Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les cheveux blancs, c'est le stress et les poisons quotidiens

Dominique Vialard  rédigé le 25 février 2014 à 18h10
  • Avatar de Véronique Couralet Mme Véronique C. Référent thématique
  • Avatar de Marie pierre HALKA Mme Marie pierre H. Référent thématique

Connectez-vous pour devenir référent « Cheveux »

Répondez aux membres du site

  • Traitement naturel des cheveux blancs - alternativesante.frTraitement naturel des cheveux blancs - alternativesante.fr
Article pARU dans le journal nº 5 Acheter ce numéro
Créez une alerte sur le thème « Cheveux »




4.7142857142857145
7 avis
Icône d'impression

Qui ne se souvient pas de ce maudit jour où son premier cheveu blanc a poussé ? L'apparition de ce signe indiscutable de vieillesse est un des moments importants de la vie. On le regarde, ce premier cheveu blanc, parfois on l'arrache. Il n'est pas comme les autres cheveux, on a l'impression qu'il est apparu dans la nuit, qu'il pousse plus vite, qu'il se multiplie, qu'il est plus fin, ou plus dur, ou plus frisé. On se regarde dans la glace et on s 'aperçoit que l'on ne sait rien sur les cheveux blancs et sur le mystère de leur apparition. Je vais donc vous raconter comment naît et vit un cheveu blanc.

Un cheveu blanc c'est un drôle de cheveu. La plupart du temps sa texture n'est pas la même que celle des autres cheveux, il s'amenuise ou se frise, ne pousse pas dans le même sens... On s'en méfie : ne dit-on pas que si on en arrache un, il en repousse deux voire dix (selon les régions) ? Un vieux dicton nous met en garde : quand on commence à mettre des cheveux blancs, il ne faut jamais les arracher.

Revenons sur terre.

Le cheveu est implanté dans le bulbe capillaire, une matrice programmée pour fabriquer de 25 à 30 cheveux dans une vie. C'est là qu'il se nourrit grâce aux vaisseaux sanguins. Là se trouve aussi une petite glande qui produit le sébum et le protège contre les agressions extérieures. La durée de vie d'un cheveu est en moyenne de 3 ans pour un homme et de 10 ans pour une femme. Cela veut dire que chaque bulbe va fabriquer 300 cheveux dans une vie de femme, et 75 chez les hommes !

Il est composé principalement de kératine.

C'est cette molécule fibreuse très dure qui lui donne sa résistance (comme à nos ongles). La couleur est apportée par la mélanine, fabriquée par les mélanocytes et transmise aux kératinocytes. Lorsqu'il n'y a plus de mélanine, les cheveux deviennent blancs : les grains de mélanine sont remplacés par des bulles d'air qui donnent au cheveu cette blancheur. C'est le processus progressif du vieillissement naturel. Les cheveux se mettent à pousser blancs (ce sont de nouveaux cheveux et non des cheveux déjà en place), généralement entre 35 et 40 ans.

Ah je comprends mieux !...

Si vous repérez un beau matin un cheveu blanc au réveil, la plupart du temps il s'agit d'un cheveu qui était déjà là mais auquel vous n'aviez pas fait attention. Mais il peut aussi s'agir d'un phénomène biochimique soudain dû à un stress ou à une trop forte émotion (l'explication suit...). L'apparition soudaine de mèches blanches vient, non d'une pousse ultrarapide de cheveux blancs, mais de la chute simultanée de cheveux colorés dans une même zone. Les cheveux blancs, jusqu'ici dissimulés se révèlent brusquement. Les émotions fortes, là aussi, semblent capables de provoquer ces chutes de cheveux brutales.

Si votre cheveu blanc vous paraît bizarre, c'est qu'il s'agit d'un cheveu affaibli : avec l'âge les cheveux sont moins protégés, moins bien nourris donc plus sensibles aux agressions extérieures, plus fins, plus souples, ou plus rétifs. Cela n'est pas en lien direct avec la dépigmentation, c'est juste un autre dégât collatéral du vieillissement. Et si l'on vous dit de ne pas arracher vos cheveux blancs, c'est au nom du bon sens : rappelez-vous que la capacité de votre bulbe à produire des cheveux est limitée. Rappelez-vous, un cheveu blanc, ne poussera pas plus de 300 fois dans votre vie mesdames. Préférez les cheveux blancs à pas de cheveux du tout.

Les vraies racines du cheveu blanc : le stress et les poisons du quotidien

Le blanchissement des cheveux, la canitie, a plusieurs causes possibles. Autrement, il y a longtemps que l'on aurait trouvé LA solution. Ce peut être le fait d'une maladie comme l'insuffisance surrénalienne ou le vitiligo mais en temps normal cette dépigmentation arrive par arrêt de production de mélanine.

Les scientifiques ont découvert il y a peu que ce phénomène est dû à une forte concentration de peroxyde d'hydrogène dans les bulbes capillaires. Ils ont mis en évidence que plus l'on vieillissait et plus l'on était sujet au stress, plus cette substance augmentait. Il s'agit en fait d'un phénomène biochimique lié au stress oxydatif donc non seulement à l'âge mais aussi aux toxines et aux toxiques que nous ingérons, absorbons, respirons...

Grosso modo, ces derniers détruisent les enzymes (catalase et MSR A et B) chargées de contrer la formation de peroxyde d'hydrogène et de réparer les bulbes pileux. Ils privent le bulbe pileux d'oxygène, l'oxydent, et entraînent son déclin. Si l'on ne se protège pas un minimum du stress oxydatif, rien ne sert d'essayer tel ou tel produit, fut-il bourré de kératine, de vitamines, de protéines de blé, d'huile de Jojoba ou que sais-je encore...

Les cheveux sont par exemple très sensibles à la présence de métaux. C'est ainsi qu'un cheveu peut changer de couleur après avoir été exposé à des molécules toxiques comme le plomb, le cuivre, le mercure, l'argent, l'arsenic ou le cobalt. La chevelure prend alors des teintes rouge, verte, bleue ou noire... On connaît les grandes causes du stress oxydant mais en voici quelques-unes, qui sont directement impliquées ici. La plupart n'existait pas il y a 50 ans :

  • une mauvaise alimentation,
  • le tabagisme,
  • la suractivité (on fait aujourd'hui dans une journée jusqu'à 10 fois plus de choses que nos parents),
  • tous les adjuvants chimiques (pollution extérieure et intérieure) dont ceux que l'on trouve dans les cosmétiques utilisés à tort et à travers ou les shampoings de mauvaise qualité,
  • les colorations qui, outre les cheveux blancs, favorisent les pertes de cheveux intempestives,
  • les permanentes (l'opération consiste pour rappel à « casser » la structure chimique du cheveu),
  • les shampoings trop fréquents,
  • les médicaments (certains donnent des reflets jaune, rouge ou vert aux cheveux),
  • les contraceptifs hormonaux,
  • un excès d'U.V.

L'hérédité a bon dos, mais peu de réalité

En médecine traditionnelle chinoise comme l'explique Rémi Portrait dans ses ouvrages (voir son dernier livre « Vos cheveux disent tout de vous »), le cheveu relève de l'élément Eau qui est énergétiquement géré par les reins et la vessie. Alimentation, rythme de vie, sexualité, emploi du temps... A partir de l'analyse d'un bulbe capillaire les techniques scientifiques sont capables de déceler bien des choses... La police scientifique en connaît ici un rayon.

Mais dans ces fils vivants et vibrants s'inscrivent aussi fatigue excessive, émotions et traumatismes. « Les cheveux gris sont les archives du passé », a dit Edgar Allan Poe. Du passé le plus éloigné comme du plus proche. Nos cheveux portent en eux nos vieilles mémoires, d'une part l'héritage génétique que nous ont transmis nos parents, d'autre part notre propre histoire. On dit souvent que les cheveux blancs, comme la calvitie, c'est une question d'hérédité.

Qui n'a pas entendu ce genre de prédiction (bienveillante...) : « Tu verras, tu perdras tes cheveux à 20 ans, comme ton père ! » ou « T'en fais pas ma fille, tu n'y peux rien, ta grand-mère avait des cheveux blancs à 30 ans ! ». Le coiffeur Rémi Portrait, qui arbore aujourd'hui une belle chevelure blanche, s'est lui entendu dire qu'il aurait les cheveux blancs très tôt, comme son grand-père. Et de fait, à 17 ans, il eut son premier cheveu blanc. D'abord il se dit que c'était héréditaire, on le lui avait assez répété. Mais il décida d'aller plus loin et suivit une thérapie. C'est lors de ce travail qu'il prit conscience qu'après avoir perdu son père à l'âge de 5 ans, il s'était identifié à son grand-père, un bel homme avec de grandes moustaches mais à la crinière blanche. Il fallait bien un modèle au petit garçon mais ce faisant, le petit s'est projeté dans un vieillard et a stimulé son propre programme de vieillissement...

Le déclencheur émotionnel ou le « syndrôme Marie-Antoinette »

Cette histoire montre bien que si l'hérédité entre en jeu, le vécu est déterminant. On reçoit des cartes à la naissance, et c'est à nous de jouer au mieux selon les circonstances. Nous subissons un phénomène programmant aussi bien que des phénomènes déclenchant. Quand ils dépassent le seuil du supportable, nos soucis, nos ressassements deviennent des facteurs déclenchant. La plupart du temps la canitie se développe progressivement.

Mais une trop forte émotion, un traumatisme, une grosse peur peuvent directement agir sur le cheveu qui est relié au rein, l'organe de la peur chez les Chinois. Notons que du point de vue occidental, les glandes surrénaliennes jouent aussi un rôle-clé dans la gestion du stress... C'est ainsi qu'un cheveu ou une mèche tout entière peut blanchir brutalement en une nuit. C'est par le même phénomène énergétique (pour les Chinois) ou de chimie organique (pour les Occidentaux) que Marie-Antoinette, reine aux coiffures pourtant si délirantes, a été découverte les cheveux tout blancs au lendemain de sa condamnation à mort.

Même Jésus Christ aurait vécu ce phénomène la nuit précédent sa crucifixion ! C'est en tout cas ce qu'indiquent les dernières recherches sur sa vie.

Non il n'est pas illusoire d'empêcher ses cheveux de blanchir

S'il n'existe pas de formule-miracle, il existe des mesures qui permettent de renforcer la constitution du cheveu et de ralentir le phénomène de la canitie. Ces mesures peuvent être prises soit dès l'apparition du premier cheveu blanc soit en prévention. En voici quelques-unes :

  • L'adoption d'une alimentation anti-âge : je ne vais pas vous la détailler ici (les sources d'infos ne manquent pas) mais sachez qu'il est particulièrement important de privilégier les aliments riches en vitamines B5 et B9, en zinc, en soufre et en acide para-amino-benzoïque (PABA ou vitamine B10)... Je vous laisser chercher. Le PABA, surtout, est un cofacteur des vitamines du groupe B essentiel à la croissance et à la pigmentation des cheveux.
  • Le respect de ses rythmes biologiques : de plus en plus d'études indiquent que le non-respect de ses rythmes internes (qui doivent être au diapason des rythmes extérieurs) est un facteur de vieillissement accéléré.
  • L'utilisation de chlorure de magnésium : procurez vous un sachet en pharmacie (autour d'1 euro) et mélangez son contenu à 1 l d'eau. Appliquez chaque jour, matin et soir, ce mélange sur les cheveux blancs et sur le cuir chevelu. Au bout de quelques semaines vous constaterez une recoloration. L'inconvénient, c'est que si vous arrêtez, le blanc revient assez vite.
  • La consommation régulière d'herbe de blé : bien connue pour ses nombreux bienfaits, celle-ci serait aussi très efficace pour rendre leur couleur aux cheveux qui l'auraient perdu. L'auteure du bestseller « L'herbe de blé, source de santé et de vitalité », Ann Wigmore assure avoir vécu ce bonheur et on n'a pas de raison de ne pas la croire.
  • Faites confiance à la médecine ayurvédique et à ses massages (shampi ou shampo en hindi, d'où le terme « shampoing ») du cuir chevelu aux huiles : c'est une bonne manière de traiter le terrain et d'entretenir la santé des bulbes capillaires.
  • Utilisez des shampoings bio à l'argile verte et une coloration végétale.
  • Pensez toujours aux bains dérivatifs : efficace en prévention (de l'avis général de celles qui l'ont testée), le bain de siège ne coûte qu'un peu d'eau, et de la discipline.

Ces solutions doivent aller de pair avec une lutte sans relâche contre le stress oxydatif et contre le stress tout court. Cela passe par une complémentation régulière en antioxydants puissants, par la recherche d'une « zen attitude » (les méthodes ne manquent pas) aussi bien que par des mesures simples comme d'éviter une exposition prolongée aux U.V....

L'art de camoufler ses cheveux blancs sans se faire de mal

Tout comme nos organes, nos cheveux, on l'a bien compris sont agressés, par tous les éléments toxiques que nous absorbons par l'alimentation, la respiration, ou l'application de produits de la chimie-cosmétique. Le cheveu garde les substances nocives que le corps ne peut éliminer. C'est par exemple en s'appuyant sur ce principe physiologique, que les analyses toxicologiques sont effectuées en cas d'accident grave de la route pour détecter la présence de drogue.

Les colorations chimiques, décolorations ou permanentes accentuent ce phénomène (voir notre précédent article sur ce sujet ici). Pour éviter ces calamités et pour préserver sa beauté malgré ses cheveux blancs, on peut opter pour la méthode la plus ancienne et la plus sûre qui soit, la coloration, à condition de choisir la seule solution acceptable : des produits à base végétale et sans danger pour la santé. Ces produits « 100% végétal » sont très rares mais on en trouve en France chez Terre de Couleur.

Ce spécialiste des soins capillaires et esthétiques offre une gamme de masques capillaires naturels composés d'argiles drainantes, d'huiles essentielles et des douze sels constitutifs de la cellule (sels de Schüssler). Et on retrouve tous les grands classiques dans ses colorations, ce qui est une véritable prouesse artisanale quand on sait que bien peu de plantes tinctoriales permettent de fabriquer des couleurs capables de rester « accrochées » aux cheveux blancs et de bien les couvrir. Ces produits se trouvent dans la plupart des magasins Biocoop ou encore chez La Vie Claire mais vous pouvez aussi vous les procurer directement ici.

La solution chinoise : un remède légendaire

Vous le savez comme moi, les laboratoires et les grands noms de la cosmétique n'hésitent pas à nous asséner, sans vergogne, des tas de contre-vérités : maigrir en dormant, retrouver sa peau de vingt ans, j'en passe, et des meilleures, mais aucun n'a osé proposer LE produit miracle qui ferait disparaître les cheveux blancs. Mission impossible ? Pas du tout, car les praticiens en médecine chinoise savent depuis des milliers d'années qu'il en existe bien un : le Ho Shou Wu.

Ho Shou Wu signifie littéralement « M. Ho a des cheveux noirs »

Cette plante des plus précieuses de la pharmacopée chinoise tire son nom d'une légende millénaire. Selon celle-ci, le général Ho qui s'était rebellé contre l'Empereur avait été condamné à mourir dans une cellule sans eau et sans nourriture. Le rebelle ne trouva à manger dans sa cellule qu'une plante au développement rapide qui poussait dans sa prison et dont il consomma chaque jour une petite quantité de racines ou de feuilles : le Polygonum multiflorum (appelé aussi Fallopia multiflora ou Renouée multiflore).

Au bout d'un an, les geôliers qui évacuaient les cadavres découvrirent avec surprise un général Ho doté d'une magnifique crinière noir ébène. En fait, le rebelle sortit du cachot l'air bien plus jeune qu'il y était entré. La beauté des cheveux dépend principalement en médecine traditionnelle chinoise du bon fonctionnement du rein comme on l'a vu. Mais pour être plus précis encore, elle est aussi sous la gouverne du foie parce que la qualité du sang dépend de cet organe et que de cette qualité dépend l'alimentation du cheveu et l'apport en mélanine dans le bulbe capillaire.

Pour les Chinois, quand le rein ou le foie sont en déséquilibre énergétique les cheveux tombent, grisonnent ou se cassent. Ho Shou Wu agit sur ces deux terrains qu'elle fortifie. Cette plante renforce l'énergie du foie qui nettoie le sang. De plus elle alimente et purifie le sang qui, à son tour, nourrit et hydrate les cheveux. Son pouvoir tonifiant s'exerce également sur le rein qui contrôle les os et les moelles (en médecine chinoise, le cerveau est une moelle) et agit donc directement sur la constitution du cheveu.

Le Ho Shou Wu est réputé protéger le Shen, c'est-à-dire l'esprit qui regroupe la psychologie et l'émotionnel, et circule grâce au sang. Je vous parlais tout à l'heure d'hérédité. Eh bien curieusement cette plante favorise et retient le Jing, notre énergie ancestrale : c'est l'héritage que nous transmettent nos parents et c'est en même temps notre potentialité. Le Jing se vide avec le temps mais aussi à cause des excès émotifs, physiques ou alimentaires et quand il n'y en a plus, on quitte cette Terre.

Autrement dit le Ho Shou Wu est un excellent anti-âge. Et cette plante agirait non seulement sur le facteur héréditaire qui conditionne la survenue de cheveux blancs, le facteur programmant, mais aussi sur les facteurs déclenchant.

Des effets vérifiés mais qui demandent un peu de temps

L'action du Polygonum multiflorum ne se fait pas en 2 temps 3 mouvements : il faut compter souvent 4 mois pour observer les premiers signes d'une amélioration, mais certains constatent une amélioration au bout d'un mois seulement.

Je mentirais si je vous garantissais un résultat à 100% : cette plante ne recolore pas automatiquement vos cheveux, parfois elle ralentit simplement la canitie, d'autres fois elle la stabilise juste. J'ai mené mon enquête auprès de plusieurs utilisateurs et j'en conclus que le Ho Shou Wu est efficace à 70% environ, et ce quelle que soit la nature du cheveu, que l'on soit brun, blond, avec des cheveux fins ou épais.

Je ne compte pas ici les personnes qui n'observent aucun résultat sur leurs cheveux mais qui s'en disent malgré tout satisfaites parce qu'elle leur apporte tout simplement un meilleur état de forme générale.

De plus, on ne peut pas parler du Ho Shou Wu sans citer le Shou Wu Pian. Le Shou Wu Pian est un produit de la pharmacopée à spectre plus large, qui contient 30 ou 40% de Polygonum multiflorum et surtout plusieurs plantes connues pour leur action contre la perte de cheveux. Ce remède travaille sur l'épiderme et le derme comme sur un terrain de culture qu'il améliore afin que le cheveu soit mieux nourri. Cette information est utile à connaître pour ceux et celles qui se battent avec leurs cheveux blancs en subissant simultanément des pertes de cheveux.

Dans ce cas, il est bon de suivre un protocole de traitement alternant les deux produits. On commence par le Ho Shou Wu, pour 3 à 4 mois et on poursuit son traitement avec le Shou Wu Pian.

La seule façon de s'en procurer en France

Le Ho Shou Wu n'a fait l'objet que d'une étude scientifique (Acupuncture and Electro-Therapeutics Research International Journal, Vol. 6, 1981, pp.19-31.) menée sur 882 patients. Au bout de 3 mois, 630 d'entre eux avaient constaté la repousse de leurs cheveux. Mais pour ce qui concerne l'action anti-cheveux blancs, aucune étude sérieuse n'a été menée : ça n'intéresse personne, ce n'est pas brevetable et tout a été fait pour empêcher sa commercialisation en Europe.

On connaît bien les propriétés de ses principaux composants, la lécithine, l'émodine et la rhéine, mais on ignore comment ceux-ci (et ceux que l'on ne détecte pas) agissent si bien en synergie. Le secret restera chinois.

Par contre, les autorités sanitaires s'intéressent tellement à cette plante d'Asie mineure qu'elles l'ont un temps interdite. Ce fut récemment le cas en France où deux cas de pharmacovigilance ont été signalés pour des risques d'hépato-toxicité. Bien que ceux-ci n'aient jamais été démontrés, le Ho Shou Wu a été classé en France dans la liste B de la pharmacopée, celle des plantes potentiellement toxiques.

On sait bien qu'il faut se méfier des plantes chinoises ou plutôt des Chinois qui les cultivent, les préparent et les conservent parfois n'importe comment. Cela n'enlève rien à la qualité médicinale de ces plantes et lorsque la qualité du produit est garantie, il n'y a aucune raison de ne pas profiter de ce savoir ancestral.

Cette garantie, un seul laboratoire en France est en mesure de vous l'assurer et lui seul bénéficie d'une Autorisation de Mise sur le Marché. Si vous êtes prêts à vous lancer dans un traitement de fond de plusieurs mois, vous pouvez commander la quantité de Ho Shou Wu nécessaire en cliquant ici. Si vous souhaitez d'abord la tester sur une cure et vérifier que ça ne marche pas que chez les Chinois, allez plutôt voir ici. Faites l'expérience et on en reparle dans 3 mois.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous