Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Eliminez le chlore de l'eau du robinet... en deux secondes

Article paru dans le journal nº 21 Acheter ce numéro
  • eliminer-le-chlore-de-l-eau-du-robinet-alternativesante.freliminer-le-chlore-de-l-eau-du-robinet-alternativesante.fr
Eau

L'ajout de chlore dans l’eau du robinet est une mesure réglementaire presque généralisée, en France et ailleurs, qui a pour but de mettre les utilisateurs à l’abri d’attaques infectieuses par agents pathogènes éventuels. Mais cette pratique à un prix car elle génère une toxicité permanente en plus d’un arrière goût peu engageant. Certaines eaux de robinet en ville sont pratiquement imbuvables.Comment éliminer le chlore que nous buvons chaque jour et qui nous ronge. Il existe un produit qui opère se destruction en quelques secondes : le STS

Evidemment une méthode de déchloration simple est de laisser l’eau au soleil pendant une journée – c’est d’ailleurs ce que font les maraîchers pour ne pas griller leurs cultures à l’arrosage, en installant des bassins de stockage de l’eau. Ceux qui possèdent une piscine traitée au chlore savent très bien que celui-ci se décompose 2 à 3 fois plus vite par les journées chaudes et ensoleillées que par temps frais et couvert.

Mais quand il s’agit d’une consommation ménagère pour les boissons et préparation des repas, il est peu commode de stocker de l’eau chlorée 24 h à l’avance dans des récipients à l’air libre, alors qu’il est très pratique d’ajouter 1 à 2 gouttes de Thiosulfate de sodium (STS) dans chaque verre ou 10 à 20 gouttes dans une carafe.

Les dégâts de l'eau chlorée

Il existe une importante littérature concernant la grande dangerosité du chlore gazeux, mais peu de choses sur sa forme dissoute dans l’eau. Le chlore ainsi que la famille chimique des halogènes tels le brome, et le fluor, sont des molécules hyper oxydantes donc très corrosives. Aussi, les ménagères savent très bien que l’action des sels halogénés comme l’eau de javel doivent être de courte durée pour ne pas « manger les tissus». Il parait donc probable que l’ingestion récurrente de chlore puisse attaquer de même les tissus organiques.

Soyons sérieux, pendant que les publicités nous rebattent les oreilles avec des produits plus antioxydants les uns que les autres, prétendant lutter contre le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire, on nous balance des rations quotidiennes de super oxydant. Alors qui gagne dans ce bras de fer hyperoxydant/antioxydant ? Bien sûr celui qui est le plus permanent….. et je penche sur l’eau.

L’institut national de recherche et de sécurité (IRNS) dit ceci : « Le chlore possède une forte capacité d’oxydation qui se traduit par une déshydrogénation de l’eau des tissus. Celle-ci provoque une libération d’oxygène naissant - ce qui produit la plupart des lésions tissulaires - et d’acide chlorhydrique, ce qui en augmente l’effet.
A savoir que l’acide chlorhydrique est rapidement transformé dans l’organisme en acide hypochloreux (HOC), qui perméabilise les membranes cellulaires, et réagit avec les protéines cellulaires pour former des chloramines. Or ce sont ces dernières qui détruisent la structure cellulaire, induisant des lésions corrosives et des œdèmes.

Le STS élimine aussi d'autres poisons

L'effet antitoxique du STS élimine également d'autres éléments indésirables, notamment :

  • Cadmium
  • Arsenic
  • Mercure
  • Plomb
  • Thallium
  • Cyanure

Malheureusement, il ne fait pas disparaître le fluor et les fluorures.

Le STS est fourni sous forme liquide dans un flacon compte-gouttes pour plus de commodité.

Comment utiliser le STS ?

La suggestion classique d'utilisation est de 1 à 3 gouttes par verre d'eau potable.

Dans les deux ou trois premières utilisations, il peut produire un effet laxatif, en raison de l’élimination d’éléments toxiques. Après quelques jours cet effet disparaît. Il est recommandé de commencer avec des doses faibles afin d’éviter des désagréments d’élimination brutale. Une dose appropriée ne doit pas être laxative.

Si l'utilisateur a des plombages dentaires, ceux-ci sont connus pour libérer du mercure pendant des années, d'où l'effet laxatif initial jusqu'à ce que le corps ne reçoive plus que des niveaux toxiques de valeurs tolérables libérées.

Note aux utilisateurs de MMS (voir notre article) : le principe de fonctionnement du MMS est d’être un ion hyper oxydant (ClO--), ceci lui permettant de griller les éléments parasites les plus rebelles et les plus dangereux. Son temps de vie accroché à des globules rouges est de 8 heures, avant de se transformer en chlorure de sodium (NaCl = sel de cuisine). Le STS étant un grand anti oxydant neutraliserait l’action du MMS lors d’une présence simultannée.

On ne peut pas faire quelque chose en même temps que son contraire…..

Le STS est commercialisé par la société Mineral Solutions. Vous en trouverez ici.

Une dernière chose

Certains lecteurs nous écrivent pour nous dire qu'ils ont lu quelque part que le STS était dangereux pour la santé.

Voici ce que nous pouvons leur répondre :

Le thiosulfate de sodium est utilisé comme agent fixateur ou pour neutraliser l'effet de biocides tels que le dichlore, le diiode ou le dibrome et d'autres oxydants.

Il est également utilisé en photographie pour la réalisation de bains de fixateur et dans les laboratoires pour titrer l'eau de Javel. Il est également utilisé pour l'extraction de l'or (procédé par lixiviation en tas), l'usage de thiosulfate de sodium étant bien moins agressif pour le milieu naturel que le procédé utilisant le mercure.

Le thiosulfate de sodium est également un antidote de l'intoxication au cyanure. Il permet en effet sa métabolisation en thiocyanate. L'antidote est constitué (outre de thiosulfate de sodium), de nitrite d'amyle et de nitrite de sodium.

Il fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013).

Risques et dangers
Certains avancent pour étayer leur propos que le STS se décompose sous l'action de la chaleur à partir de 45 °C et peut réagir vivement en présence de nitrites et peroxydes (risque d'explosion). En présence d'acides (H2SO4 – HCl- NO3H….), il peut y avoir formation d'oxydes de soufre dangereux (SO2 - SO3- on est chez Péchiney !)
Réponse de Michel Dogna : Le corps humain ne fonctionne plus à 45°( on est déjà mort). Un cadavre qui explose parce qu’il est bourré de nitrite et de peroxyde, on n’en parle pas assez dans les journaux…

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Sur le même sujet
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes