Voir tous les numéros

Intolérances alimentaires,
c'est une vraie épidémie

rédigé le 25 février 2014 à 18h10

Dominique Vialard

De plus en plus de consommateurs sont obligés de se tourner vers les produits sans gluten, sans caséine, sans additifs alimentaires, sans oeufs. On ne compte plus le nombre de jeunes mamans qui découvrent que leur nourisson ne supporte pas le lait. On constate aussi qu'un nombre de plus en plus important de personnes âgées présentent désormais des intolérances à des aliments qu'elles supportaient parfaitement autrefois. Quelle est l'origine de cette épidémie ?

Une intolérance ressemble à un empoisonnement progressif qui résulte de la fragilisation de la muqueuse intestinale (à la suite d'un traitement médical ou d'un stress par exemple). C'est ce que l'on appelle l'hyperperméabilité intestinale. La muqueuse, fragilisée, va laisser passer les moisissures, les déchets, les aliments à moitié digérés qui vont arriver dans le sang sans avoir été identifiés par le système immunitaire.

Celui-ci va réagir en libérant des anticorps (IgG) et en mémorisant l...

Image description

Le contenu de cet article est réservé à nos membres.
abonnez-vous ou achetez ce numéro à l'unité


Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois soutenez notre cause !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Sur le même sujet

Vos commentaires

  • Avatar
    Michel1606 Le 14/01/2014 13:51

    Diagnostiqué, avec le test Imupro, découverte d'intolérances au gluten, oeufs et laitages. En quatre mois j'ai maigri de 9 kg sans autres contrainte que l'arrêt des aliments incriminés et j'ai retrouvé une bien meilleure forme. Diabétique mes injections d'insuline ont baissé de 20%. Si le test Imupro est cher et non remboursé il est infiniment plus rentable que toutes les analyses que je fais tous les six mois sans autres résultats de visites chez les spécialistes et la vente de médicaments qui ne font rien pour la guérison.

  • Avatar
    Jean-Marc Robinj Le 07/01/2014 14:30

    En tant que médecin et enseignant en nutrition diplômé d’un DEA de biologie du vieillissement et d’une maîtrise d'immunologie, je suis très surpris des erreurs de confusion entre allergies et intolérances alimentaires parues dans votre lettre n°8. Aussi, je me permet d’apporter quelques précisions et notions fondamentales permettant de différencier sans ambiguité les intolérances alimentaires des 4 types d’allergies dont 3 types peuvent être liées à l'alimentation.

    Les intolérances alimentaires sont dues exclusivement à des déficits d’enzyme digestive. Elle est due par exemple à un déficit en lactase, en lipase ou en peptidase digestive. Elles sont principalement à l’origine de diarrhées liées à l’indigestion du lactose pour le déficit en lactose ou à l’indigestion de graisse pour le déficit en lipase. Elle n’induit ni phénomène inflammatoire ni réaction immunitaire qu’elle soit de nature allergique ou de nature auto-immune. Il n’y a strictement aucune relation entre intolérance alimentaire et hyperperméabilité intestinale ou auto-immunité. Le traitement d’une intolérance alimentaire se fait principalement par l’apport de l’enzyme corrigeant la déficience enzymatique ou à défaut l’éviction de l’aliment contenant le nutriment non digestible par l’organisme ayant une déficience enzymatique.

    Les allergies alimentaires sont classées entre 4 types :
    • Allergie de type 1 : allergie immédiate, faisant intervenir les Ig E et les mastocytes, principalement d’origine parasitaire, alimentaire ou liée à l’inhalation de pollen, avec une symptomatologie principalement digestive, cutanée, neurologique
    • Allergie de type 2 : allergie semi-retardée faisant intervenir les ig G et les IgM, donnant une thrombocytopénie, une anémie ou une neutropénie
    • Allergie de type 3 : allergie retardée, faisant intervenir les IgG G1, G2, G3 et les Ig M, principalement d’origine virale ou alimentaire, pouvant toucher tous les organes
    • Allergie de type 4 : allergie retardée, faisant intervenir les lymphocytes et monocytes, d’origine virale, parasitaire, alimentaire ou métallique, donnant principalement des infections chroniques, des maladies inflammatoires et auto-immunes telles que la maladie cœliaque, la maladie de Crohn…

    Voici les différences entre les 2 types d’allergies les plus courantes :

    Réactions de type 1
    • pathologie aigüe
    • manifestation immédiate de quelques minutes à quelques heures
    • immunoglobulines E
    • libération d’histamine
    • tests cutanés positifs
    • peu d’aliments concernés
    • traces d’allergènes suffisantes
    • peau et muqueuse atteintes
    • fréquente surtout chez les enfants
    • pour la plupart reconnues sans test
    • rejet de l’aliment par le patient
    • permanente ou définitive

    Réactions de type 3
    • pathologie subaigüe
    • manifestation retardée de quelques heures à 3 jours
    • immunoglobulines G1, G2 et G3
    • syndrome inflammatoire
    • tests cutanés négatifs
    • beaucoup d’aliments concernés
    • dose dépendante
    • tous les organes atteints
    • enfants et adultes
    • allergènes très souvent pas reconnus
    • aliment apprécié
    • rémission possible après éviction de l’allergène

    Les allergies de type 1 sont dépistées par des tests cutanés (prick tests) et la mesure des IgE (Rast). Seules les allergies de type 1 sont prises en charges par les allergologues.
    Les allergies de type 3 sont dépistées par la mesure des IgG (sauf IgG4), en particulier le test ImuPro analysant simultanément jusqu’à 270 allergies alimentaires.
    Les allergies de type 4 sont dépistées par le test Melisa et la recherche d’auto anticorps.

    Les allergies de type 1, 3 et 4 entrainent toutes les trois des altérations de la perméabilité intestinale.

    Les allergies de types 1, 3 et 4 se traitent principalement par l’éviction de l’allergène et la restauration de la barrière intestinale.

    Les intolérances alimentaires et les allergies alimentaires de type 1, 3 ou 4 sont donc pris en charge de manière opposée aussi bien sur le plan diagnostic que celui du traitement.

    Pour information, le produit immuno-regul n’apportant pas d’enzymes digestives n’aura aucun effet dans les cas d’intolérances alimentaires. Néanmoins, conformément à ce qui est écrit sur le site de phyt-innov, il pourrait s’avérer utile dans dans les maladies immunitaires.

    J’espère avoir apporté un éclairage sur ce sujet très important en espérant que vous le diffuserez auprès de vos lecteurs et à Michel Dogna.

  • Avatar
    Diane Le 19/11/2013 13:10

    Bonjour,

    vers mes 16 ans j'ai souffert de migraines atroces quasi quotidienne et de maux de ventre. Je n'associais pas les deux symptômes ensemble. D'autres part j'avais souvent des douleurs aux cervicalles. J'ai vu beaucoup de médecins, j'ai porté des lunettes 2 ans (sans en avoir véritablement besoin), fait de l'acuponcture, suivis des programmes et ingérer des tonnes de médicaments contre les migraines sans reéultat, fait des échographie, pour mes douleurs d'estomac et bien sur me faire traiter de folle parce que j'avais rien.

    C'est finalement un osthéopathe qui m'a dit que j'étais intolérante au chocolat, lait et alcool, (et aujourd'hui je pense aussi que je supporte mal les oeufs).

    C'est insupportable de savoir qu'aucun médecin ni allergologue ni même gastroantérologue ne décèle ce problème et ne veuille vous soigner ... Tout le monde s'en fou, on vous clac la porte au nez sans vous apporter de solutions.

    Seuls les osthéopathes arrivent à voir que votre foie est congestioné et vous tire sur les cervicalles. Aujourd'hui j'ai 26 ans et je suis ahurie de voir les conditionnements des aliments en magasin. Il y a du lait partout même dans les épices et dans les paellas. Vous pensez que c'est normal? Tout le monde s'en fiche personne ne regarde les ingrédients, et les industries font ce qu'elles veulent pour alourdir leur produit et le vendre a moindre coût sans se préocupper de foutre en l'air le système digéstif des consommateurs...

    Il parait qu'il y a des tests d'intolérances.... oui a 500€ et en plus qui se contredisent selon les laboratoirs. Vive l'escroquerie. De toute façon savoir que vous êtes intolérants n'apporte pas la solution pour l'arreter... Ma vie a certes changé sans mes migraines.... mais l'handicap se déplace dans l'alimentation ou l'on doit tout contrôler, cuisiner sois même et surtout le plus dur --> résister à la tentation. . .

  • Avatar
    Rebel Le 28/10/2013 14:55

    Bonjour, j'ai lu avec intérêt votre article. La vraie maladie coeliaque touche moins de 1% de la population. Depuis 10 ans s'est créé une montée de la conscience anti gluten de guru et autres naturopathes. Je suis d'accord avec vous sur les dégats humains de la "Junk food"et des problèmes en rapport avec la mondialisation et un environnement moins sain. Au japon surtout mais ailleurs aussi il est possible de manger du seitan ( source de protéines pour végétarien à base de gluten de blé bio). J'ai fais l'expérience avec une personne (45ans)de mon entourage a qui il a été "diagnostiqué" par un naturopathe une intolérance au gluten. Venu pour diner a la maison le repas a été soupe, escalope de seitan avec riz et légumes. Je me suis préoccupé de son étét huit jours plus tard lui révélant le contenu du seitan : aucun trouble ne s'est manifesté.
    En attendant demandons nous a qui profite vraiment la mode du sans gluten?
    Merci

    • Avatar
      Marie Le 16/02/2014 13:10

      A nos intestins ?

  • Avatar
    Nicolas Le 22/10/2013 17:10

    Bonsoir à tous,

    Merci pour cet article.
    Depuis un peu plus d'un an, je souffre de douleurs gastriques, intestinaux, etc...
    Après avoir essayer beaucoup de choses (Pariet, etc...) j'ai tout stoppé et passé comme j'avais l'habitude de faire à l'homéopathie. Du bon changement mais toujours des douleurs.
    Voilà 2,5 semaines que j'ai décidé de stopper toute alimentation à base de gluten et lactose.
    Je suis dans ma 3ème semaine et je suis au plus bas.
    Douleur permanente, perte de tonus, etc... sans savoir si cela vient bien de cela.
    Je souhaite tenir bon mais il m'a fallu bcp chercher pour trouver les signes et étapes d'amélioration.
    Merci pour ces infos.
    Nico.

    • Avatar
      Alexandre Imbert Le 23/10/2013 10:16

      Tenez bon. On n'a pas besoin du gluten et du lactose pour vivre. Il y a souvent une période d'adaptation assez dure, ne serait-ce que parce que la flore intestinale est bouleversée par votre changement de régime et que les bactérie qui meurent sécretent des poisons qui s'infiltrent dans votre corps en passant par la paroi intestinale. Vous pourriez essayer de faire un traitement contre la dysbiose. Ça aiderait sûrement

  • Avatar
    wilminie bunce Le 21/10/2013 12:15

    Bonjour

    HLAB27 et maladie cœliaque....est-ce lié?

    • Avatar
      Rebel Le 29/10/2013 13:08

      HLA B27 = polyarthrite rhumatoïde

    • Avatar
      Alexandre Imbert Le 22/10/2013 08:20

      Pas certain, car il s'agit là d'un problème génétique. Mais il est possible que cet anti-gène ait une incidence sur la flore intestinale

  • Avatar
    chloé Le 20/10/2013 17:44

    L'article est très intéressant! Merci

    Je voulais juste noter quelque chose par rapport au candida albican.

    On sait que c'est un champignon dans les intestins qui se nourrit de sucres. Un nutritionniste m'a fait faire un régime sans fibre et sans sucre pour refaire ma paroi intestinale mais évidemment ça n'a pas marché! Car les protéines sont acidifiantes, irritent les intestins, affaiblissant les émonctoires. Alors que les fruits, bien que sucrés, sont de véritables bombes pour détoxifier le corps, ainsi que les feuilles comme les salades car pleins de chlorophylle.

    Les produits alcalinisants sont la banane (vraiment super, à mager mûr!), les pommes de terre (cuites avec la peau pour réduire son sucre). Et les jus verts sans fibre réparent la paroi intestinale comme un rien! Mais selon, l'état de santé de base ceci peut prendre du temps.

    voilà

    Chloé

  • Avatar
    Linette Le 18/10/2013 10:53

    Bonjour ,

    Votre article m'a beaucoup intéresse , je suis atteinte d'une glossite , dites langue géographique depuis un traitement a la ROVAMICINE lorsque j'étais enceinte de 4 mois ( traitement pour la toxoplasmose ) ça me fait souffrir , les medecins ne savent pas le traiter. ils me disent que ça passera un jour ... ça fera 2 ans en Avril !
    Pensez vous qu'un régime comme celui pourrait m'aider ? y a t il des personnes dans mon cas ?
    merci pour votre réponse

    • Avatar
      mh Le 03/01/2014 11:21

      bonjour, j'ai vécu pendant plus de 30 ans avec une langue géographique récurrente.
      ma dermatologue ne m'a jamais rien trouvé d'efficace et appelait ses associées pour qu'elles "admirent le paysage" de ma langue !
      mon problème a été résolu lorsque j'ai fait enlever tous mes "plombages gris" appelés amalgames au mercure, mais qui contiennent également du nickel et du cobalt, 2 métaux auxquels je suis officiellement allergiques ( les allergologues ne testent pas le mercure). Cherchez de ce côté là...Bonne chance, car la langue géographique peut être douloureuse et très gênante.

Article pARU dans le journal nº 6

Intolérances alimentaires, c'est une vraie épidémie Acheter ce numéro

tags sur la thématique : Intolérances alimentaires

gluten Intolérance

SUIVRE la thématique "Intolérances alimentaires"

Soyez informé
des articles paraissant
sur le sujet

> Connectez-vous




Vous serez tenu informé des articles paraissant sur ce sujet

Devenez référent "Intolérances alimentaires"

Répondez aux questions et aux commentaires des autres membres

> Connectez-vous

Bienvenue !
Vous recevrez bientôt un mail de confirmation