Voir tous les numéros

L'huile de lin :
miraculeuse après avoir été dangereuse

55
2 avis
rédigé le 25 février 2014 à 18h10

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les Européens pouvaient consommer régulièrement, et sans risque, de l'huile de lin. Un peu partout les paysans réservaient une parcelle de terre à cette plante dans leur champ dont on tirait une huile qui ne coûtait presque rien et à laquelle on prêtait des vertus de longévité. Et puis un jour, les huileries industrielles ont découvert, vers le milieu des années cinquante, que l'extraction à chaud des huiles permettait une production quasiment doublée et un prix de vente plus bas. L'huile de lin, extrêmement fragile, devint ainsi un véritable poison... Les autorités sanitaires s'en aperçurent et interdirent de vendre l'huile de lin en tant qu'aliment (mais pas en tant qu'huile d'entretien du bois et pour la peinture). Cela a duré jusqu'en 2009...

Cinquante ans d'interdiction, pour une huile ayant pourtant tant de propriétés...

Heureusement, grâce à une directive européenne, on peut désormais retrouver cette huile de lin d'origine dans n'importe quel magasin bio. Mais il a fallu des années pour que l'interdiction soit levée... et ce, malgré les immenses progrès technologiques qu'ont fait les huiliers depuis les années 50. Les consommateurs avertis en achetaient via la Hollande ou l'Allemagne, sous le manteau depuis des années et ils se sont rués sur cette bonne nouvelle... et en particulier les végétaliens.

Quand l'Afssa fait marche arrière

Les autorités sanitaires, qui s'accrochaient depuis des années à l'interdiction ont en effet fini par abandonner leurs préjugés dans un avis daté de 2009.

L'Afssa (Agence Française de sécurité sanitaire des aliments) reconnaît qu'une association entre la consommation élevée d’ALA et une augmentation du risque de cancer de la prostate a été évoquée mais n’a pas été confirmée  « la majorité des études, et la plupart des études de cohortes, ne mettent pas en évidence une augmentation du risque de cancer  de la prostate associée aux consommations ou aux teneurs sanguines les plus élevées d’acide α-linolénique. »

Elle ajoute que les facteurs antinutritionnels présents initialement dans les graines de lin, composés cyanogéniques (linamarine, linustatine, néolinustatine et lotaustraline) et linatine (anti- vitamine B6), sont des substances polaires très hydrosolubles qui ne passent pas dans l’huile. Ainsi, explique l'Afssa, "la seule étude ayant, à notre connaissance, analysé la teneur en linustatine, néolinustatine (les deux principaux composés cyanogéniques de la graine de lin) et en linamarine de l’huile de lin vierge, ne détecte aucun de ces composés cyanogéniques (Cunnane et al., 1993)".

L’Afssa considère donc qu’il n’y a pas lieu d’interdire la commercialisation de l’huile de lin vierge sur le territoire français : "D’une part, l’huile de lin présente un intérêt nutritionnel en termes d’apport en acide alpha- linolénique, d’autre part, c’est un produit commercialisé depuis longtemps dans  de nombreux pays (Allemagne, Canada, Chine,…) sans que des effets néfastes n’aient été mis en évidence".

Elle insiste toutefois sur le fait que les mesures de conditionnement, de conservation et d’utilisation doivent être plus restrictives que les mesures existant pour les huiles végétales plus classiques afin de limiter l’oxydation du produit, à savoir :

  • une traçabilité des lots, de la pression des graines jusqu’au conditionnement, pour optimiser le contrôle de la durée de vie (ne pas dépasser un an, consommation comprise) ;
  • un volume de conditionnement maximal de 250 mL ;
  • un inertage à l’azote avant d’obturer la bouteille ;
  • un conditionnement en matériau opaque ;
  • une durée limite d’utilisation optimale inférieure à 9 mois.

L'huile de lin demeurait une huile miraculeuse

Pline l'Ancien mentionnait 30 remèdes à base de graines de lin. Celles-ci font encore partie de la pharmacopée officielle chinoise (constipation et peau sèche) et ayurvédique (furoncle et maladie du charbon (anthrax) en application externe), de même que de la médecine vétérinaire classique pour calmer les irritations des muqueuses enflammées. Voici donc les vertus attribuées traditionnellement à l'huile miraculeuse :

  • L'huile de lin est riche en fibres, c'est un laxatif naturel. Prendre de temps en temps, de 5 ml à 10 ml (1 à 2 c. à thé).
  • L'huile de lin serait un bon traitement contre les affections de la peau (psoriasis et eczéma). Elle sert pour les massages et les soins corporels dans différentes médecines (ne doit pas être appliquée sur le visage plus de deux ou trois fois par semaine).
  • L'huile de lin régule le système hormonal des femmes en ménopause.
  • Elle agit comme un lubrifiant naturel pour les articulations malades.
  • Elle traite les brûlures, les engelures et contribue à la cicatrisation des plaies
  • L'huile de lin rend les cheveux très brillants.

Des omégas 3, en veux-tu, en voilà

Un de mes amis est végétarien. L'autre jour, il m'a invitée à dîner chez lui et je l'ai vu mettre de l'huile de lin dans la vinaigrette. Il ne mange ni viande, ni poisson et il m'a dit qu'il se suppléait en oméga 3 avec de l'huile de lin qui remplace, pour lui, l'huile de poisson, trop difficile à digérer. Lorsqu'on est végétarien, le corps a besoin, pour fonctionner convenablement, de recevoir un apport régulier et minimum d'acides gras. Les meilleurs sont des polyinsaturés. C'est là que l'huile de lin prend toute sa valeur puisqu'elle fait partie des rares huiles à contenir plus d'omégas 3 que d'omégas 6. Elle paraît donc bien indiquée si l'on veut se suppléer en omégas 3. L'important est de respecter le ratio omégas 3 / omégas 6. Je ne vous re-raconterai pas l'histoire des omégas 3 dont tout le monde admet maintenant qu'ils sont utiles à la réalisation de nombreux processus dans le corps : - Constituants du système nerveux et du cerveau ; - Formation et équilibre des parois cellulaires ; - Protection cardio-vasculaire en réduisant le taux de mauvais cholestérol (LDL) ; - Permettent de lutter contre les caillots sanguins ; - Participent à la production de certaines cellules immunitaires ; - Amélioration de la cicatrisation ; - Atténuation des réactions allergiques et inflammatoires. L'huile de lin contenait naturellement ces fameux Omega 3 mais pourtant, on ne pouvait pas en consommer.

Mais alors pourquoi l'a-t-on interdite ?

L'huile de lin est particulièrement fragile et instable. Lorsqu'elle rancit, elle devient impropre à la consommation et peut dans certains cas s'avérer toxique. Afin d'éviter tout problème, l'Afssa a donc demandé aux producteurs de respecter de nouvelles normes : traçabilité des lots, mentions apposées sur l'étiquetage (durée et conditions de conservation), conditionnement spécial... En effet, l'huile doit être protégée de l'air, de la lumière mais aussi de la chaleur. Pour cela, les maîtres-huiliers ont pour obligation de la conserver dans un conditionnement opaque, de 25 cl maximum. Moyennant quoi, on en trouve maintenant partout, notament dans les boutiques bio.

Une huile à utiliser avec précautions

L'huile de lin se consomme uniquement froide. Pas question donc de faire cuire un steak avec ! Versez un filet d'huile pour assaisonner vos salades et autres crudités. Conservez-la ensuite au réfrigérateur comme un produit frais. Et consommez-la rapidement, dans les trois mois qui suivent l'ouverture. Si une odeur rance se dégage de l'huile, c'est qu'elle n'est plus bonne à la consommation. Par mesure de précaution, l'Afssa recommande également de ne pas l'utiliser pour l'alimentation des enfants de moins de trois ans. Elle ne doit pas non plus être administrée aux femmes enceintes, ni aux gens souffrant d'occlusion intestinale ou de problèmes liés à la thyroïde. Dans tous les cas, demandez conseil à votre médecin ou à votre naturopathe.

Huile de lin et cottage cheese, un remède au cancer ?

Née en Allemagne en1908, Johanna Budwig consacra sa vie à la recherche en cancérologie. Biochimiste et physicienne, elle fut considérée comme une sommité scientifique dans ces domaines en Europe. Après des années de recherches et d'essais cliniques, Johanna Budwig prouva au-delà de toute contestation que l'huile de lin non chauffée et non traitée, fournissait à l'organisme des acides gras essentiels qui sont absents dans l'alimentation d'aujourd'hui. Donnant à l'organisme les moyens de combattre les cellules cancéreuses. Le régime qu'elle propose est fondé sur la combinaison de deux aliments : l'huile de lin et le cottage cheese.

Le corps est comme une voiture électrique

Selon le Dr Budwig, tout le fonctionnement du corps est dépendant de différents potentiels électriques. La différence de potentiel entre les protéines et les bonnes huiles, permet leur combinaison et le transport des lipides au plus près des cellules. Les mauvaises graisses, elles, ont perdu la charge électrique qui leur permettrait de se combiner aux protéines. C'est comme une batterie dont on aurait enlevé un pôle. Les bonnes graisses peuvent pénétrer les cellules, leur fournir de l'oxygène et maintenir l'équilibre des charges électriques.

On l'a fait taire... mais d'autres ont pris le relais

Le Docteur Budwig fit suivre son régime alimentaire à des patients malades et, après trois mois, elle constata que les cellules sanguines étaient revenues à des niveaux normaux, que les patients reprenaient des forces et que leurs tumeurs étaient devenues plus petites. Johanna fut nominée à sept prix Nobel, mais fut empêchée de les obtenir par l'industrie pharmaceutiques et médicale d'Allemagne, qui lui firent subir un dénigrement et un harcèlement perpétuel et bloquèrent la publication de ses écrits et de ses études cliniques. La méthode aujourd'hui retrouve ses lettres de noblesse grâce au Dr Kousmine dont il serait trop long ici d'exposer toutes les découvertes mais à propos de laquelle il est facile de se renseigner sur internet. Grâce à elle, de nombreux cancérologues s'intéressent de nouveau aux recherches de Johanna Budwig, elle a fait un travail considérable.

Je terminerai par des conseils tous bêtes

Seuls quelques auteurs ont étudié la stabilité de l’huile de lin vierge dans des conditions non accélérées. Une étude menée en 2004 par l’Institut des Corps Gras (ITERG), non publiée mais présentée lors d’un congrès en 2004 (Lechat et al., 2004) a montré qu’une huile de lin vierge stockée à température ambiante et à l’obscurité dans son conditionnement d’origine (bouteille fermée dans carton fermé) pouvait être conservée pendant 18 mois sans que les paramètres de qualité étudiés soient nettement affectés.

La même huile de lin vierge a été également conservée pendant 18 mois en bouteilles entamées, à température ambiante et à l’obscurité afin de se rapprocher du mode de conservation chez le consommateur. Les marqueurs spécifiques de l’oxydation sont fortement augmentés après 18 mois : indice de peroxyde, absorbance à 232 nm (diènes conjugués), indice d’anisidine (composés d’oxydation secondaires), composés polaires et aldéhydes volatils (propanal et hexanal).

Des études récentes ont montré que l’huile de lin vierge stockée 15 semaines à 4°C présentait une augmentation de l’amertume. Ces résultats témoignent que dès l’ouverture, l’huile de lin vierge s’oxyde très vite et qu’il est nécessaire de conseiller au consommateur de conserver l’huile au réfrigérateur après ouverture.

Si vous achetez de l'huile de lin en bouteille, achetez la bien sûr pressée à froid dans une bouteille la plus opaque possible et en petit volume. Il est essentiel de la conserver au réfrigérateur et de la consommer rapidement une fois le récipient ouvert. Si l'huile dégage une odeur de rance, forte et désagréable, c'est qu'elle a perdu ses vertus nutritionnelles et qu'elle ne doit plus être consommée. Ne faites pas cuire l'huile de lin. En complément alimentaire, il y a tellement d'offres que je ne saurais vous conseiller pour le moment. Vérifiez toutefois que l'huile de lin est complétée par un anti oxydant comme la vitamine E. Et gardez-les toujours au frigo. Mais je vais chercher, et je vous tiendrai au courant...

 

Références :

- AOCS - Physical and Chemical Characteristics of Oils, Fats and Waxes, Official Methods & Recommended Practices of the American Oil Chemists’ Society, Section I, revision 1996.
- Avis de l’Afssa – saisine 2007-SA-0231 (2008). Avis de l’Afssa du 8 septembre 2008 sur un projet d’arrêté relatif à l’emploi de substances à but nutritionnel ou physiologique et de plantes ou de préparations à base de plantes dans la fabrication des compléments alimentaires. http://www.afssa.fr.
- Avis de l'Afssa - saisine 2003-SA-0100 (2003) Avis de l'Afssa du 1er août 2003 relatif à l'évaluation de l'emploi d'huile de lin, nature ou en mélange, dans l'alimentation courante ainsi que son intérêt nutritionnel en matière d'apport d'acide alpha- linolénique. http://www.afssa.fr.
- Avis de l'Afssa - saisine 2004-SA-0409 (2006). Avis de l'Afssa du 25 juillet 2006 relatif à l'évaluation de l'emploi d'huile de lin, nature ou en mélange, dans l'alimentation courante ainsi que son intérêt nutritionnel en matière d'apport d'acide alpha- linolénique. http://www.afssa.fr.
- Abuzaytoun R, Shahidi F. Oxydative stability of flax and hemp oils. J Am Oil Chem Soc 2006; 83: 855-61.
- Brühl L, Matthäus B, Scheipers A, Hofmann T. Bitter off-taste in stored cold-pressed linseed oil obtained from different varieties, Eur J Lipid Sci Technol 2008; 110: 625-31.
- Carriere I, Delcourt C, Lacroux A, Gerber M. Nutrient intake in an elderly population in southern France (POLANUT): deficiency in some vitamins, minerals and omega-3 PUFA. Int J Vitam Nutr Res 2007; 77: 57-65.
- Combe N, Boué C. Apports alimentaires en acide linoléique et alpha-linolénique d'une population d'Aquitaine. Oléagineux Corps Gras Lipides 2001; 8 : 118-21.
- Cunnane S, Gaguli S, Menard C, Wolever T, Jenkins A. High a-linolenic acid flaxseed (Linurn usiiaiissimurn): some nutritional properties in humans. Br J Nutr 1993; 69: 443-53.
- de Panfilis, F, Gallina Toschi, T, Lercker, G,. Quality control for cold-pressed oils; Inform 1998; 9: 212-21.
- Frankel EN. Lipid oxidation, 2005, second edition, The Oily Press, p. 21.
- Guillen MD, Ruiz A. Monitoring the oxidation of unsaturated oils and formation of oxygenated aldehydes by proton NMR. Eur J Lipid Sci Technol 2005; 107: 36-47.
- Kamal-Eldin A, Yanishlieva NV. N-3 fatty acids for human nutrition: stability   considerations.
Eur J Lipid Sci.Technol 2002; 12: 825-36.
- Lechat H, Brenne E, Lacoste F. Oxidative stability of “fragile” virgin oils, 3rd Euro Fed Lipid Congress, 5-8 September 2004, Edinburgh.
- Legrand P, Bourre JM, Descomps B, Durand G, Renaud S. Lipides. In : Apports nutritionnels conseillés pour la population française. Paris, Editions Tec & Doc, 2001 : 63-82.
- Manuel des Corps Gras, Editeur Lavoisier, Tec et Doc, 1992, p. 156.
- Thompson LU, Cunnane SC 2003. Flaxseed in human nutrition, second edition, AOCS Press, 2003: 405-7.
- Valasco L, Goffman FD, 2000. Tocopherol, plastochromanol and fatty acid patterns in the genus Linum. Plant Syst Evol 2000; 221: 77-88.
- Wiesenborn D, Kangas N, Tostenson K, Hall C, Chang K. Sensory and oxidative quality of screw-pressed flaxseed oil. J Am Oil Chem Soc 2005; 82: 887-92.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
55
2 avis

Vos commentaires

  • Avatar
    Annick O. Le 24/02/2015 11:11

    Bonjour,

    J'ai lu dans votre article que l'huile de lin régule le système hormonal des femmes en ménopause. J'ai un traitement anti-hormonal suite à un cancer hormono-dépendant. Je pense qu'il vaut mieux que j'évite l'huile de lin.
    Merci de votre réponse.
    Annick

    • Avatar Admin Alexandre I. Le 24/02/2015 23:07

      Oui tant que vous êtes sous traitement

  • Avatar
    Anonyme Le 13/12/2014 21:43

    Merci pour cet article très intéressant. J'aimerais toutefois trouver de l'information supplémentaire sur le fait d'éviter d'en consommer lorsque l'on a des problèmes de thyroïde. Pouvez-vous m'éclairer à ce sujet? Est-ce autant pour l'hypo que l’hyper-thyroïdie? Merci!

    • Avatar Admin Alexandre I. Le 14/12/2014 19:41

      Les graines de lin contiendraient des éléments cyanogènes qui sont des toxiques présents naturellement dans certains aliments. Ces cyanogènes sont convertis dans l'organisme, en plusieurs étapes, en thyiocyanate, un composé qui inhibe l'utilisation de l'iode par la glande thyroïde.

  • Avatar
    Anonyme Le 19/11/2014 14:13

    il y a tout de même un peu de dépot au fond... mais ne sent pas mauvais.... :/

  • Avatar
    Anonyme Le 19/11/2014 14:11

    Merci beaucoup :)
    Je vais continuer d'en consommer avec mon huile de noix

  • Avatar
    Anonyme Le 19/11/2014 10:30

    Bonjour,
    Je consomme de l'huile de lin le midi et le soir (1 c a s ou 2 ) souvent mélangé avec de l'huile de noix, et rarement olive...
    Est ce mauvais de trop en consommer tout les jours?
    Par ailleurs je possède un flacons ayant dépassé la date de péremption, mais l'odeur de dégage rien de spécial... Le flacons est opaque, donc impossible de voir le moindre dépôt.. (en revanche celle de noix en possède :/ ca je ne sais pas trop..)
    Qu'en pensez vous? je peux continuer à consommer ces 2 huiles, et surtout mon huile de lin tout les jours? ce, même si la date est passée dans ce cas ?

    • Avatar Admin Alexandre I. Le 19/11/2014 11:37

      Oui vous pouvez prendre de l'huile de lin chaque jour. Si elle n'a pas été au chaud ou à la lumière et s'il n'y a pas d'odeur de rance, elle ne doit pas être oxydée. Ne laissez pas la date s'éloigner trop tout de même.

  • Avatar
    Anonyme Le 17/09/2014 16:59

    Bonjour! Je viens d'ouvrir ma bouteille d'huile de lin bio (date limite: septembre...) et elle a une odeur de ranci. Je peux quand même l'utiliser pour la peau et les cheveux?

    • Avatar Admin Alexandre I. Le 17/09/2014 17:13

      Date limite septembre ? A votre place je la renverrai au commerçant. Ne l'utilisez pas en interne en tout cas

  • Avatar
    Nanou Le 10/04/2014 16:30

    Je consomme des graines de lin moulues dans le fromage blanc au petit déjeuner et j'ai des problèmes de thyroïde (hypothyroïdie). dois-je arrêter?

    • Avatar
      Alexandre Imbert Le 11/04/2014 11:26

      Ce n'est pas recommandé en effet

  • Avatar
    Cap Jean-Pierre Le 19/01/2014 21:26

    Bonjour
    J'ai une bouteille d'huile de lin dont la date de péremption est dépassée. Je pense donc ne plus en consommer. Puis-je l'utiliser pour entretenir des boiseries?

    • Avatar
      Alexandre Imbert Le 20/01/2014 11:00

      Bien sûr

  • Avatar
    Bruntz Michèle Le 17/12/2013 07:29

    Il est aussi simple de mettre chaque matin dans son yaourt une cuillèrée à café de graines de lin ( bio naturellement) moulues...
    Ça coûte moins cher, ça ne rançit pas...

  • Avatar
    LAUFERON M-L Le 16/12/2013 19:17

    Pour quelle(s) raison(s) l'huile ne doit-elle pas être administrée aux gens souffrant de problèmes liés à la thyroïde?

Article pARU dans le journal nº 8

L'huile de lin : miraculeuse après avoir été dangereuse Acheter ce numéro

SUIVRE la thématique "Huile de lin"

Soyez informé
des articles paraissant
sur le sujet

> Connectez-vous




Vous serez tenu informé des articles paraissant sur ce sujet

Devenez référent "Huile de lin"

Répondez aux questions et aux commentaires des autres membres

> Connectez-vous

Bienvenue !
Vous recevrez bientôt un mail de confirmation

Un problème de santé ?

Interrogez directement et gratuitement un thérapeute sur

annuaire-therapeutes.com