Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Pourquoi des milliers de gens
utilisent-ils le silicium G5 illégalement ?

Alexandre Imbert  rédigé le 25 février 2014 à 18h10
  • Avatar de Pascale François-paitrault Mme Pascale F. Référent thématique

Connectez-vous pour devenir référent « Silicium organique »

Répondez aux membres du site

  • silice organique - alternativesante.frsilice organique - alternativesante.fr
Article pARU dans le journal nº 3 Acheter ce numéro
Créez une alerte sur le thème « Silicium organique »




3.96428571428571445
28 avis
Icône d'impression

Si vous avez cherché un jour à vous procurer du Silicium organique G5, ce produit mythique de la médecine naturelle, vous avez sans doute trouvé dans les boutiques bio une dizaine de marques faisant référence au silicium ou à la silice organique Mais le silicium G5 original n'était pas là ! Je parle du G5 à base de monométhysilanetriol popularisé par Loïc Le Ribault. C'est ce silicium que des centaines de milliers de personnes dans le monde consomment en en buvant chaque jour une petite dose. C'est le cas notamment aux USA (où il est buvable, conformément à la réglementation FDA) ainsi qu'en Afrique du Sud ou à Hong Kong. En Europe, c'est différent... En 2010, la Commission Européenne l'a interdit en tant que complément alimentaire, validant simplement son utilisation en tant que cosmétique. En clair : il doit exclusivement s'utiliser par voie externe. Mais cela n'empêche pas les amateurs de continuer à avaler le Silicium G5 qui se vend toujours pour cet usage... sous le manteau, ou presque...

Loïc le Ribault n'est pas mort

« Le véritable G5 », « formule originale », les mentions et références renvoyant à la découverte du chercheur décédé en 2007 s'affichent allègrement sur les bouteilles, parfois avec sa photo. L'icône est bien vivante, sa marque imprègne le marché. Un rapide coup d'oeil sur les forums spécialisés dans les médecines naturelles confirment ce que nous savons déjà à Alternative Santé au vu des courriers que nous recevons : les consommateurs ne savent plus à quel Saint se vouer devant la qualité inégale des produits et devant toutes les imitations. Et ceux qui décident d'opter pour la formule originale de Le Ribault se demandent où la trouver. Répondons-leur tout de suite : il y a deux sources "officielles" du silicium G5 original de Loïc le Ribault (mais une seule qui ne contient pas de conservateur, vous la trouverez un peu plus bas dans l'article). Notons bien que des centaines de médecins ou thérapeutes conseillent aussi ce produit à leurs patients, parfois les yeux fermés tant on prête de vertus à ce qui a été qualifié de « panacée »?

Qui a vraiment inventé le silicium organique ?

Il s'agit d'un chimiste de l'université de Bordeaux, Norbert Duffaut. Il y a plus de 50 ans. C'est lui qui synthétisa pour la première fois, en 1957, une molécule de silicium organique. Ceux qui ont connu Duffot gardent de lui le souvenir d'un homme intègre, dévoué à la recherche de remèdes utiles. De fait, beaucoup de personnes ont utilisé le DNR (son nom commercial) en compresses pour traiter avec succès des rhumatismes ou des douleurs d'arthrose, la solution traversant la peau et les tissus pour aller déposer son principe actif à la source du mal.

Un découvreur qui restera incompris

Au début de 1958, Duffaut rencontre le Dr Janet, spécialiste de gastro-entérologie. Ensemble, ils vont effectuer de nombreuses applications de DNR dans le traitement de maladies cardiovasculaires, de rhumatismes et même de cancers. Puis il collabore avec le Dr Rager, qui sera récompensé par l'Académie de Médecine pour ses travaux sur l'utilisation des organo-siliciés en thérapeutique.

Néanmoins, malgré d'innombrables démarches, malgré de nombreux articles témoignant des bienfaits du DNR dans des revues spécialisées, malgré la mise au point de deux médicaments à base de silicium organique au début des années 70 , Duffaut se heurtera à l'indifférence des autorités françaises de santé publique.

Finalement, il ne réussira jamais à faire tester le DNR qui, pourtant, lui permettait d'observer des résultats spéctaculaires qu'il décrit dans son livre "Les tribulations d'un découvreur non reconnu" dont voici quelques extraits :

Le cancer du poumon et du pancréas

«Dans plus de deux cents cas, nous avions observé une évolution bien plus favorable avec le silicium qu'il était permis de pronostiquer, ainsi que le caractère durable des résultats obtenus dans 90 % des cas et une amélioration de l'état général des patients, et ce avec un recul de plus de dix ans.

Nous avions observé également que dans plus de 90 % des cas, le D.N.R. permettait d'obtenir des résultats satisfaisants pour le traitement du cancer du pancréas. »

Le traitement des angines de poitrine, des infarctus du myocarde et des artérites des membres inférieurs.

« Les premiers essais (avec le silicium organique - NDLR) furent de vrais triomphes ; mes espérances les plus optimistes furent dépassées. La capacité du silicium organique à alléger la souffrance humaine dépassa de loin celui des grands médecins.. »

Le taux de cholestérol

« Le taux avait tendance à baisser, mais ce n'était pas l'idéal. Aussi, un jour, je fis appliquer des compresses de D.N.R. au niveau du foie.

Nos espérances furent dépassées : la teneur en cholestérol passait de 3,5 à 2 grammes par litre en un mois. Je craignais une erreur d'analyse, aussi je fis tester cette technique sur une centaine de cas. Les résultats furent reproductibles : la méthode était au point. Je l'ai indiquée à de nombreux médecins ».

L'hypertension

« Mais quand j'associai (au silicium organique - NDLR) le chlorure de magnésium à celui-ci par application de compresses sur les poignets et les coudes, les résultats furent mirifiques ».

L'hépatite virale

« Beaucoup plus tard, en 1976, je m'aperçus que l'hépatite à virus pouvait être traitée de manière efficace et rapide, en appliquant une simple compresse de D.N.R. sur le foie du malade pendant quelques jours. »

Les mastoses

« Nous constatâmes que de simples applications locales permettaient de faire disparaître totalement les chapelets de mastoses en deux à six mois de traitement. Il ne s'agissait pas d'une stabilisation, mais bien d'une disparition totale de cette affection. Chacun de notre côté, nous l'avions vérifié sur un millier de cas. »

Les virus

« Par expériences innombrables, nous avons constaté que l'herpès labial, l'herpès oculaire et l'herpès génital étaient terrassés en quelques heures. Les psoriasis vieux de vingt-cinq ans étaient guéris en moins d'une semaine, ainsi que les aphtes de la bouche.

De nombreuses autres affections virales, telles que la grippe ou les oreillons, très fréquentes chez l'enfant et l'adulte, étaient également vaincues. Jusqu'à ce jour, les possibilités médicales employées étaient risibles : rester au lit, pour éviter les complications ».

Tendinite

« Dès le début, le D.N.R. a été utilisé par les sportifs. Le coureur qui tordait sa cheville, le joueur de tennis qui souffrait de tennis elbow ou le sportif affecté d'une tendinite faisaient appel à lui. Une simple application locale du silicium faisait disparaître la douleur ainsi que sa cause.

Le plus grand succès fut obtenu avec les tendinites. »

malgré son enthousiasme, il mourra sans avoir obtenu la reconnaissance de sa découverte.

Ce qui n'échappera pas à Loïc le Ribault qui « sauvera » l'oeuvre de Duffaut...

Le grain de sable de l'histoire

Géologue, docteur ès science, docteur en sédimentologie, Loïc Le Ribault, lui, s'est fait connaître dans les années 70 en étudiant les grains de sable. Grâce au microscope électronique à balayage (MEB), ce Breton mit au point une méthode permettant de déterminer l'histoire géologique des grains de sable .

Dans ses articles publiés en 1972 à l'Académie des Sciences, Le Ribault, du haut de ses 25 ans, démontre que certains cristaux de quartz portent à leur surface une pellicule de silice amorphe soluble dans l'eau. Trois ans plus tard, il met au point un procédé permettant de récolter des solutions d'organo-siliciés. C'est au cours de ces expériences qu'il découvre fortuitement l'efficacité thérapeutique de ceux-ci.

La légende veut que Le Ribault ait souffert à l'époque d'un psoriasis tenace qui affecte ses deux mains : il malaxe de la main une solution très riche en silicium organique extraite des sables pour l'étudier au MEB. Deux jours plus tard, il constate avec surprise que le psoriasis a totalement disparu sur sa main. Jusqu'en 1982, il étudiera donc le rôle du silicium dans le traitement des affections cutanées.

La création du G4, petit frère du G5

En 1982, Loïc Le Ribault rencontre le talentueux Duffaut lors d'une rencontre scientifique à Bordeaux. Les deux chercheurs décident de poursuivre ensemble leurs travaux sur les applications thérapeutiques des organo-siliciés. L'année suivante, leur collaboration aboutit à la mise au point d'une molécule de synthèse intéressante dans le traitement des affections virales, molécule obtenue grâce à l'adjonction d'hyposulfite de sodium : c'est le « G4 », encore appelé DNV. Les deux hommes vont continuer d'innover, de faire des centaines de tests, de solliciter les autorités. En vain on l'a vu. Entre-temps, le silicium organique deviendra rapidement un constituant essentiel de la plupart des cosmétiques.

Un chimiste, formulateur de produits cosmétiques et santé d’une grande marque nous confiait récement qu’il lui été demandé de glisser du silicium organique dans les produits anti-rides et dermo-reconstituants mais sans le mentionner dans la composition du produit. Cette pratique toucherait aussi, d’après lui, les produits destinés à lutter contre les problèmes dermatologiques.

Mais à l'époque, et depuis lors, Duffaut et Le Ribault n'obtiendront rien des grands de la cosmétique.

Une aventure riche en zones d'ombres

En novembre 1993, Norbert Duffaut est découvert mort dans son lit, empoisonné. La police conclut au suicide. L'homme n'aurait pas supporté le mépris et l'incompréhension des autorités scientifiques et médicales. Désormais seul, Loïc Le Ribault se lance à corps perdu dans la bataille et continue les travaux. Un an plus tard, il met au point le G5, un silicium organique buvable qu'il commercialise aussitôt. Le 8 octobre 1995, un article de Sud-Ouest met le feu aux poudres en provoquant la ruée du public sur le G5. Une chasse à l'homme va alors s'engager qui ne se terminera qu'en 2007, à la mort de Loïc Le Ribault, victime d'un cancer de la bouche. Ou d'un assassinat comme le pensent certains, à commencer par le Dr Marie-Hélène Groussac qui a écrit une lettre ouverte (lire ici) à la ministre de la Santé de l'époque, Roselyne Bachelot.

7 ans de cavale... pour échapper aux Ordres

Visé très rapidement par une plainte du conseil de l'Ordre des médecins et de celui des pharmaciens, poursuivi pour exercice illégal de la médecine et de la pharmacie et tromperie sur la marchandise, Le Ribault avait entamé en 1996, après 2 mois de détention provisoire, une folle cavale qui l'avait mené en Irlande via Jersey. Il lâchera plus tard son associé Luc Verardo (qui avait financé son affaire) dans des conditions troubles pour s'associer avec d'autres, en Espagne.

Ici et là, il poursuivait son business, vendait au prix fort (plus de 10 fois le prix du DNR que Duffaut, par ailleurs, donnait souvent gratuitement...), jonglait avec les techniques de vente à distance, alimentant le buzz autour de sa persécution : on se bousculait pour acheter du Silicium G5 sous le manteau. Alors qu'il se rendait en Suisse une énième fois fin 2003 pour ouvrir son propre centre de soins, il était arrêté à Genève et emprisonné le temps d'être extradé. En février 2004, il fut condamné à Bordeaux à un an de prison ferme avant d'être remis en liberté quelques semaines plus tard.

Un chercheur émérite et un homme irascible

Sous son allure de Professeur Nimbus rougeaud et un peu rondouillard, le père du G5 était à la fin de sa vie un homme fantasque, porté sur la boisson, irascible et difficile à vivre aux dires des personnes qui l'ont côtoyé et avec lesquelles il s'est souvent brouillé. Toujours prêt à bondir, il aura beaucoup écrit dans sa vie, des livres, mais aussi des lettres, toujours pleines de rancoeur et de menaces. Dans "Le prix d'une découverte, lettre à mon juge", publié à compte d'auteur en 1998, on peut lire ce passage qui résume assez bien sa manière d'être et de dire : « Avant que vous ne disparaissiez à jamais, insignifiante poussière enfouie dans les oubliettes de ma mémoire, je tenais à vous faire ce cadeau d'adieu : la véritable histoire d'un novateur dans une France corrompue en voie de décomposition avancée »?

L'histoire mouvementée du Silicium organique G5, qu'elle ait été voulue ou non, a de facto été payante. Eh oui : des dizaines de milliers de personnes boivent aujourd'hui ce liquide en toute illégalité et le silicium organique représente un chiffre d'affaires considérable (bien qu'invérifiable). Mais ce produit n'aurait jamais connu un tel succès si le produit ne présentait pas de vraies vertus, que ses consommateurs ont éprouvées et validées.

Entre 98 et 99% d'eau dans une bouteille ?

Dans le cadre des plaintes déposées contre Le Ribault, les experts, en 1997, faisaient remarquer que le G5 comportait « une très forte proportion d'eau (entre 98 et 99%) » alors qu'il était vendu à « des prix importants ». Et alors ? Le silicium, c'est effectivement beaucoup d'eau (purifiée) et un infime pourcentage de monométhysilanetriol. Certains estiment que seule une concentration à 0,02% est efficace. D'autres, défendent le contraire et proposent des concentrations, à diluer éventuellement, pouvant aller jusqu'à 0,07%. Aucune étude scientifique ne permet de les départager. Mais est-ce vraiment nécessaire ? Boire du silicium, c'est avant tout donner une information essentielle à notre organisme.

Pourquoi nous avons besoin de silicium

  • Le silicium minéral est l'élément le plus abondant de la nature après l'oxygène.On en trouve environ 30% à la surface du globe terrestre. Dans le corps humain, c'est également un élément essentiel de la matière vivante avec le carbone, l'oxygène et l'hydrogène.
  • Le silicium est présent en quantités importantes dans la plupart des tissus organiques, le tissu osseux, et le tissu conjonctif. Sa concentration est supérieure à celle du fer ou du cuivre. Il potentialise notamment l'action du zinc et du cuivre et permet la fixation du calcium.
  • Mais la quantité de silicium diminue avec l'âge chez l'homme comme chez l'animal, de façon irréversible car l'organisme est incapable d'assimiler le silicium minéral qu'il ingère (dans les aliments, les boissons), il n'est pas capable non plus de le transformer en silicium organique.

Un remède universel ? Oui!

Les Aztèques, comme les Chinois, connaissaient les vertus curatives de la silice, leur médecine utilisant la poudre d'obsidienne ou de jade. Les nombreuses études menées, autant que les résultats empiriques observés avec le silicium, confirment son action à plusieurs niveaux :

- Le silicium joue un rôle prépondérant dans le métabolisme général de l'organisme : il intervient dans le processus de régénération des cellules en rétablissant l'équilibre ionique des cellules endommagées ou affaiblies et en relançant les échanges cellulaires.

- Il protège les os et les articulations : c'est une « brique » essentielle de l'os. Sa présence est indispensable à la synthèse des fibres d'élastine et de collagène or la calcification ne peut avoir lieu qu'en présence de collagène... Il sera utile en particulier pour les problèmes d'arthrose.

- Il protège la peau : élément constitutif de celle-ci, il contribue à son architecture et à son élasticité. C'est la carence en silicium qui provoque le desséchement de la peau et l'apparition de rides...  Il améliore aussi la qualité des ongles, des cheveux et des dents...

- Il protège le muscle cardiaque et le système circulatoire : partie intégrante des parois vasculaires, il agit indirectement sur la tension vasculaire, maintient l'intégrité des parois du coeur et protège les artères en favorisant leur imperméabilité aux substances lipidiques nocives du sang circulant...

- Il protège des radicaux libres et de l'oxydation : grâce à sa structure électromagnétique particulière, il est en constante recherche d'équilibre ionique, d'où cette activité antioxydante.

- Il accélère les processus de cicatrisation : son apport permet d'augmenter le taux en hydroxyproline, acide aminé essentiel au processus de cicatrisation.

- C'est un anti-inflammatoire puissant : de nombreux kinés l'emploient pour atténuer les douleurs telles que les tendinites, les contractures et douleurs articulaires.

- Il renforce les défenses immunitaires de l'organisme : il est en effet indispensable au processus de déclenchement de fabrication des antigènes et des anticorps.

Il fait tout, alors ? Me direz-vous.

Oui car une quantité impressionnante d'autres propriétés sont répertoriées, qui font du silicium un élément utile contre les douleurs articulaires mais aussi, par exemple, le diabète (le pancréas est particulièrement riche en sillicium). C'est aussi un élément idéal pour un convalescent. En résumé, le rôle de la silice dans le corps humain est tellement fondamental qu'il s'applique à une quantité innombrable de pathologies.

Ne pas confondre silice organique, silice végétale et silicium organique...

On trouve aujourd'hui sur le marché de nombreuses marques proposant du silicium d'origine végétale (à base de prêle, d'ortie...) ou de la silice organique parfois vendue comme du « silicium organique ». Il s'agit en fait de silice colloïdale. Celle-ci est formée de colloïdes (particules semi-minérales) en suspension dans l'eau. Elle est moins assimilable mais avec un taux d'environ 3% d'absorption, elle donne déjà des résultats thérapeutiques. Elle est de plus reconnue comme un produit alimentaire et donc autorisée par voie interne. Ces produits sont intéressants pour une complémentation de confort, d'autant qu'ils sont un peu moins coûteux que le silicium organique et souvent labellisés bio. 

L'inconvénient tient dans la posologie qui ne doit pas être trop importante eu égard à un risque de sédimentation au niveau des reins. Le silicium organique est, lui, soluble, et plus facilement assimilable par l'organisme (absorbable à 70%) du fait de sa liaison avec des acides aminés transporteurs. Il ne présente aucune toxicité ni ne provoque aucun effet secondaire et est compatible avec tout type de thérapie. Utilisable par voie interne comme externe (compresses, pulvérisations), son taux d'efficacité dépasse les 70% devant les douleurs articulaires, la plupart des affections dermatologiques, les brûlures ou les douleurs d'origines diverses (d'où son surnom aux Caraïbes de Pain killer, le tueur de douleurs).

Force est de reconnaître qu'avec le G5 original, nous avons maintenant près de 20 ans de recul et qu'aucun problème n'a jamais été signalé. Au contraire.

Où trouver le silicium G5 original
de Loïc Le Ribault ?

Depuis la mort de Le Ribault, et après de nombreuses disputes entre fabricants (la marque G5 fait l'objet d'une bataille intense, il y a au moins trois sociétés qui disent en être propriétaire), il règne une certaine confusion sur le marché.

Seuls deux des nombreux silicium organiques vendus aujourd'hui peuvent être considérés comme ayant été élaborés par Loïc Le Ribault lui-même : le silicium organique de la société irlandaise LLR G5 et celui de Silicium Espana.

  • Le G5 espagnol : C'est en Espagne de Loïc le Ribault que Loïc Le Ribault a terminé sa "cavale". La formule est donc de lui et, pour insister sur ce fait, la société Silicium Espana produit son G5 avec la signature de Loïc Le Ribault bien visible sur l'étiquette comme preuve de l'authenticité du produit.  Malheureusement, la formule du G5 vendue en Espagne contient un additif (le benzoate de sodium - E211). Cet additif est employé dans l'industrie alimentaire mais son usage est encadré. Les chimistes et les biologistes sont d'accord sur le fait que la toxicité dépend seulement de la concentration et beaucoup de produits à base de silicium contiennent une infime quantité de benzoate de sodium. Interrogé, le fabricant espagnol explique qu'aucun produit de ce genre ne peut se préserver sans danger avec un PH de 6,6 PPM sans aucun autre conservateur. Raison pour laquelle il serait impossible de supprimer toute présence de benzoate de sodium sans que cela n’affecte la formule originale du produit.

Si la présence de ce conservateur ne vous dérange pas, vous pouvez vous en procurer en Espagne ici

  • Le G5 Irlandais : Il ne faut pas oublier qu'avant de s'installer en Espagne, Loïc Le Ribault avait fondé (en 1999) en compagnie d'un de ses vieux amis, Luc Verardo, la société irlandaise LLR-G5 ltd. Celle-ci a vendu pendant des années son G5 selon les indications de Loïc Le Ribault avec son plein accord jusqu'à ce que celui-ci décide de s'expatrier en Espagne. Pour respecter l'invention de Loïc le Ribault, la société irlandaise LLR-G5 commercialise donc toujours un silicium organique totalement identique à la version originale, c'est à dire avec de l'ethylparaben et du methylparaben comme conservateur en bidon d'un litre.

    Toutefois elle est parvenue à produire LE FAMEUX G5 SANS AUCUN CONSERVATEUR
    (en bidon de 0,5 litres pour éviter une trop longue durée de conservation par les consommateurs). Et tant qu'à faire il vaut mieux choisir cette formule là même si les quantités de conservateurs employées chez les concurrents sont minimes. Vous en trouverez dans certaines boutiques bio et sur différents sites internet, notamment ici.

Le G5 est encore un produit coûteux mais sa capacité à rééquilibrer la santé humaine en profondeur relativise largement son prix. Comme sa meilleure disponibilité, qui en fait un produit de facto « économique » par rapport au silicium végétal. Personnellement, je peux vous dire que je n'ai testé le G5 que pour des douleurs lombaires persistantes. Je l'ai utilisé en compresses (la nuit) et j'en ai bu (1 cuillère à soupe au lever) et en trois jours, effectivement, celles-ci ont disparu et ne sont pas revenues ! Vous n'êtes pas obligés de me croire. Mais permettez moi, malgré tout ce que l'on peut penser de cette histoire, de rendre à Loïc Le Ribault - et à Norbert Duffaut - le mérite qui leur revient.

 

Pour en savoir plus, voir :
le film de Jean-Yves Bilien "Mandat d'arrêt contre un chercheur" (Satya Productions)
ou bien lire : 
"Le silicium organique de Loïc Le Ribault : G5, l'histoire vraie"  Editions Guy Trédaniel (2006).

 


Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Sur le même sujet

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous