Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Le sauna,
un outil thérapeutique polyvalent

Article paru dans le journal nº 68 Acheter ce numéro
  • Le sauna, un outil thérapeutique polyvalent

Transpirer, c’est bon pour la santé ! Pas pendant un rendez-vous clientèle, bien-sûr, mais dans un endroit approprié, comme un sauna. En Finlande, d’où il est originaire, ses bénéfices sont reconnus depuis longtemps grâce à l’expérience empirique ancestrale, confirmée par de nombreuses études. Celles-ci ont notamment montré qu’une pratique régulière de la « cabane à transpirer » était associée à un risque réduit de mort soudaine d’ origine cardio-vasculaire.

Autre découverte intéressante : aller au sauna quatre à sept fois par semaine réduit de 66 % le risque de démence par rapport à un rythme d’une seule session hebdomadaire. Il semble que la sudation soit un mode d’évacuation sensiblement plus efficace que le système urinaire quand il s’agit de substances toxiques, tels les composés organo-chlorés de pesticides, certains métaux comme le cadmium, le plomb ou l’aluminium, ou encore des mycotoxines (fréquemment retrouvées dans les habitations).

La sensation de détente procurée par la chaleur est également propice àune augmentation de la production d’hormones comme les endorphines, et aide par ailleurs à r éduire l’inflammation. L’effet bienfaisant sur des articulations douloureuses se constate assez rapidement.

Dans un sauna finlandais, il règne une chaleur sèche comprise entre 80 et 90 °C. On y passe en général vingt à trente minutes, selon l’assiduité. Cette pratique pourrait représenter une forme de traitement de fond naturel dans bien des pathologies , même si certains aspects restent à quantifier plus précisément.

 

Lire aussi Sauna : la chaleur salvatrice des infrarouges

 

Références

“Cardiovascular and other health benefits of sauna bathing: a review of the evidence”, de  J.A. Laukkanen, T. Laukkanen et S.K. Kunutsor, dans Mayo Clinic Proceedings, août 2018.

Association between sauna bathing and fatal cardiovascular and all-cause mortality events”, de T. Laukkanen, H. Khan, F. Zaccardi et J.A. Laukkanen, dans JAMA International Medicine, avril 2015.

“Sauna bathing reduces the risk of stroke in Finnish men and women: a prospective cohort study”, de  S.K. Kunutsor, H. Khan, F. Zaccardi, T. Laukkanen, P. Willeit et J.A. Laukkanen, dans Neurology, mai 2018.

“Longitudinal associations of sauna bathing with inflammation and oxidative stress: the KIHD prospective cohort study”, de  S.K. Kunutsor, T. Laukkanen et J.A. Laukkanen, dans Annals of Medicine, juillet 2018.

Human elimination of organochlorine pesticides: blood, urine, and sweat study”, de S.J. Genuis, K. Lane et D. Birkholz, dans BioMed Research International, 2016.

“Blood, urine, and sweat (BUS) study: monitoring and elimination of bioaccumulated toxic elements”, de Genuis, S.J., Birkholz, D., Rodushkin, I., et Beesoon, S. dans Archives of Environmental Contamination and Toxicology, août 2011.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique sauna maladies cardiovasculaires démence

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous