Propos recueillis par François Lehn