Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Pyélonéphrite et silice de prêle ou de bambou

Article paru dans le journal nº 36 Acheter ce numéro

Suite à une tendinite et à une déchirure musculaire, mon ostéopathe m’avait conseillé le bambou tabashir que j’ai pris pendant deux mois. Je suis traitée pour une pyélonéphrite qui régresse peu sous antibiotiques et ­anti-inflammatoires. Par ailleurs, vous indiquiez dans un numéro précédent que la silice végétale peut engendrer des effets négatifs, notamment une accumulation dans les reins. Peut-elle être à l’origine de ma néphrite ?

La silice, de prêle ou de bambou, peut poser des problèmes si on en prend trop longtemps : la prêle est un diurétique qui sollicite les reins. En outre, elle contient des substances qui détruisent la vitamine B1. Le bambou peut effectivement être toxique pour les reins. A priori, en cas de soin prolongé à base de silicium naturel, il faut préférer celui qui est contenu dans les algues diatomées.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous