Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

A(ir)pocalypse Now !

Article paru dans le journal nº 44 Acheter ce numéro
  • Il n'y a pas de médicaments contre la pollutionIl n'y a pas de médicaments contre la pollution
  • Avatar de Monique MARIANI Mme Monique M. Référent thématique
  • Avatar de Anne DUPONT Mme Anne D. Référent thématique
  • Avatar de Marie FAVREANNE Mme Marie F. Référent thématique
  • Avatar de Marie claire SCHMIDT Mme Marie claire S. Référent thématique
  • Avatar de Laurent FEGE M. Laurent F. Référent thématique
Connectez-vous pour devenir référent « pollution »

et répondez aux membres du site

C’est ainsi que les Chinois qualifient la qualité de l’air de leurs grandes villes ! Mais nous ne sommes pas en reste. Car si ce n’est pas l’Apocalypse, c’est du moins terrifiant.

Vous ne sentez pas cette vapeur puante et polluante qui colle à la peau, tache vos vêtements, s’incruste sur la façade des immeubles de pierre blanche et les noircit, les dégrade et les ronge ? Il y a ce que vous voyez et ce que vous ne voyez pas, l’intérieur de l’organisme. Car si ces microparticules de diesel tachent vos poumons comme les parois des immeubles, rongent vos artères et les enflamment, cela, vous ne le sentez pas. Pas plus que vous ne percevez les nanoparticules libérées par les pots d’échappement, car aucun filtre n’est capable de les arrêter.

Avec quelles conséquences ? L’oxydation des artères (qui provoque des dépôts de cholestérol) et des tissus, qui peuvent dégénérer en cancer. L’irritation des muscles, des tendons et des ligaments. L’aggravation de toutes les pathologies : asthme, bronchite, maladies infectieuses et virales. Enfin, c’est à ce jour certainement l’une des causes majeures de l’épidémie de cancer et de maladie cardiovasculaire.

On pourrait s’étonner qu’il y ait de plus en plus d’allergies respiratoires ; sauf quand on sait que ces microparticules poisseuses se déposent aussi sur les pollens, les rendant à la fois toxiques et allergisants. Il existe aussi une pathologie souvent confondue avec la grippe, et qu’on appelle « syndrome d’irritation bronchique ». Il associe toux, gêne respiratoire, fièvre et mal de tête, et est simplement lié à la pollution atmosphérique. Quand on en souffre, le moindre virus qui passe devient hautement virulent.

Ne croyez pas que vous êtes à l’abri si vous vivez à la campagne ; il suffit bien souvent qu’un diesel vous ait précédé de quelques kilomètres pour que vous en trouviez encore le sillage malodorant sur votre trajet.

Mon propos n’est pas de culpabiliser les utilisateurs de diesel. Ils sont victimes d’un système de profit fondé sur la pétrochimie qui fait que les automobilistes s’empoisonnent les uns les autres. Toute cette pollution qui provient du pétrole aurait pu être évitée il y a longtemps si on avait affecté toutes les aides nécessaires au développement des voitures électriques. Mais nous sommes aujourd’hui débordés, car aucune solution économiquement viable n’est trouvée pour remplacer un parc automobile empoisonneur.

Sans compter ces constructeurs qui ont truqué les moteurs diesel, en s’imaginant qu’ils ne seraient pas eux-mêmes concernés par la pollution ; qu’eux-mêmes et leurs enfants étaient immunisés contre le cancer !

Rappelons qu’il n’y a aucune médecine (hormis les vrais antioxydants naturels) qui soit capable de combattre un tel fléau, et qu’aucun médicament ne pourra éviter aux personnes de tomber malades à cause de la pollution. Aucun vaccin ne vous prémunira contre les nanoparticules de diesel. Et nombre de pathologies inexpliquées, à commencer par la fibromyalgie, résultent peut-être de cette pollution oxydante. l

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes