Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

De l'enfant-roi
à l'enfant
prisonnier

Article paru dans le journal nº 3 Acheter ce numéro
  • enfantenfant

Pendant ces vacances, une grande partie de l'attention des parents et grands-parents sera focalisée sur les tout-petits. Il ne faudrait pas qu'il se noie, ou qu'elle avale du sable ! Pas trop de soleil non plus et de la crème blanche sur leurs épaules. "Descends de ces rochers Edouard, tu vas te blesser".

Il y a aussi ce talkie-walkie en plastique blanc qui permet de savoir, de loin, si bébé pleure dans son lit. Ces barrières autour des piscines qui enlaidissent le paysage. Et la fameuse phrase "Chéri, tu ne veux pas aller voir si il dort ?"...

Les enfants font l'objet de toutes les précautions, toujours plus... Autrefois, c'était l'enfant-roi, maintenant c'est l'enfant-prisonnier. Moi quand je faisais du vélo, je ne portais pas de casque... et encore moins de protections aux coudes et aux genoux...

En échange de leur obéissance, les petits et moins petits ont des tototes, des glaces ou des sodas... plus tard, ça sera un téléphone... bien que tout ça soit plus dangereux que de tomber de vélo... Va comprendre.

Beaucoup de réglements se chargent aussi d'encadrer la vie de l'enfant. Il faut l'inscrire à ceci, le déclarer à cela, on est obligé de... sinon... On peut aussi être dénoncé pour mauvais traitements et la mère de famille doit se comporter comme une personne "normale". Tout un système de contrôle a été mis en place et l'administration qui s'en charge est souveraine.
C'est dans ces bureaux que l'on décide si vous avez un comportement approprié... ou pas.

Par exemple, il y a 7 mois naissait un petit Joachim. Sa maman est végétalienne mais à six mois, elle le nourrit avec du lait maternisé comme des millions d'autres enfants avant lui. Bien-sûr, il est légitime de se poser la question : "cette femme va-t-elle imposer à son enfant un régime strictement végétal ?"

Mais elle ne l'a pas fait, c'est donc un procès d'intention inutile. Elle va voir le médecin en mai dernier, un homéopathe, pour une visite de contrôle. Il lui fait une prescription ordinaire (Calcarea Phosphorica 30CH, des recommandations pour des farines pour bébé et une autre visite sous quinzaine), mais, la signale aussitôt au Procureur de la République, sans aucun élément probant.

Résultat (je cite les parents) : "Aujourd’hui, notre fils de six mois et demi est enfermé dans un centre de la DASS, et nous ne pouvons lui rendre visite que 8 heures par semaine". Voilà ce que l'on peut lire sur l'émouvant site des parents de Joachim (http://collectifcckl.wordpress.com/).

Je ne les connais pas, les parents de Joachim, et on peut penser ce que l'on veut, mais la lecture du site indique qu'il s'agit de gens qui savent écrire, qui disent avoir pris soin de leur enfant et avoir été à l'écoute du personnel hospitalier. Ils ont l'air raisonnables... et désespérés.

Je les crois, peut-être ai-je tort mais je les crois. Pourquoi ? Parce que des affaires comme celle-là, j'en ai déjà vu passer des tonnes. Lorsque le Léviathan se réveille, rien ne lui résiste. Ma version des faits : cette jeune maman convaincue veut faire le mieux possible pour son enfant, elle choisit un médecin homéopathe pour l'orienter et en particulier pour lui dire comment elle peut remplacer le lait maternisé. L'autre - qui a dû faire huit heures de cours à la fac pour être intronisé homéopathe - panique, regarde sur Internet, et la signale à l'administration. Et c'est parti!
Tout ça pour dire que vous devriez aller voir ce site, c'est touchant. "60 jours de détention" disent les parents et c'est vrai...

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Coups de gueule alternatif bien-être
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous