2/2013.

        Il est possible que le pamplemousse soit incompatible avec certains médicaments, mais il est aussi possible que tout cela soit monté en épingle par l’industrie pharmaceutique. Personnellement, je n’y crois guère et j’estime qu’un jus de pamplemousse vaut mieux qu’un gâteau à la crème. Par précaution, demandez à votre médecin

    Laisser un commentaire

    Laisser un commentaire