7 Commentaires et 0 tweets

Diabolisé par les médias et les laboratoires pharmaceutiques, le cholestérol souffre d’une profonde incompréhension chez les malades qui appréhendent mal ses mécanismes et, de ce fait, appliquent une prévention inefficace. Le jugement qu’ils portent sur la maladie est d’autant plus faussé que les médecins, partant du principe que tout le monde a entendu parler du cholestérol (bon et mauvais), limitent leurs explications à quelque chose du genre : vous mangez mal et vous êtes sédentaire, donc des plaques de graisse se déposent sur les parois de vos artères et quand c’est bouché, ça pête.

Mais l’hypercholestérolémie est un phénomène beaucoup plus complexe et souvent beaucoup moins grave qu’on ne le prétend. Voici ce qu’il faut savoir pour qu’on ne vous prenne pas pour un imbécile.

Le cholestérol est indispensable à la vie

Bien entendu, on ne peut pas contester le fait que l’excès de cholestérol soit nuisible pour nos artères, induisant artérite des membres inférieurs, accident vasculaire cérébral, angine de poitrine, hypertension artérielle et infarctus du myocarde…, mais il ne faut pas oublier que ce lipide est indispensable à la vie.

C’est un élément essentiel des membranes cellulaires puisque cette molécule participe à leur structure même.
Le cholestérol favorise la perméabilité de la cellule et lui permet de respirer et de bien se nourrir.
les hormones sexuelles sont élaborées à partir du cholestérol. Pas de cholestérol, pas de reproduction !
Le foie contrôle le cholestérol et l’élimine en fabriquant des acides biliaires. Or ce sont les acides biliaires qui permettent de digérer les graisses alimentaires et d’assimiler les vitamines lipidiques.
Ainsi, si l’excès de cholestérol est délétère, ne pas en avoir assez est également très préjudiciable. En prendre conscience est sans doute faire le premier pas dans le sens de la guérison.

Le mauvais cholestérol, heureusement qu’on en a !

Par ailleurs, même s’il n’y a qu’un seul cholestérol, on nous parle pourtant du « bon » et du « mauvais » cholestérol, de quoi s’agit-il ? En fait, le cholestérol est fixé sur des molécules de transport pour pouvoir circuler dans le milieu aqueux du sang. On parle de bon cholestérol pour désigner les molécules de transport de grosse taille (HDL), et de mauvais cholestérol pour les transporteurs de petite taille (LDL).
Mais personne ne nous dit que les LDL sont toutefois vitales puisque ce sont elles qui distribuent le cholestérol à toutes les cellules du corps. Mais c’est au cours de cette distribution, via le système artériel (donc dans le sens circulatoire « aller »), que le risque de dépôt sur les parois artérielles existe. Trop de LDL risque donc effectivement d’engendrer un ralentissement circulatoire, un manque d’oxygénation des muscles du cœur, avec pour conséquence possible l’infarctus du myocarde. Les HDL, que l’on va retrouver au niveau « retour » sont de gros transporteurs et des « ramasseurs » de cholestérol, on considère donc que l’on n’a jamais trop de HDL. Mais en toute logique, l’excès, en quelque matière que ce soit, n’est jamais bon pour la santé.

Mesurer vos taux de cholestérol ne vous apprendra rien d’intéressant

Pour comprendre le cholestérol, il faut savoir qu’il s’agit d’une variété d’alcool porteur d’acides gras essentiels. La qualité de l’acide gras essentiel lié au cholestérol est primordiale car c’est en quelque sorte sa source d’énergie. Plus que la quantité de cholestérol dans le sang, c’est la nature de son acide gras estérifié qui est importante. Si ce dernier est oxydé, le cholestérol est lui-même considéré comme un oxydant, et il peut de ce fait provoquer les lésions vasculaires, voire contribuer à des lésions dégénératives. Le contrôle de l’oxydation du cholestérol est donc plus important que la mesure de son taux global. Sauf qu’on ne mesure que le taux global…

Car ce qui favorise la formation de la plaque d’athérome (facteur de risque cardio-vasculaire), c’est le dépôt graisseux de lipides oxydés. Les graisses oxydées, tout comme les acides gras trans, sont en effet moins solubles. Quand elles sont saturées en hydrogène (comme c’est le cas des margarines), les graisses ont tendance à se figer. Elles traversent moins facilement la paroi des artères et finissent par se déposer sur la paroi vasculaire. Là, elles font gonfler les cellules. On parle de cellules spumeuses. Ces cellules irritées fixent du calcium. C’est ce qui déclenche la plaque d’athérome. L’artère se durcit et peut se boucher en provoquant une agrégation des plaquettes sanguines. En fait toutes les causes d’irritation de la paroi des artères sont des facteurs favorisant les complications. Les graisses saturées, le tabac ou l’alcool sont des irritants, mais aussi l’homocystéine, un produit de dégradation des acides aminés soufrés hépatiques. Tous ces facteurs conduisent à l’obstruction… et à l’infarctus.

Un taux que l’on revoit à la baisse régulièrement, c’est bizarre

Quand on a découvert le cholestérol au XIXe siècle, et que l’on a soupçonné par la suite un lien de cause à effet entre sa concentration dans le sang et des pathologies cardiovasculaires, on pensait avoir mis le doigt sur le paramètre qui permettrait de tout expliquer. Plus tard, on a voulu déterminer des valeurs dites « normales » de cholestérol et des valeurs seuils ont été fixées. Ces valeurs ont régulièrement été revues à la baisse ces dernières années, sans que l’on en comprenne vraiment la raison. Les études avaient été affinées nous a-t-on expliqué. À moins que ce ne soit parce qu’il n’y a pas de lien entre le taux de cholestérol et les maladies cardiovasculaires. Quoi qu’il en soit, en 1987, la valeur normale supérieure du cholestérol était de 7,2 mmol/litre. Or cette valeur est aujourd’hui considérée comme correspondant à un sujet gravement atteint de maladie cardiovasculaire.

Pourquoi ne vous prescrit-on pas cet examen ?

Il ne suffit pas, pour se rassurer, de se contenter d’un simple dosage des fractions du mauvais cholestérol contenu dans les LDL. Quand on fait un bilan lipidique pour rechercher des facteurs de risque, il faut également doser systématiquement la LPA : il s’agit d’une lipoprotéine invariable dont le taux est corrélé avec le risque d’athérome coronarien. Lorsque le taux de LPA est supérieur à 30 ml/dl, le risque coronarien est multiplié par quatre. On dose uniquement cette protéine une ou deux fois en dépistage à trois mois d’intervalle. Votre médecin vous a-t-il prescrit cette analyse, ça m’étonnerait !

Pourquoi ne parle-t-on jamais du foie et du stress ?

Par ailleurs, l’excès de cholestérol est souvent exclusivement associé à des déséquilibres alimentaires et à une mauvaise hygiène vie, mais ce serait négliger le rôle essentiel du foie dans ce domaine car c’est lui qui produit 70% du cholestérol. Pour réguler la production de cholestérol, c’est donc le foie qu’il faut traiter en priorité.

On oublie enfin qu’il y a une cause moins directe qui influence le taux de cholestérol, pourtant confirmée par de nombreux travaux, c’est le stress. Cette origine est d’ailleurs confirmée par le fait que l’on parvient souvent plus facilement à normaliser les niveaux de cholestérol lorsqu’une prescription magnésienne est associée au traitement classique. Deux stress semblent particulièrement nocifs, le premier étant le dérèglement des rythmes circadiens (ouvriers subissant les « trois huit »), le second étant la responsabilité d’une famille nombreuse…

Non, les statines ne sont pas sans danger

Voilà vingt ans que les laboratoires pharmaceutiques nous expliquent que les médicaments de la classe des « statines » ont été, dans le domaine de la lutte contre l’hypercholestérolémie, une avancée décisive. Ils engagent donc les médecins à les prescrire en quantités, tant pour la prévention primaire (chez une personne dénuée d’antécédent cardio-vasculaire) que pour la prévention secondaire (chez quelqu’un qui a déjà présenté un accident, infarctus du myocarde par exemple). On prescrit donc aujourd’hui ces médicaments à tour de bras et l’on a totalement occulté le fait que cette classe thérapeutique, aujourd’hui si vantée, n’est pas dénuée de certains effets secondaires redoutables qui se traduisent par une destruction musculaire progressive.
Sous le terme de statines, sont regroupées un petit nombre de molécules de synthèse capables d’inhiber l’activité d’une enzyme essentielle à la synthèse du cholestérol, la HMG-CoA réductase.
Ces molécules sont par ordre alphabétique :
– L’atorvastatine (commercialise sous le nom de Tahor).
– La fluvastatine (Fractal et Lescol).
– La pravastatine (Élisor et Vasten).
– La rosuvastatine (Crestor).
– Et la simvastatine (Inegy, Lodales et Zocor).
Une autre spécialité, la cérivastatine (Staltor) a été retirée du marché au cours de l’été 2001, justement à cause de ses effets musculaires.

Le Staltor, l’exemple de l’anti-cholestérol qui tue

Six millions de personnes dans le monde ont utilisé régulièrement le médicament anticholestérol (baptisé Staltor en France) du laboratoire Bayer avant de comprendre qu’il mettait leur vie en danger. Il y a quelques années, le groupe pharmaceutique a enfin mis un terme à l’hécatombe (à l’époque, on dénombrait déjà 52 morts) en le retirant du marché. Depuis, des problèmes de santé de toutes sortes ont affecté près de 10 000 personnes ayant eu recours au Staltor. Pour les indemniser, Bayer devra débourser plus d’un milliard d’euros. Et le cauchemar est loin d’être fini. De plus en plus de chercheurs soupçonnent, maintenant, que les traitements anti-cholestérol pourraient avoir un lien avec la maladie d’Alzheimer.
Car le principe actif du Staltor, la cérivastatine, a pour effet de réduire systématiquement la cholestérine, un des composants de la myéline cérébrale. Si l’on parvient à prouver que Bayer n’ignorait rien de ce type de risque, ce sera la fin du groupe allemand (inventeur de l’aspirine)… et peut-être de quelques confrères… Parmi les dix médicaments les plus vendus dans le monde, il y a trois autres médicaments anti-cholestérol : le Lipitor de Pfizer, le Zocor de Merck et le Pravachol de Bristol Myers Squibb. Qui sera le prochain sur la liste ?

Les statines inhibent la synthèse de coenzyme Q10

Mais inhiber l’action de la HMG-CoA réductase n’empêche pas seulement la synthèse du cholestérol mais aussi celle de la coenzyme Q10. Or, la coenzyme Q10 est indispensable à la régénération et au renouvellement des fibres des muscles striés (autrement dit volontaires). D’autre part, elle protège les autres lipides des phénomènes d’oxydation si redoutables et intervient dans la prévention des phlébites et de leurs complications.

Au cours des traitements par statines, la production de coenzyme Q10 peut ainsi chuter de 25 à 40 %, parfois 50 % alors que dans le même temps le cholestérol ne baisse que de 20 à 30 %…

Par ailleurs, si une efficacité au niveau de la prévention primaire ou secondaire est reconnue à certaines statines (mais pas à toutes), c’est parce qu’elles ont la capacité d’accroître le nombre de récepteurs aux LDL à la surface des cellules du foie (hépatocytes), et seulement pour cela… Mais cette action est tout à fait insuffisante pour justifier que l’on en fasse aujourd’hui le remède ultime du risque cardio-vasculaire comme on le fait sans vergogne. Au final, le risque semble bien grand et le bénéfice bien aléatoire pour justifier la prescription massive de statines.
Si vous êtes ou avez été traité par une statine, il est essentiel de prendre de la coenzyme Q10 à la dose de 100 mg par jour en recherchant des présentations suffisamment dosées (50 mg par gélule par exemple), et ce pendant un minimum de trois mois. Pour en savoir plus sur la coenzyme Q 10, cliquez ici.

La phyto : une vraie alternative aux statines

Aujourd’hui, la médecine allopathique se focalise sur la destruction de la molécule LDL et sur un seul type de traitement, les statines. Une erreur de raisonnement qui s’est traduite par un échec parce que c’est oublier que l’organisme a, en principe, de quoi réguler seul le cholestérol.
Parmi toutes les biothérapies, la phytothérapie est sans doute celle qui offre le plus de solutions et de bienfaits dans le traitement du cholestérol. Pourquoi ? Mieux que toute autre, elle permet d’obtenir une action hépatique. Or le foie, comme nous l’avons vu, fabrique le cholestérol, mais surtout, le régule. Par la phytothérapie, ce sont des paramètres de régulation qui vont être stimulés, renforcés ou rendus cohérents.

Pissenlit, chicorée, aunée, bardane stimulent les fonctions hépatiques
Sans savoir qu’ils agissaient sur le cholestérol, nos aînés utilisaient, au printemps et à l’automne, des dépuratifs. Or, parmi ces dépuratifs, on retrouve des plantes comme le pissenlit, la chicorée, l’aunée ou la célèbre bardane. Toutes ces plantes stimulent les fonctions hépatiques. Elles augmentent le flux biliaire et entraînent un effet dépuratif du sang, ce qui profite au foie dans sa recherche de l’équilibre des paramètres sanguins, dont, bien sûr, celui du cholestérol.

Le romarin capte l’énergie solaire
Le romarin est un stimulant du foie. On explique son action par une notion de chaleur. En effet, le foie est l’organe le plus chaud du corps, il peut atteindre parfois 41 °C alors que le corps dans son ensemble est à 37 °C. Le romarin est une plante du soleil et de la chaleur. Il pousse d’autant mieux qu’il est baigné de lumière solaire. Ses feuilles sont de véritables capteurs de cette énergie, qu’il concentre sous forme d’huile essentielle. Une cure de romarin peut se faire chaque matin et chaque midi à raison d’un bol d’une infusion d’une ou deux grosses pincées de feuilles (10 minutes). Les feuilles sèches libèrent plus facilement, lors de l’infusion, leurs principes actifs. On récolte les feuilles de romarin pendant l’été et en début d’automne.

L’aubier de tilleul fortifie les reins
L’aubier de tilleul est un fortifiant des reins et un dépuratif puissant. Il va nettoyer l’organisme et s’opposer à la tendance à l’athérosclérose (résultant du dépôt de plaques graisseuses sur les parois des artères) . Il est particulièrement indiqué pour les personnes qui souffrent déjà de troubles circulatoires de type ralentissement circulatoire artériel (extrémités froides, fatigue) et qui recherchent un effet fortifiant. L’aubier de tilleul rouge a meilleure réputation que l’aubier de tilleul blanc que l’on rencontre parfois. On peut le consommer sous forme préparée en ampoules ou bien on en en prépare un litre chaque matin sous forme de décoction à raison de 3 cuillères à soupe pour un litre que l’on boira durant la journée. Faire une cure de 21 jours à renouveler chaque mois si nécessaire. Traditionnellement, on utilise la prêle en complément de l’aubier de tilleul. Une cure d’une semaine de prêle, selon le même mode d’emploi, sera toujours bénéfique car elle apportera à l’organisme des éléments minéraux constructeurs.

Le ginseng baisse le mauvais et stimule le bon
Chacun connaît le ginseng pour ses multiples effets sur le corps. On ne peut manquer de le citer dans les grands remèdes contre le cholestérol. Parmi les études qui ont été menées sur cette plante, celle du docteur Ikehara (Japon) démontre que le ginseng facilite la baisse du mauvais cholestérol (LDL) et stimule la fabrication du bon (HDL). Rappelons que le ginseng est cardioprotecteur (il favorise l’apport en oxygène dans tout le corps), cardiotonique (il réduit la fréquence cardiaque lors d’un effort physique intense), vaso-dilatateur et régulateur de la tension artérielle. Il est également antistress, antioxydant, régulateur hormonal et utile face au diabète. Prendre chaque matin environ 500 mg sous forme de gélules pendant 15 à 20 jours renouvelables.

Votre médecin connait-il cette statine naturelle ?

En l’an 800 avant notre ère, les Chinois connaissaient déjà la levure de riz rouge, obtenue par fermentation d’une levure (Monascus purpureus) sur du riz et appelée XueZhiKang. Ils attribuaient à la levure de riz rouge la capacité de favoriser une bonne circulation du sang et de soulager l’indigestion et la diarrhée.
C’est à partir d’extraits de XueZhiKang mis au point et brevetés par un professeur de l’université de Pékin dans les années quatre-vingt qu’ont été réalisées les premières recherches démontrant l’effet hypocholestérolémiant de la levure de riz rouge. Cette statine naturelle n’est cependant pas la panacée puisqu’on la soupçonne, à fortes doses, de provoquer en partie les mêmes effets secondaires que les statines chimiques, notamment sur le foie et les muscles. Il est donc recommandé de ne pas prolonger le traitement plus de deux mois. Sachez par ailleurs qu’il faut impérativement espacer la prise de levure de riz rouge et la consommation de jus de pamplemousse d’au moins deux heures. Car l’assimilation de l’une bloque celle de l’autre. Il en résulte la fabrication de toxines dont l’accumulation peut entraîner des syncopes.
En cas d’hypercholestérolémie, prendre 3 à 4 gélules par jour juste avant les repas. Associée à une hygiène alimentaire adaptée et à la prise d’huiles de poissons titrées à 18 % d’EPA et 12 % de DHA (deux acides gras essentiels dont la consommation régulière limite l’excès de cholestérol), la levure de riz rouge permet d’inverser la tendance assez rapidement, mais n’en prenez que pendant deux mois.

Lorsque la maladie est certaine, il y a plein de solutions naturelles efficaces

Pour ce qui est de la prise en charge de l’hypercholestérolémie elle-même, plusieurs molécules naturelles nous proposent une aide efficace. Ne serait-ce que la vitamine C (naturelle) à forte dose !

Parmi ces substances :

la quercétine : un antioxydant puissant
le policosanol : qui diminue la production de cholestérol par le foie
le resvératrol : antioxydant et vasodilatateur
les phytostérols : qui s’opposent à l’absorption intestinale du cholestréol
le magnésium : contre le stress
la coenzyme Q 10 dont nous avons parlé plus haut
et de nombreux compléments alimentaires proposant des complexes de plusieurs molécules
Je vous renvoie pour en savoir plus à l’excellent article qui est paru sur le site principes-de-sante.com
Vous y trouverez le détail des effets de ces substances ainsi que les adresses où vous les procurer.

Ainsi, l’hypercholestérolémie trouve de nombreux remèdes dans la panoplie des traitements naturels. Pour le prendre en charge, sans faire appel aux traitements classiques, rappelez-vous seulement que toute démarche visant à réguler le cholestérol impose de faire une cure. Pas question de prendre une plante de temps à autre, en dilettante, les résultats ne seront pas au rendez-vous ! Et faire une cure anticholestérol, c’est, en parallèle d’un traitement phyto, réformer son alimentation, autrement dit faire une deuxième cure, diététique celle-là. Une cure alimentaire sans cure drainante peut ne pas porter ses fruits. Et vice-versa.

À jeudi prochain et d’ici là, prenez soin de vous.

Dominique Vialard

PS : Je vous donne un dernier remède anti-cholestérol qui ne coûte rien, le trognon de pomme. C’est prouvé, le cœur de la pomme et ses pépins concentrent une forte proportion de vitamines et surtout de fibres, à savoir des matières pectiques solubles (pectines, protopectines, acide pectique). Or ces dernières se comportent comme une véritable éponge vis-à-vis des toxines, des métaux lourds et… du cholestérol. Quand vous mangez des pommes, mangez tout !

——————————————————————————————————————-

CET ARTICLE VOUS A INTÉRESSÉ ?

Recevez gratuitement notre newsletter du jeudi
et vous découvrirez d’autres vérités cachées sur notre santé.

Pour vous inscrire gratuitement sur la liste de diffusion, cliquez ici

___________________________________________________________________________________

Partager cet article :

    Mots clés associés : - -
    Ces articles peuvent vous intéresser :
    • Pas d'article relatif
    7 Commentaire(s)
    1. Mireille Roudaire Fourny le 27/2/2014.

      Quelqu’un connaît il le juvel 5 qui est à base d’acide aminé et conseillé pour diminuer le taux de cholestérol?
      Je prends du riz rouge avec Q10 mais je ne peux pas en prendre plus de 2gelules par jour, pb de douleurs musculaires.
      Pourquoi dites vous qu’il ne faut pas prendre de riz rouge trop longtemps?
      Pourriez vous me conseiller autre chose que de la pommade à la cortisone pour un bébé de 15 mois?
      Bien cordialement,
      Mireille

    2. kitcat le 26/2/2014.

      contre le cholesterol j’avais commencé à prendre des gélules de riz rouge (bio) mais au bout d’à peine 10 jours j’avais régulièrement le coeur qui me faisait mal, j’en ai même parlé à mon médecin ( une PLANTE ! autrement dit c’était pas son rayon puisque pas un médicament … ) et j’ai cessé d’en prendre; quelque mois après il en a été question aux infos : cela provoque des problèmes cardiaques

      Pour le cholesterol , une chercheuse Anglaise (qui s’est guérie du cancer, brocolis crus (antioxydants ), epinards crus, fruits, pas de produit laitiers , ni viandes…)
      quant à elle préconise de manger des flageolets blancs chaque jour (beans)… voilà

    3. Stephanie le 18/11/2013.

      A propos des statines voici le compte rendu d’une visite chez un cardiologue:
      Mon mari va faire un evisite de controle car il a un tout petit souffle sans aucun effet secondaire; il a fait du sport de haut niveau et continue a faire du sport tous les jours; il prend pour son souffle , du candensiel ( le seul médicament)
      Régime bio et mediterranéen et pour « nettoyer ses artères  » il prend du PADMA BASIC.
      Il n’a pas de cholesterol. Bien évidemment il entretien son organisme avec des compléments alimentaires naturels( vitD3, Q10, resveratrol, acides aminés …………)
      Le cardiologue s’est fortement étonné qu’à son age ( il a 83 ans mais il ne les fait pas!!!!!!! a des analyses super) on ne lui ait pas prescrit des STATINES ! car la meilleure façon de nettoyer le sang ce sont les statines!Je vais écrire à votre médécin afin qu’il vous en prescrive!! J’étais absente… j’aurai bien entendu répondu à cela!
      La conclusion c’est que voir devant soi une personne d’un certain age en pleine forme ..;ce n’est pas normal , il faut faire quelquechose!

    4. CPascal le 1/8/2013.

      Bonjour,

      Pour moi c’est n’importe quoi ! le cholestérol n’a jamais tuer qui que ce soit, ont peut se mettre 1kg de beurre dans les artères ont en mourra pas pour autant (chaleur du corps & pression artériel) .

      La plupart des personnes qui ont un problème cardiaque ou cérébral n’ont pas de cholestérol ! j’ai personnellement croisé plus d’une personne cardiaque n’ayant pas de cholestérol.

      Moi j’ai un taux de cholestérol très élevé, j’ai pris des statines en particulier Crestor pendant 8 ans environs, ce n’a pas empêché de faire une crise cardiaque l’année dernière, par contre les effets secondaires je les aient bien ressentis aujourd’hui encore j’étais un vrais légumes.

      Mesuré son taux de cholestérol ne sert a rien, il n’y aurai plus d’ours, de phoques ou de baleines même si ce n’est pas la même espèce ils ont des artères et un cœur comme les humains le principe est le même !

      Ont peut éventuellement s’en servir comme indicateur d’une très mauvaise alimentation et hygiène de vie !

      Dans ce cas:
      – manger bio le plus souvent que possible
      – éviter les laitages, fromages etc… (devenu de très mauvaise qualité) de plus les plaques d’athérome responsable des crises cardiaque, angine de poitrine sont constitué de plus de 70% de calcium
      - éviter tous les produits industriels
      - manger de la viande de bonne qualité 1 à deux fois par semaine pas plus
      - utilisé de l’huile d’olive bio pour cuisson (pas plus de 80°/100°)

      En quelques mots adopter un régime méditerranéen, faite un peut de sport ou soyer très actif et arrêté de fumer.

      attendez 8/9 mois puis mesurer à nouveau votre taux de cholestérol vous verrez bien !

      Voilà moi ce que je crois, c’est ce que j’ai appris depuis mon accident cardiaque. Les témoignages des personnes sous statine (traitements anti cholestérol qui rapporte des MILLIARD) ayant malgré tout fait un accident cardiaque ou cérébral ne manque pas sur le net.

      Mais des médecins lucide et honnête ne manque pas non plus l’un de mes préféré ont devrais le décoré pour avoir sauvé un nombre innombrable de vie c’est le Dr Michel de lorgeril je vous conseil vivement de lire ses livres et son blog ici:
      http://michel.delorgeril.info/
      vous pouvez aussi vous intéressé au travaux de pauling linux

      Voilà ma conclusion après avoir été plus de 8 ans sous statines et fait une crise cardiaque malgré tout a 45 ans ! maintenant ce n’est que mon humble avis qui n’engage que moi
      a vous de voir….

    5. tranda le 17/3/2013.

      bonjour
      que pensez vous du charbon végétal activé ?

      • Alexandre Imbert le 18/3/2013.

        Vous pouvez lire sur ce site notre article sur le charbon végétal

    6. lila le 8/3/2013.

      Bonjour tout le monde,l’un de mes professeurs en naturopathie
      nous a mis en garde à propos des pépins de la pomme,carrément
      nocifs et vous signalez l’inverse!Merci de toutes les informations
      données.Amitiés lila

    Laisser un commentaire

    Laisser un commentaire