Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les sage-femmes sommées de vacciner en masse

Article paru dans le journal nº 36 Acheter ce numéro
  • Les sage-femmes vaccineront le bébé, la maman et tout l'entourageLes sage-femmes vaccineront le bébé, la maman et tout l'entourage

Vous vous souvenez peut-être que, pendant toute l'année 2014, les sages-femmes de France ont mené une grève pour obtenir d'être considérées comme de vrais professionnels de santé au même titre que les médecins. En octobre 2014, elles avaient fini par reprendre le travail normalement en échange d'une petite augmentation de salaire et de la création d'un  "corps des sages-femmes des hôpitaux". Pas grand-chose donc, mais c'était un premier pas vers la reconnaissance de leur appartenance au statut de praticien hospitalier.  On comprend seulement aujourd'hui ce que cette négociation signifiait réellement dans l'esprit de la ministre de la Santé.

Vous voulez vous rapprocher des médecins ? Il va falloir vous comporter comme tels... Voilà ce qu'on leur a dit. Une récent décret ministériel vient de préciser ce qu'on attend d'elles (1). Les sages-femmes auront d'abord la possibilité de pratiquer des IVG médicamenteuses (pourtant fondamentalement en opposition avec leur vocation) et elles seront désormais autorisées à vacciner l'entourage de la mère et du nouveau-né, dès la grossesse et pendant les huit semaines qui suivent l'accouchement. Sont visées les personnes vivant sous le même toit que l'enfant, celles fréquentant régulièrement son domicile et celles qui sont chargées de sa garde régulière. Vaccineuses en chef, sacrée promotion ! Ce n'est sans doute pas ce qu'elles espéraient.

Vous êtes le papa ? Montrez-moi votre carnet de vaccination. Les grands-parents du bébé ? Ah non, vous ne pouvez pas être mis en contact avec le bébé ou la maman si vous n'êtes pas à jour... La copine, la voisine... idem.

Voilà le dernier plan tordu imaginé par les marchands de maladies, pour piéger par les sentiments les réfractaires à la vaccination. Que ne ferait-on pas pour assurer la sécurité du joli bébé qui vient d’arriver, remplissant la maison de joie et de douceur... Comme en politique, ceux qui prétendent vous protéger ne visent qu’à vous saigner.

Les promoteurs de la vaccinomania oublient bien entendu de rappeler que, pendant les 6 mois « réglementaires » minimum de l’allaitement maternel, le bébé est protégé par les défenses immunitaires de la maman – ceci est vrai pour les humains et tous les mammifères en général. Donc pourquoi faire des vaccins quels qu’ils soient pendant cette période ? Même en oubliant la toxicité et la dangerosité des vaccins, cela fait double emploi au niveau immunitaire.

Je vous l'ai assez répété, rien ne peut remplacer le lait maternel… ou au moins le lait de femme, seul conçu à l’usage d’un petit d’homme ! Vous le savez, mais on fait tout pour que ça ne soit pas possible. On convainc les mamans qu'elles ne pourront pas allaiter et on complique savamment l'exercice du métier de nourrice. Et de toute façon, maintenant, nourrices et mamans doivent être vaccinées, les sages-femmes y veilleront. Or on sait que les vaccins entraînent un écroulement général des défenses immunitaires au niveau cellulaire. Et patatras, voilà le bébé qui, non seulement n’est encore plus protégé, mais exposé à la fragilité immunitaire de la maman ou de la nourrice. Vaccinons-le pour le protéger !

Ne parlons pas de barrière placentaire, les vaccins sont conçus pour la passer allègrement. La maman qui est tellement soucieuse de protéger sa précieuse progéniture devient, sans le savoir, son empoisonneuse !

Mais ce n’est pas tout, le bébé qui aurait pu se faire une arrivée sereine est désormais fragilisé dès la naissance par un cocktail d’accueil… vaccinal, quand ce n’est pas la privation du lait de sa maman. Ainsi, tous ceux qui l’approchent et qui sont des bouillons de culture ambulants deviennent des menaces. Vaccinons-les !

Alors bienvenue sur la planète, et que les meilleurs gagnent – on peut dire que c’est vraiment de la sélection naturelle ! Quand, un système est tordu, il faut aller jusqu’au bout – donc vacciner tout l’environnement du bébé – et cela fera peut-être une dizaine de vaccins vendus, du moins pour les crédules qui accepteront de jouer le jeu. Dix personnes vaccinées pour un bébé, c’est une bonne affaire commerciale, ou je ne m’y entends pas !

Nous sommes très loin des conditions de beaucoup d’anciens tels que moi-même, qui ont été baignés dès le départ dans des ambiances n’ayant rien à voir avec l’asepsie clinique, je veux dire au milieu des bouses de vaches, des crottins de chevaux, des étrons de poules, etc. Tout cela assorti aux odeurs et poussières mêlées conséquentes. Malgré quelques précautions d’usage, les bébés n’échappaient pas à cet environnement. Et çà, c’était de la bonne vaccination naturelle qui construisait des futurs hommes et femmes hyper résistants, et pas du viol invasif du corps avec des soupes injectables d’apprentis sorciers, juste testées sur des souris, qui, en dépit de la propagande, n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité... Sauf quand il s'agit de générer de multiples dégâts collatéraux.

(1) Art. D. 4151-25. - La sage-femme peut prescrire et pratiquer les vaccinations de l'entourage, dès la grossesse de la mère et pendant la période de huit semaines qui suit l'accouchement, conformément au calendrier des vaccinations mentionné à l'article L. 3111-1 et dans les conditions prévues au dernier alinéa de l'article L. 4151-2.
« L'entourage comprend les personnes vivant dans le même domicile que l'enfant ou fréquentant régulièrement ce domicile, ou étant chargées de sa garde régulière en ce lieu.
« La sage-femme inscrit dans le carnet de santé, le carnet de vaccination ou le dossier médical partagé de la personne la dénomination du vaccin administré, son numéro de lot et la date de son administration. En l'absence de dossier médical partagé ou de carnet de vaccination électronique, elle transmet ces informations dans le respect du secret professionnel au médecin traitant de cette personne. »

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Vaccins Sage-femme libérale Sage-femmes sage sage femme
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous