Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Cancer de la prostate : faut-il se soigner ?

Naïma Bauplé  rédigé le 27 mai 2015 à 17h26
  • Avatar de Michel LECLERE M. Michel L. Référent thématique
  • Avatar de Philippe MARTEL M. Philippe M. Référent thématique
  • Avatar de Chantal DANIEL Mme Chantal D. Référent thématique
  • Avatar de Roger FERRIER M. Roger F. Référent thématique
  • Avatar de Catherine CROUVEZIER Mme Catherine C. Référent thématique
  • Avatar de Rene Beric M. Rene B. Référent thématique
  • Avatar de Jr Heymann M. Jr H. Référent thématique
  • Avatar de Pierre Pastor M. Pierre P. Référent thématique
  • Avatar de Aimé Nauleau M. Aimé N. Référent thématique

Connectez-vous pour devenir référent « Prostate »

Répondez aux membres du site

  • prostate-alternativesante.frprostate-alternativesante.fr
Article pARU dans le journal nº 25 Acheter ce numéro
Créez une alerte sur le thème « Prostate »




3.83333333333333355
12 avis
Icône d'impression

On dit souvent qu'il est inutile de soigner un cancer de la prostate car l'évolution est tellement lente que le malade a de bonnes chances d'être mort avant que son cancer ne le tue. Cette affirmation est de moins en moins vraie car l'augmentation de l'espérance de vie permet à de nombreuses personnens d'être encre en bonne santé et en pleine possession de leurs moyens physiques et psychiques à un âge très avancé. En revanche, en éliminant un certain nombre de facteurs de risque, on peut espérer éviter sa survenue et surtout, ralentir encore sa progression.

Un cancer de moins en moins létal

En France métropolitaine, au cours de l’année 2009, 53 465 nouveaux cas de cancer de la prostate ont été officiellement répertoriés tandis que 8 876 décès causés par ce même cancer étaient enregistrés. Depuis, l’incidence continuerait d’augmenter tandis que la mortalité s’infléchirait légèrement.

De tous les cancers frappant la gente masculine, celui de la prostate est de loin le plus fréquent puisqu’il représente à lui seul un peu plus de 28% des cas connus, soit plus que les cancers du poumon et du côlon réunis. Toutefois, en termes de létalité, il ‘‘n’est que’’ troisième, loin derrière le cancer pulmonaire, mais juste derrière le cancer colorectal. Ainsi, ‘‘ne représente-t-il’’ que 10% des décès masculins par cancer.

Le plus souvent, le diagnostic était posé aux alentours des 70 ans. Quant à la survie à partir de celui-ci, elle était (toujours en 2009) de 84% à 5 ans et de 70% à 10 ans . Ainsi, le décès survenait majoritairement après 75 ans, l’âge moyen étant même de 83.
Toujours selon les mêmes statistiques officielles, le taux d’incidence  a considérablement augmenté entre 1980 (24,8 cas pour 100 000 hommes) à 2005 (127,1) avant de diminuer régulièrement (99,4 en 2009). Durant la même période, la mortalité est passée de 16,3 (pour 100.000 hommes) en 1980, à 18,3 en 1990 puis a régulièrement régressé, elle aussi (10,2 en 2009).

De fortes disparités régionales

Néanmoins, derrière cette avalanche de chiffres qui couvrent ...

Image description

Article paru dans le numéro 25, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes