Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Bonne nouvelle, on a un vaccin !

Article paru dans le journal nº 86 Acheter ce numéro
  • La vaccination consistait à immuniser par un agent infectieux défini, aujourd’hui c’est tout autre chose.La vaccination consistait à immuniser par un agent infectieux défini, aujourd’hui c’est tout autre chose.

Après l’épisode H1N1, Vaccinus maximus est de retour. Alors, est-on en droit de se requestionner sur le bénéfice de la vaccination ? Non ! Car il y a un diktat qui énonce que : « La vaccination protège un individu contre une maladie en stimulant son système immunitaire ». Partant de cette affirmation, nul ne doit critiquer son bien-fondé. Mais qu’en est-il des vaccins eux-mêmes, des substances qu’ils contiennent, et de cette course à l’armement vaccinal contre le coronavirus ?

Alors qu’autrefois, la vaccination consistait à immuniser par un agent infectieux défini, aujourd’hui c’est tout autre chose : on manipule des virus, on ajoute des molécules dont on ne connaît pas ou très peu les effets secondaires, on mélange des génomes de virus entre eux ; pour rendre des vaccins plus efficaces ? Ou plutôt pour pouvoir les breveter ?

Qu’en est-il des interférences entre vaccins, et entre virus. Les résultats des études sont discordants : le vaccin contre la grippe favoriserait une susceptibilité aux coronavirus, ou pas ? Qui croire ?

Des études menées tambour battant par de grands laboratoires ont dû être stoppées en raison d’effets indésirables graves chez certains cobayes humains ! On n’en sait pas plus. Alors qu’il faudrait une quinzaine d’années pour s’assurer qu’un vaccin est inoffensif, tous les labos promettent qu’ils seront capables d’inoculer des millions voire des milliards de doses vaccinales d’ici peu ! On peut s’attendre à ce que l’un de ces vaccins, mal maîtrisé, soit en fait un facilitateur. Il n’est pas à exclure qu’un vaccin déclenche la pathologie contre laquelle il est censé lutter ; pour ce qui est des effets secondaires sur le long terme, personne n’est capable d’en juger. Toutes les précautions sont prises par les laboratoires pour se couvrir en cas d’incident grave : assureurs, mutuelles, sécurité sociale sont prévenus ! Parmi les nombreuses pathologies, liées aux effets secondaires de vaccins, l’une est invalidante et peu connue : la narcolepsie. Ses symptômes se caractérisent par un sommeil excessif, une fatigue extrême voire de la cataplexie : le sujet s’endort involontairement et brutalement.

Une autre question se pose : que se passera-t-il si l’on vaccine une personne qui a déjà contracté le virus et qui est déjà immunisée ? Une incertitude de plus. On voit donc la difficulté pour décider si on doit se faire vacciner ou pas. Mais les gens n’auront certainement pas le choix, car le jour de la grande vaccination de masse viendra à renfort de publicité instillant la peur et avec le bourrage de crâne médiatique de journalistes qui n’y connaissent rien. À moins que d’ici là, la pandémie cesse d’elle-même : des milliards iront alors dans la poche des labos.

Si on observait bien la nature, on saurait pourquoi certains ne sont pas sensibles au coronavirus grâce à une défense immunitaire dans leurs voies aériennes supérieures, notamment après des rhinovirus. C’est ce qui explique le peu de cas graves chez les enfants et les jeunes moins carencés en vitamine D.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous