Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

T-Normax : testostérone au top

Article paru dans le journal nº 56 Acheter ce numéro

Avec l’âge, le taux de testostérone chute dans l’organisme, entraînant une baisse de tonicité musculaire, de libido et de qualité de vie. La prostate devient préoccupante et la spermatogénèse flanche. Une solution naturelle testée permet d’y remédier.

La testostérone est l’hormone masculine par excellence, bien qu’elle soit aussi présente chez la femme, en moindre quantité. Elle est surtout connue comme l’hormone donnant muscles et tonus, mais aussi du désir et de la confiance en soi. Elle protège le cerveau, les os et le cœur, et chez les hommes, la prostate. Chez l’homme, la stimulation sexuelle et l’érection commencent dans le cerveau quand les récepteurs neuronaux captent la testostérone, facilitant la performance, la production spermatique qualitative et quantitative.

Une baisse irrémédiable

À partir de 40 ans, la baisse du taux de testostérone est inéluctable. À mesure qu’on vieillit, la production de testostérone diminue et réduit progressivement l’activité génitale, la fertilité, le volume testiculaire et la masse musculaire.

Certains facteurs peuvent contribuer à la diminution du taux de testostérone, comme la prise de médicaments : les stéroïdes anabolisants, certains antidépresseurs et antihypertenseurs, les perturbateurs endocriniens qui entraînent une baisse de la quantité et de la qualité du sperme des hommes, et favorisent l’infertilité. Des pathologies dégénératives sont également liées, directement ou indirectement, au déclin de la testostérone : on peut citer les pathologies cardiaques, l’arthrite rhumatoïde, l’ostéoporose ou encore l’hypertension.

L’alimentation en renfort

Des taux bas de testostérone peuvent favoriser le développement d’un cancer de la prostate et du côlon. Chez les femmes, cette hormone maintient la masse musculaire et osseuse et diminue le risque d’ostéoporose et de fractures.

Il existe toutefois des moyens naturels pour augmenter votre taux de testostérone. Par l’alimentation d’abord, en évitant les régimes hypocaloriques qui font baisser le taux de l’hormone. La viande rouge est particulièrement bonne en raison de son taux élevé de graisses saturées et de zinc, un minéral associé à un taux plus élevé de testostérone. Les aliments riches en graisses mono-insaturées sont conseillés : les avocats, les oléagineux, les graines et les olives, car ils font monter la concentration de testostérone.

Une étude clinique observationnelle a testé sur 50 personnes un nouveau complément alimentaire, le T-Normax. Au bout de douze semaines de prise, on a observé que le niveau de testostérone libre a augmenté de plus de 46 % chez 90 % de la population étudiée. La fréquence des rapports sexuels a été augmentée pour 98 % de la population étudiée et 85 % de la population a montré une augmentation du volume éjaculatoire et de la quantité de spermatozoïdes, avec une qualité accrue de ces derniers.

Vigilance mentale

Tous les patients enrôlés dans l’étude ont présenté une amélioration de la vigilance mentale et de l’humeur. L’étude conclut que le T-Normax, un complément alimentaire à base d’extraits de fenugrec, d’algues et de chitine, est efficace en cas de déficience de testostérone. Sa consommation est particulièrement indiquée en cas de baisse du tonus, du désir sexuel, d’augmentation de la masse grasse corporelle, d’un début de prostatisme, d’ostéoporose et de fragilité osseuse, et plus généralement de baisse de la vitalité.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique testostérone hormones fertilité activité sexuelle

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous