Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Pilules contraceptives : il n’y en a pas de bonnes

Article paru dans le journal nº 16 Acheter ce numéro

Depuis le «scandale» des pilules de 3ème et 4ème génération révélé l’année dernière par la presse, de nombreuses femmes ont changé de pilule, préférant des pilules de 2ème génération, plus fortement dosées. Or, une récente étude menée sur des milleirs de femmes et publiée il y a quelques semaines dans la revue Cancer Research indique que ces pilules sont bien pires ! Selon les auteurs, le risque de cancer du sein augmente de 60% chez les femmes prenant une pilule modérément dosée en œstrogène, et de 270% pour les pilules les plus fortement dosées en œstrogène... Parmi les différents associations analysées, on retiendra que celles contenant de l’éthynodiol di acétate, ou de hautes doses de noréthindrone (pilules triphasiques), s’associent à une augmentation du risque de cancer du sein respectivement de +260%, +310%. Les médias avaient, à l’époque, pointé le fait que sans pilule, entre 0,5 et 1 femme sur 10 000 fait dans sa vie une thrombose, 2 avec des pilules de 2e génération et entre 3 et 4 avec les pilules de 3e ou 4e génération. Mais ils avaient simplement oublié de dire que les plus anciennes, elles, favorisaient nettement le cancer du sein. Nota : il se vend 41 boites de pilules contraceptives toutes les minutes en France, soit 21,8 millions de boites, qui représentent 1 050 tonnes de pilules emballées.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous