Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Insuffisance veineuse

Article paru dans le journal nº 75 Acheter ce numéro

J’ai 44 ans, je suis mère de deux enfants de 7 ans et 10 ans et je souffre d’insuffisance veineuse depuis l’âge de 25 ans. En effet, je présente une « incontinence d’une tributaire saphène interne gauche antérieure de la cuisse ». Cette varice a un calibre moyen de 5 millimètres et est très en « relief ». Elle est devenue beaucoup plus visible suite à une lipoaspiration ­circulaire des cuisses réalisée en 2016. Je suis en surpoids modéré (j’ai environ 10 kg à perdre). Adepte des médecines alternatives, que pouvez-vous me conseiller ? Ces solutions radicales m’inquiètent de par leur côté irréversible. Je suis sujette à de fortes migraines ophtalmiques. Y voyez-vous une corrélation avec une déficience veineuse ?

L’insuffisance veineuse chronique est parfois difficile à traiter. La perte d’élasticité des parois veineuses engendre une distension des veines dont la conséquence est l’incontinence des valves qui ne se joignent plus et qui ne peuvent donc plus remplir leur fonction antireflux. Le sang stagne et les veines se dilatent de plus en plus. C’est le début de l’insuffisance veineuse. On ne connaît toujours pas la cause de cette perte d’élasticité des parois veineuses. Par contre, on a parfaitement identifié les facteurs aggravants qui sont l’hérédité, la station debout prolongée (coiffeuses, vendeuses, infirmières), les grossesses, les traitements hormonaux (pilule contraceptive), l’obésité. La sclérothérapie se justifie uniquement pour des raisons esthétiques, mais ne modifie pas l’évolution de la maladie veineuse.

Pour ma part, j’utilise avec succès le Venoplex gouttes qui est une formule phytothérapeutique qui associe Baccharis articulata, Rosmarinus officinalis et ­Plantago major dont l’action au niveau veineux s’explique par son exceptionnelle richesse en flavonoïdes. Ils sont responsables de la coloration des fruits et des fleurs et possèdent de nombreuses vertus thérapeutiques. Parmi celles-ci, la grande richesse du Venoplex en diosmine explique son action au niveau veineux par une augmentation de la résistance des parois ­vasculaires. Le produit s’utilise pur par voie sublinguale (sous la langue, puis avaler) trente minutes avant ou après un repas. La dose habituelle est de 15 gouttes trois fois par jour pendant trois mois (surtout l’été). Dans les cas sévères augmenter la dose à 30 gouttes quatre fois par jour.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique insuffisance veineuse phytothérapie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous