Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

On n’est pas Joyeux

Article paru dans le journal nº 73 Acheter ce numéro
  • Henri Joyeux (iage wiki commons)Henri Joyeux (iage wiki commons)

Les mois de septembre et d’octobre ont été marqués par la résurrection médiatique d’un professeur déchu de ses palmes et que les médias aiment particulièrement détester : le méphistophélique Pr Henri Joyeux.

Henri Joyeux a encore fait des siennes. Déjà taxé d’anti-vaccin (ce qu'il réfute), le voici empêtré dans un pseudo-scandale d’essais cliniques « sauvages ». Dit comme ça, on croirait qu’il s’agit d’essais sur des animaux dans des caves du XXe arrondissement de Paris. En réalité, il s’agit de tests de patchs de valentonine sur des patients volontaires dans une abbaye du XXe siècle. Alors, les pandores du médicament (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) ont aboyé, le parquet a ouvert une instruction et les médias s’en donnent à cœur joie, taxant le professeur de charlatan. On peut même lire que les volontaires devaient se délester de sommes allant de 1 000 à 2 500 euros pour participer à ce test. Charlatan et escroc Riri le diabolique ? Un professeur émérite devenu le diable en personne pour qui le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour « abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de faiblesse d’une personne vulnérable ». Joyeux ? Un triste détrousseur de personnes âgées ? Ce n’est pas si simple.

D’une, selon le Pr Joyeux, il ne s’agirait pas ici d’essais cliniques mais d’essais dits « de preuve de concept » (Proof of Concept, POC, en anglais). Un essai de preuve de concept vise à démontrer que le médicament interagit avec la cible souhaitée et qu’il agit sur l’affection concernée. En l’occurrence le sommeil pour les patchs de valentonine les plus petites, Parkinson et Alzheimer pour les plus grandes. Et à ce stade, on est très, très en amont d’un essai clinique, et ce test de preuve de concept serait parfaitement légal.

En outre, nous avons reçu à la rédaction un témoignage manuscrit d’un des 372 participants de ces tests de preuve de concept. S’il s’indigne du fait que l’on empêche la science de progresser (admettons), un élément de taille constitue l’intérêt de son témoignage : il n’a jamais été question pour lui (et les autres participants) de débourser 2 500 ou 1 000 euros. C’est d’ailleurs devant ce qu’il qualifie de mensonge, à défaut de désinformation, que cette personne a saisi sa plume.

Nous ne sommes pas ici pour défendre Henri Joyeux, il le fait très bien lui-même, ou pour crier « Je suis Joyeux », mais ces informations nous semblaient importantes à porter à votre connaissance. À bon entendeur donc au moment où nous apprenons que le Conseil national de l’Ordre des médecins dépose plainte contre le professeur Joyeux pour « charlatanisme ».

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous