Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L’irrésistible influence
de la Lune

Article paru dans le journal nº 28 Acheter ce numéro

Le 27 septembre 2015, la fête de la Lune célébrée par les Chinois a coïncidé avec un événement rarissime : la super Lune de sang. Après une éclipse, elle est réapparue teintée de rouge. Quels que soient ses couleurs, rayonnements et formes, notre satellite n’a eu de cesse d’hypnotiser l’imaginaire de toutes les civilisations, fascinées par son influence.

Pendant que le sage désigne la Lune du doigt, il y a ceux qui admirent l’astre et ceux qui observent le doigt. L’adage ne saurait en tout cas faire ombrage à sa force magnétique avérée et à son influence, qui s’exerce aussi bien sur les êtres vivants que sur les flux marins.

Adorée à travers les siècles

Dans la plupart des civilisations de l’Antiquité, la Lune était très présente et symbolisait souvent la fertilité, la fécondité et l’abondance. Chez les Sumériens, 2 500 ans avant notre ère, elle était adorée sous le nom de Sîn. Les Mayas en Mésoamérique la nommaient Uuh et la représentaient sous la forme d’une divinité féminine liée à la fertilité.

Des prêtres-astronomes étudiaient ses différentes phases et avaient déjà inventé un calendrier lunaire qui régissait la vie rituelle et agricole. Plus près de chez nous, les druides avaient également mis au point un calendrier lunaire constitué de treize lunes. Le mois celtique fut aussi un mois lunaire servant à régler le calendrier et les cérémonies religieuses.

À Rome, un jour était dédié à la lune, lunae dies, littéralement
« le jour de la lune », mot conservé dans la langue italienne, lunedi, qui a donné le lundi français. D’un point de vue symbolique, elle est rattachée au domaine du rêve, du psychisme, de l’eau, du passé et des origines. Elle reste en outre étroitement liée à la femme, dont les menstruations sont gouvernées par ses cycles (28 jours) ; autrefois, on disait d’ailleurs « avoir ses mois » pour évoquer les règles. Comment dès lors ne pas nous intéresser au pouvoir énergétique de la Lune quand, de tout temps, les hommes ont observé avec une curiosité sans bornes ses différentes phases ?

Une action hormonale

Lors de la pleine lune, son rayonnement électromagnétique est à son maximum. C’est le moment où les énergies sont les plus hautes. Ce courant électromagnétique agit sur les électrons contenus dans nos cellules et a un effet direct sur notre système nerveux. C’est pour cette raison que les personnes hypersensibles ont du mal à s’endormir. Certaines se sentent angoissées, trop toniques. C’est comme si notre corps subissait une petite marée intérieure.

D’autre part, d’un point de vue médical, on a constaté plus de saignements et d’hémorragies les nuits de pleine lune. Raison pour laquelle certains chirurgiens ou dentistes n’aiment pas opérer ces périodes-là. Il y aurait aussi, d’après des statistiques, plus d’accouchements, mais aussi plus d’élan sexuel et, dommages collatéraux, plus de viols… Pourquoi donc ? Il semblerait que les vaisseaux sanguins se dilatent beaucoup plus pendant cette période. En ce sens, nous ne sommes pas éloignés des animaux : les périodes de pleine lune augmentant la production d’hormones dans le corps, elles sont propices au désir sexuel et à l’accouplement.

L’oracle des paysans

Dans les campagnes, les paysans et les agriculteurs ont toujours observé la position de la Lune avant de semer ou de récolter, de repiquer ou de bouturer. En ce qui concerne les arbres, par exemple, il faut les planter en lune montante et croissante quelques jours après le premier quartier, de préférence le soir, si l’on veut qu’ils soient vigoureux. Les salades seront quant à elles semées en lune montante et récoltées en lune descendante.

La Lune nous indique également le temps qu’il va faire : si elle est cernée d’un halo blanc, il va pleuvoir le lendemain ;
a contrario, le beau temps est assuré lorsque ses taches sont très visibles. Quant aux éleveurs de moutons, ils préfèrent tondre à la pleine lune pour assurer une meilleure repousse de la toison de leurs bêtes… Un effet sur la pilosité également vérifiable en ce qui concerne l’être humain : les cheveux coupés en lune croissante ou en pleine lune repousseraient plus vite et seraient plus vigoureux, alors que si on les coupe en lune décroissante, ils poussent moins vite, mais seront toutefois plus épais.

Croyances et symboles dans le monde

Le satellite naturel de la Terre alimente un grand nombre de croyances à travers le monde. Ainsi, au Groenland, de peur d’être enlevées par la Lune, les femmes s’abstiennent de boire quand elle est pleine. En Inde, la femme stérile qui désire avoir des enfants doit entrer nue dans l’eau face à la pleine lune. De même dans les pays arabes, c’est une nuit prisée pour la nuit de noces ; d’autre part, le croissant de lune est un symbole important de l’Islam car le jeûne du ramadan commence quand apparaît le premier croissant et s’interrompt à la venue du croissant suivant.

En Sibérie, on se marie et on part en voyage de noces à la nouvelle lune. En Alaska, à la pleine lune de janvier, le chaman porte le masque du saumon pour attirer les poissons. Chez les Yakoutes (peuple de Sibérie), on célèbre les mariages à la nouvelle lune, symbole de fécondité. Et dans nos campagnes françaises, certains conjurent encore la Lune en prononçant des prières ou des formules magiques : « Petit croissant, verbe blanc, fais-moi voir en dormant qui j’aurai de mon vivant. »


 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous