Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Jacky Roux, le mouvement primaire

Article paru dans le journal nº 5 Acheter ce numéro

Jacky Roux, qui vient du monde de l’électricité et de l’électronique, s’est mis à l’étude de l’homéopathie, de l’acupuncture et de l’ostéopathie. Son don de l’observation et ses connaissances lui ont permis de lancer les bases d’une nouvelle ostéopathie qu’il a baptisée Méthode d’harmonisation des articulations et des organes.

Alternative Santé : Comment avez-vous découvert la méthode d’harmonisation des articulations et des organes ?

Jacky Roux J’ai d’abord suivi les cours de deux écoles d’ostéopathie. C’était au début des années 1980 et on nous apprenait à faire « craquer ». Cette brutalité ne me plaisait pas, alors je me suis dirigé vers une école plus douce, la MTM de Bob Bénichou. Une très belle méthode…

Malheureusement, ne venant pas du milieu médical, ni paramédical, je n’avais personne sur qui m’exercer et je restais un peu sur ma faim… Mais j’avais appris à ressentir le mouvement crânien et j’avais développé une certaine sensibilité. J’ai eu une sorte de révélation, un jour, en montagne. Je méditais devant la beauté du paysage et je tenais un caillou entre mes mains. J’ai laissé mes mains en contact immobile avec cette pierre et, ô surprise, j’ai ressenti un mouvement un peu comme le mouvement crânien à l’intérieur du roc. J’étais à côté d’un arbuste, j’ai fait la même chose avec une branche et là aussi il y avait un mouvement, un peu différent.

Un autre jour j’ai posé les mains sur le crâne de quelqu’un en restant juste à l’écoute de ce mouvement et cette personne qui était sensible m’a dit : « Oh ! ça fait du bien continue ! » j’ai senti le mouvement peu harmonieux au début passer par plusieurs phases puis progressivement s’harmoniser de lui-même. La personne s’est sentie vraiment mieux. À partir de cette constatation, je me suis rendu compte que des articulations qui n’étaient pas bien, montraient un mouvement dysharmonieux alors qu’une articulation en ordre donnait un beau mouvement en lemniscate [courbe en forme de huit, ndlr].

Si je restais à l’écoute, sans rien faire sur ce mouvement dysharmonieux, au bout d’un moment après être passé par différentes formes, le mouvement devenait harmonieux et l’articulation retrouvait sa bonne place. Petit à petit j’ai appliqué ce principe d’écoute à ce que je savais en ostéopathie.

Quel est le principe général de la méthode d’harmonisation des articulations et des organes ?

La perception très attentive et objective du mouvement de vie ou MRP (mouvement respiratoire primaire). Le praticien devra développer attention, concentration et patience. Les articulations bloquées se débloquent et se remettent en place par la seule présence de l’attention du praticien et l’absence de volonté de sa part.

Comment percevez-vous ce mouvement ?

Je le perçois en maintenant un contact doux et très attentif avec l’objet. J’attends que le mouvement envahisse mes mains. Au début c’est très subtil, mais avec un peu de patience et une bonne attention cela devient très puissant. Le mouvement gagne mon corps et je peux le ressentir dans ma tête comme on ressent le mouvement des vagues sur un gros bateau en fermant les yeux.

Quelles sont les différences entre les mouvements normaux et ceux qui sont pathologiques ?

Les mouvements normaux ou harmonieux ont la forme d’un beau huit dans le sens longitudinal du membre ou du corps. Les mouvements pathologiques sont en général transversaux, dysharmonieux et désordonnés.
Il peut même très bien ne pas y avoir de mouvement du tout quand une articulation est collée depuis longtemps.

La pathologie viendrait d’une dysharmonie dans ce mouvement ?

Je dirais plutôt que le mouvement dysharmonieux exprime qu’il y a pathologie. Il me semble que les pathologies viennent du fait que nous sommes sortis de la vibration harmonieuse qui anime tous les êtres. Nos émotions, nos concepts, nos modes de vie, nos croyances nous entraînent hors de cette vibration et laissent la place aux pathologies.

Comment procédez-vous pour rétablir cette harmonie ?

Je ne fais rien d’autre que d’écouter avec mes mains le mouvement de l’articulation lésée. Le seul fait de diriger toute mon attention sur les os déplacés les met en mouvement. Ils font toute sorte de mouvements comme pour se dégager de leur position inconfortable, jusqu’à ce qu’ils retrouvent leur place et s’animent d’un mouvement harmonieux en forme d’un beau huit. Cela demande une certaine transformation dans l’attitude du praticien. Il doit être très attentif, concentré et – le plus difficile – sans attente, sans volonté. Il doit se comporter en observateur neutre et laisser la force de vie agir par elle-même.

Le côté le plus extraordinaire de votre technique est que vous agissez sur les os et articulations sans jamais toucher le corps. Comment l’expliquez-vous ?

Au début de la découverte de cette méthode, dans les années 1987-88, je touchais le corps, exactement comme on le fait dans un traitement crânien, mais sans volonté.

Je me suis parfois trouvé face à des articulations bloquées depuis si longtemps (depuis cinquante ans pour la première) que je n’arrivais pas à les décoller. Je sentais bien que, même si le contact était très léger, il perturbait ma concentration. Un jour, c’était en 2000, j’ai essayé d’abandonner le contact avec la peau et d’agir à 1 centimètre. Je sentais que non seulement mes doigts ne perdaient pas le contact avec le mouvement de l’os mais qu’en plus la force que je ressentais dans mes doigts s’amplifiait. Cela me demandait de redoubler de concentration. L’articulation se décollait, lentement mais sûrement. Il y avait donc plus de force en ne touchant pas et mes doigts n’étaient plus perturbés par le contact de la peau.

J’ai essayé de m’éloigner de plus en plus, à 1 centimètre, 50 centimètres, 1 mètre… c’était toujours aussi puissant. Mais, sans contact, il me fallait un moyen pour rester relié à l’articulation. J’ai ainsi trouvé un moyen pour être anatomiquement précis, même à de plus grandes distances.

Agissez-vous aussi sur d’autres organes ou systèmes du corps en dehors du squelette ?

Oui, tout à fait ! Je n’ai qu’à décider sur quoi je vais travailler puis laisser envahir mes doigts par le mouvement de l’os, de l’organe ou autre. Ce n’est limité que par mes connaissances anatomiques.

Y a-t-il des contre-indications ou des précautions à prendre avant de suivre une séance d’harmonisation des articulations et des organes ?

Étant donné qu’il n’y a aucune manipulation en méthode d’harmonisation des articulations et des organes, car c’est le corps du patient lui-même qui se répare, il n’y aucun risque dans quelque situation que ce soit. Tout ce que l’on peut craindre, ce sont de bonnes courbatures pendant les jours qui suivent un traitement. Parfois c’est même un peu « gratiné », comme le disent certains patients. Une réflexion qui revient souvent chez les personnes que je traite : « C’est comme si un rouleau compresseur m’était passé dessus ! »

Vous formez tous les ans des thérapeutes à votre Méthode. Mais n’importe qui peut-il partager votre enseignement ?

Un jour une dame m’a demandé si je pouvais lui apprendre ce que je faisais. À première vue, je ne voyais pas comment on pouvait enseigner cette technique, mais nous avons essayé tout de même. En fait, cette dame s’est révélée bien plus sensible que moi et a fait très vite des merveilles. À partir de là j’ai donné quelques cours, et année après année, les cours ont pris de l’ampleur.

Il n’est pas besoin d’avoir pratiqué quoi que ce soit pour apprendre, il suffit d’avoir envie de s’en servir ensuite. Il y a des personnes qui viennent à mes cours simplement pour leur élargissement personnel.

Le praticien semble aussi s’enrichir de cette pratique. Est-ce exact ?

Cette façon de se connecter à cette énergie donne libre cours à l’imagination de chacun. J’ai découvert qu’en se laissant prendre par cette énergie dans tout le corps, on ressent une impulsion à bouger et ça peut devenir une sorte de danse qui fait beaucoup de bien… Si j’ai passé une nuit blanche, il me suffit de faire ces mouvements pendant une ou deux minutes pour me sentir en pleine forme.

Devant quelqu’un qui est malade, je peux demander à mes mouvements de rétablir l’harmonie dans le corps de la personne et je laisse aller mes mains. Elles vont décrire des mouvements autour de la personne, la toucher, enlever des choses de son corps et les jeter par la fenêtre. Je peux aussi soigner des animaux. Ce n’est pas ma vocation, mais cela m’est arrivé et toujours avec succès.

Indications de la méthode

Les indications principales sont les problèmes articulaires : chevilles tordues, vertèbres déplacées, articulations lésées… La méthode d’harmonisation des articulations et des organes peut aussi avoir une bonne action sur des maladies comme :

  • les otites à répétition des enfants
  • les sinusites
  • les rhumes des foins
  • les maux de tête
  • les allergies (occiput, atlas, axis)
  • les problèmes d’estomac
  • l’asthme, les problèmes de concentration des enfants à l’école
  • les varices
  • les crampes des mollets
  • la constipation
  • les cystites

En savoir plus

Pour trouver un thérapeute qui pratique la méthode d’harmonisation des articulations et des organes :
www.jackyrouxmethode.com/?praticiens-23

Pour mieux comprendre la méthode d’harmonisation des articulations et des organes :
www.jackyrouxmethode.com

Pour avoir des informations sur les cours, adressez un courriel à Jacky Roux : jackyroux@yahoo.fr

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique ostéopathie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous