Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Lichen vaginal scléroatrophique, que faire ?

Article paru dans le journal nº 76 Acheter ce numéro

J’ai 64 ans, ménopausée avec sécheresse vaginale, j’ai, depuis deux ans, un lichen vaginal scléroatrophique avec modification très partielle des petites et des grandes lèvres, une hémorragie sous muqueuse de la fourchette avec discrète érosion et compression de bride externe. Le traitement est le suivant : Clarelux  Gé 500  (générique du Dermoval) tous les jours pendant un mois, puis deux fois par semaine pendant un an. Trophigil trois fois par semaine. J’aimerais avoir vos conseils et remèdes plus naturels.

Le lichen scléroatrophique est lié à une perte de l’élasticité et de la trophicité de l’épiderme. La ménopause, par manque hormonal, peut le favoriser. Il peut toucher les muqueuses et en général, il est aussi secondaire à des carences en phospholipides. Des résultats encourageants ont été notés par des gynécologues en appliquant localement matin et soir la crème Œmine P.S.O. Elle est à base de plantes et de phospholipides. Il est aussi possible de faire des cures d’Œmine Manganèse cassis. Prenez deux gélules matin et soir pour renforcer l’état du tissu conjonctif, associé à Œmine Silicium marin, deux gélules matin et soir pour un apport de silice et de substances utiles pour les muqueuses, pendant quatre à cinq mois.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Où acheter ?

Gel intime par La Vie Naturelle

Actée à grappes noires par D.Plantes

Où acheter ?

Gel intime par La Vie Naturelle

Actée à grappes noires par D.Plantes

Tags sur la même thématique ménopause Lichen vulvaire scléro-atrophique

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous