Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Hypoxie : traiter le manque d’oxygène

Article paru dans le journal nº 56 Acheter ce numéro
  • Le seul moyen d'acheminer de l'oxygène au sein de la celulle, c'est l'eau. Le seul moyen d'acheminer de l'oxygène au sein de la celulle, c'est l'eau.

L’hypoxie cellulaire peut entraîner de nombreux problèmes de santé. Elle contribuerait même à la formation des tumeurs cancéreuses. Essentiel à la production d’énergie et à l’élimination des déchets, l’oxygène est aussi une pièce maîtresse de nos mécanismes de défense immunitaire. Or, pour acheminer ce précieux élément au cœur de nos cellules, rien de tel qu’un peu d’eau… Mais pas n’importe laquelle !

Nos cellules s’asphyxient par manque d’oxygène (hypoxie) ! Toutes nos pathologies pourraient en résulter. Ce sont des maladies d’encrassage qui empêchent l’oxygénation adéquate de nos cellules.

Tous les problèmes physiologiques sont des problèmes cytologiques, c’est-à-dire liés à nos cellules.

Prix Nobel de médecine en 1931, le médecin allemand Otto Warburg expliquait que la première cause de cancer est un manque d’oxygène. Selon lui, les cellules cancéreuses sont anaérobies (elles se multiplient sans oxygène) et ne peuvent survivre en présence de niveaux élevés d’oxygène. Dans son ouvrage Le Métabolisme des tumeurs, il souligne que toutes les formes de cancers sont conditionnées par l’hypoxie et l’acidose (terrain acide), contrairement aux cellules saines, qui ont un besoin accru en oxygène.

Soyons logiques un instant : en tant qu’êtres humains, de quoi avons-nous le plus besoin pour survivre ? Quels sont les éléments indispensables au miracle de la vie d’un point de vue physiologique ? L’oxygène et l’énergie. Avant d’être des prédateurs affamés de plaisirs terrestres, nous sommes avant tout une cellule, puis deux, puis des milliards de cellules parfaites. Chaque cellule est le microcosme de l’univers tout entier et contient les informations complètes de l’être qu’elle sert aveuglément et presque inconditionnellement. En effet, la condition pour qu’une cellule reste parfaite, c’est qu’elle puisse, dans un milieu alcalin (non acide), respirer et fournir de l’énergie (ATP, adénosine triphosphate). Pour ce faire, il lui faut de l’oxygène (respiration aérobie) et du glucose. Des études scientifiques présentent les TCM (triglycérides à chaînes moyennes) comme de meilleures sources d’énergie que le sucre, excellentes pour lutter contre la maladie d’Alzheimer.

Respiration cellulaire

Au sein de la cellule, ce sont les mitochondries, nos centrales énergétiques, qui se chargent de brûler l’oxygène et d’oxyder le glucose pour nous fournir de l’énergie pure sous forme d’ATP. En cas d’hypoxie, la respiration cellulaire anaérobie (sans oxygène) est possible, mais est quinze fois moins efficace. Elle nécessite aussi beaucoup plus de glucose pour très peu de résultats. Les cellules cancéreuses sont avides de sucre pour cette raison.

En effet, celui-ci est alors fermenté, comme le font les bactéries qui sont à l’origine nos mitochondries. C’est le plan B de la respiration cellulaire. Cette situation engendre une fatigue accrue de l’organisme (premier symptôme d’hypoxie cellulaire qui devrait être alarmant). Parmi les multiples fonctions d’une cellule, elle devra se diviser et se multiplier pour donner naissance à une nouvelle cellule de remplacement, puis s’autodétruire quand son cycle programmé génétiquement est terminé (apoptose).

Pour aller plus loin, il nous faut également parler de champs électriques ou électromagnétiques, conformément aux principes de la bio-électronique, théorie élaborée en 1948 par Louis-Claude Vincent, ingénieur hydrologue français.

Ce n’est pas un scoop, nous sommes conducteurs d’électricité, mais également producteurs et consommateurs. Nous sommes donc des êtres énergétiques. Les réactions métaboliques d’oxydo-réduction (échanges d’électrons) et acido-basiques (échanges de protons) se font dans l’eau et grâce à l’eau. L’énergie magnétique est produite grâce au mouvement des protons, et l’énergie électrique est produite grâce au mouvement des électrons.

Auto-réparation

Ce qui justifie les 80 pratiques de médecines dites alternatives utilisant l’énergie comme l’acupuncture, le magnétisme, le reiki, etc. Imaginons que nous sommes une machine à expresso et que celle-ci ne fonctionne pas : nous allons d’abord vérifier si la prise électrique est bien branchée, car si ce n’est pas le cas rien ne sert de changer une pièce de la machine, ce qui est le principe de la médecine allopathique, parfaite pour traiter les urgences et accidents, mais non pour rétablir la santé. Rappelons également que l’électricité ne répare pas, mais permet à l’organisme de fonctionner et de s’auto-réparer. Lorsque vous permettez à l’énergie de circuler de façon fluide sans blocage, alors vous permettez à l’organisme de retrouver ses processus de régénération naturelle.

Le processus d’apoptose (mort de la cellule) se fait à raison d’un voltage spécifique entre -50 et -90mvolt. Quand ce voltage diminue à -20mvolt (état indispensable pour la multiplication cellulaire) la cellule ne peut que continuer à se diviser sans s’autodétruire. Il lui faudrait plus d’énergie pour augmenter le voltage, chose impossible sans oxygène.

Ce manque de voltage, donc d’énergie, provoque une accumulation de vieilles cellules qui n’ont plus rien à faire là, et que l’on appelle tumeur (visible après plusieurs années d’accumulation). Que se passe-t-il si l’on redonne de l’énergie à une cellule cancéreuse ? Le voltage augmente et permet à cette cellule de s’autodétruire naturellement, ce pour quoi elle a toujours été programmée génétiquement.

Trions nos déchets !

Pour que l’oxygène arrive correctement et en quantité suffisante au sein de la cellule, il faut que les entrées de la cellule soient libres, donc pas encrassées (imaginez un amoncellement de poubelles devant votre porte d’entrée). L’encrassage (accumulation de déchets) dû à notre hygiène de vie inadéquate et acidifiante augmente chaque jour : alimentation industrielle, pesticides, cigarette, alcool, sucre, pollution, métaux lourds, stress, déchets naturels issus du métabolisme…

Alors, l’acidification et l’hypoxie augmentent chaque jour, et leurs conséquences aussi (douleurs, fatigue et maladies). Rappelons que le pH (potentiel hydrogène) du sang est naturellement maintenu en permanence alcalin entre 7,38 et 7,42, sous peine de mort. Seuls la salive (chez les jeunes enfants), l’estomac et les urines du matin doivent être acides.

Cette accumulation de déchets due à l’hypoxie entraîne deux conséquences :

  1. L’entassement de déchets empêche l’oxygène d’entrer dans les cellules ;
  2. L’acidification repousse l’oxygène et empêche son entrée dans les cellules.

Conclusion : un terrain encrassé et acide est un terrain sous-oxygéné.

L’organisme devrait n’avoir à gérer que ses propres déchets issus de son fonctionnement normal :

– Les déchets issus de l’activité musculaire : l’acide lactique (dont l’excès provoque crampes et douleurs musculaires).

– Les déchets issus de la dégradation des protéines : l’acide urique (dont l’excès provoque la goutte).

– Les déchets issus de l’activité mentale : l’acide phosphorique (dont l’excès provoque stress et déprime).

Le pH de notre organisme doit être légèrement alcalin (idéalement 7,4, comme le sang), les maladies se développent sur un milieu acide (ou beaucoup trop alcalin, mais ce stade est rarement atteint).

Imaginez que notre corps est une piscine. Vous devez maintenir l’équilibre du pH de votre piscine à 7,4 pour éviter toute perturbation.

Hygiène alimentaire

Pour maintenir un équilibre acido-basique légèrement alcalin, il faut éviter la consommation de produits industriels (additifs, conservateurs, pesticides), arrêter de fumer, remplacer le sel par du sel au chitosan ou de potassium, le sucre par du sucre de coco ou du miel cru, l’alcool par l’eau Kaqun, manger plus de légumes sans pesticides et plus alcalins, des bananes, des châtaignes, des noix de coco, des pommes de terre. Il faut aussi écouter nos ancêtres et pratiquer un jeûne intermittent de 16, 18 ou 20 heures le plus souvent possible.

Quelles solutions ?

  • Apporter de l’oxygène
Le seul moyen d’acheminer de l’oxygène au sein de la cellule, c’est l’eau, transporteur efficace et naturel. L’eau Kaqun est justement une eau de source à laquelle on a ajouté de l’oxygène et qui a été transformée mécaniquement pour permettre à celui-ci d’entrer directement dans les cellules.
Pourquoi l’eau Kaqun ? Nos échanges métaboliques se font grâce à l’eau, dont nous sommes majoritairement composés. Mais l’eau peut être elle-même encrassée ! L’eau du robinet contient des traces plus ou moins prononcées, selon la région et ses traitements, de chlore, de pesticides, de résidus de médicaments allant des antidépresseurs aux traitements hormonaux en passant par les contraceptifs et les métaux lourds.
Ne croyez pas vous en débarrasser avec une carafe filtrante, qui pullule très vite de bactéries colloïdales responsables d’infections urinaires, et qui relargue les toxiques accumulés dans ses filtres. À moins d’utiliser un osmoseur et un vortex pour purifier et dynamiser l’eau, mais vous n’aurez toujours pas plus d’oxygène. Quant à l’eau minérale, comme son nom l’indique, elle est riche en minéraux, donc en petits cailloux dont votre organisme ne sait que faire si ce n’est encrasser vos reins.
Il nous faut donc une eau de source très peu minéralisée dans un premier temps, puis une eau enrichie en oxygène dans un second temps (et non en CO2 comme les eaux gazeuses) et enfin une eau qui permette la libération de l’oxygène au sein de la cellule malgré l’acidification et la répulsion de celle-ci. C’est exactement ce pourquoi l’eau Kaqun a été mise au point, en cassant mécaniquement les clusters d’eau afin que les molécules passent facilement les barrières de notre encrassage et acidose pour libérer une bouffée d’oxygène salutaire.
  • Augmenter nos apports d’eau
Boire de l’eau Kaqun chaque matin au lever à température ambiante (ne jamais la faire chauffer). Nous éliminons les déchets principalement par les urines grâce au travail de la lymphe, du foie et des reins. Pour en faire des aliments alcalins, les fruits acides sont neutralisés par les poumons qui transforment l’acide en eau et gaz carbonique. Seule l’eau nous permet de diluer ces divers déchets et toxines et de les éliminer naturellement.

C’est en valorisant le principe de vie que nous pouvons nous sentir mieux.

Changer une pièce de la machine à café alors qu’elle n’est tout simplement pas branchée ça parait stupide n’est-ce pas ? C’est comme s’attendre à avoir un café sain en utilisant du café non bio contenant des pesticides torréfiés, donc hautement cancérigènes.

Soyons logiques et redonnons simplement l’élément de base, l’oxygène, afin que nos cellules respirent et s’autogèrent comme elles savent si bien le faire.

Faut-il toutefois avoir peur de ­l’oxydation pouvant résulter de la prise d’oxygène en grande quantité ? Notre système immunitaire fonctionne grâce à une armée de « natural killers », et leur arme principale est l’oxydation. Que se passe-t-il en cas d’hypoxie ? Eh bien ils n’ont plus de munitions et ne peuvent plus rien oxyder du tout. C’est alors tout le système immunitaire qui s’affaiblit au lieu de lutter.

Avant de savoir nous nourrir de Prana (souffle vital respirant), utilisons ce que la nature a fait de mieux pour maintenir une santé optimale : l’oxygène, l’eau et le temps. Rien de moins, rien de plus.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique hypoxie oxygène sous-oxygénation

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous