Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Laura Azenard : L’arthrose n’est pas qu’une maladie de personnes âgées

Isabelle Fontaine  rédigé le 02 février 2016 à 18h15
  • Avatar de Claude MICHAUD Mme Claude M. Référent thématique
  • Avatar de Marie-france FEIGENBAUM Mme Marie-france F. Référent thématique
  • Avatar de Jean claude HIOLIN M. Jean claude H. Référent thématique
  • Avatar de Joelle ROBYNS Mme Joelle R. Référent thématique

Connectez-vous pour devenir référent « Arthrose »

Répondez aux membres du site

  • Laura AzenardLaura Azenard
Article pARU dans le journal nº 32 Acheter ce numéro
Créez une alerte sur le thème « Arthrose »




4.56255
16 avis
Icône d'impression

Diagnostiquée arthritique du genou à 40 ans, Laura Azenard, cadre dirigeante dans une grande entreprise et passionnée de course à pied, refuse de considérer sa maladie comme incurable. De l’ostéopathie au jeûne, en passant par l’ayurvéda et le magnétisme, elle explore des voies thérapeutiques alternatives tout en initiant un profond changement de vie.

Alternative Santé Comment l’arthrose est-elle arrivée dans votre vie ?

Laura Azenard De manière brutale ! Du jour au lendemain, je me suis mise à avoir très mal aux genoux. Moi qui n’avais jamais été malade et qui ne fréquentais aucun médecin, j’ai considéré ces -douleurs comme quelque chose de passager. Je me suis rassurée en me disant que du baume du tigre et moins de sport feraient l’affaire. Mais les douleurs se sont alors intensifiées, à tel point que prendre le métro est devenu un calvaire. Le diagnostic est tombé, implacable : arthrose du genou.

À l’époque, passionnée par la course à pied, je préparais le mythique défi de la SaintéLyon, 72 km à parcourir de nuit entre Saint-Étienne et Lyon. Mon rhumatologue m’a alors annoncé sans sourciller que je ne pourrai plus participer à ce type de défis. J’étais effondrée, car ma passion du marathon occupait tout mon temps libre. J’étais aussi inquiète pour mon avenir professionnel. Cadre dirigeante dans une chaîne de restauration, qu’allais-je -devenir si je ne pouvais plus -bouger comme avant ? S’en est suivie une période de dépression liée à une profonde perte de repères.

A. S. Vous avez alors commencé à vous documenter et à prendre contact avec d’autres personnes malades via internet…

L. A. J’avais besoin de comprendre comment fonctionnait cette maladie, pourquoi j’étais touchée, et surtout, comment guérir. Je me disais que j’allais trouver des solutions, je refusais le diagnostic d’incurabilité. Du côté de mon ...

Image description

Article paru dans le numéro 32, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes